Accéder au contenu principal

Apple Se Lancera Dans Les Vêtements Connectés

À l'approche du 9 septembre - date à laquelle l'iPhone 6 sera dévoilé par Apple - Internet bruisse de rumeurs, comme toujours. C'est devenu une habitude. Mais au moment où l'attention se porte quasi-uniquement sur ce nouveau téléphone (plus grand, avec une vitre en saphir, plus performant, que sais-je encore ?), il est intéressant de regarder ce qui se trame dans l'ombre.

En juin dernier, Apple a annoncé deux nouveaux kits de développement : Homekit, qui propose un ensemble d'API pour gérer des objets connectés à distance dans la maison (ampoules, thermostats…) via son iPhone, ou iPad. Et HealthKit, qui permettra de centraliser les données liées à la santé de l'utilisateur, collectées via une montre intelligente, par exemple.

Reste un champ d'exploration, et pas des moindres : celui des vêtements connectés. L'arrivée d'Angela Ahrendts, l'ex-PDG de Burberry, à la tête des Apple Store aurait été orchestrée, selon plusieurs sources, pour placer ces nouveaux produits dans les rayons. Selon ElectronLibre, une équipe de 800 personnes travaille actuellement sur ce projet de vêtements connectés, commercialisés dès 2015.

Pourquoi ça fait sens

Ces rumeurs ne sortent pas de nulle part. En 2013, Apple a débauché Paul Deneve, l'ancien CEO d'Yves Saint Laurent, qui est devenu Vice Président d'Apple en charge des "Projets Spéciaux" (sic). Quelques mois plus tard, c'est Catherine Monier, la présidente d'YSL Europe, chargée du réseau de distribution, qui a rejoint la firme à la pomme. "Elle s'était fait connaître auparavant dans d'autres grandes marques de vêtements parisiennes, dont Céline, Chloé et Lanvin (…) Tout laisse à croire que l'entreprise fondée par Steve Jobs s'apprête à lancer des vêtements connectés, combinant mode, élégance et santé", expliquent certains sites spécialisés.

Entre nous, c'est plutôt une bonne chose de savoir que des spécialistes de la mode vont se charger de ces vêtements. Car par le passé, Apple n'avait pas toujours excellent goût.


Il n'empêche, Apple, depuis des décennies, a créé des vêtements. Ce n'est pas anodin. Mon père, qui y a travaillé une dizaine d'années, a toute une collection de sweats, de polos, et de blousons estampillés Apple. Croyez-moi sur parole : il y tient énormément. 

La mode en ADN

Apple est une marque affinitaire, que l'on revendique aisément. Je me souviens de cette époque - pas si lointaine - où l'iPod commençait tout juste à se propager en France. On reconnaissait en un coup d'œil les écouteurs blancs, qui sortaient de l'ordinaire, et de la poche des passagers, dans les transports en commun. Chaque individu qui en possédait semblait faire partie d'une même communauté secrète.

La reconnaissance d'abord, le statut social ensuite (les produits d'Apple ne sont pas les plus accessibles, c'est le moins que l'on puisse dire), et la philosophie de marque, enfin : Apple, c'est une entreprise qui a, au fil du temps, énormément travaillé cet aspect. Une communication corporate solide, fondée sur des campagnes fortes : le Think Different, par exemple. 

Tout cela confirme l'idée qu'Apple finira par se lancer dans l'industrie de la mode. Et s'y sentira probablement comme un poisson dans l'eau.

Commentaires

  1. La nouvelle technologie ne cessera jamais de nous étonner. L'esprit chercheur des scientifiques ira toujours très loin. En tout cas, face à ces évolutions rapides, il faut toujours faire preuve de prudence face aux éventuelles mauvaises attentions.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent