Accéder au contenu principal

Le droit d'oublier l'autre

C'est désormais un droit bien concret. Depuis le 29 mai, tout internaute européen peut demander à Google de supprimer des liens vers des pages qu'il juge "hors de propos, obsolètes ou inappropriés". L'arrêt du 13 mai de la Cour de justice européenne trouve donc une application directe. Le droit à l'oubli existe bel et bien.

Quand on parle de "droit à l'oubli", on pense à cette possibilité offerte à n'importe quel utilisateur d'effacer ce qui le concerne, sur Internet. Autrement dit, c'est une façon de retirer de la Toile la part de ses données personnelles qui s'y trouve prisonnière, et comme emmêlée. À partir du moment où l'on sait que le nombre de personnes qui se connectent au moins une fois par semaine est passée de 60 à 72 % depuis 2010 (et que seuls 20 % des Européens n'ont jamais utilisé Internet, soit un tiers de moins qu'il y a quatre ans), on mesure l'enjeu. On mesure le progrès.

Le droit à l'oubli amoureux

Mais le droit à l'oubli est une chose. Reste à traiter un autre point, que je n'ai encore jamais vraiment vu abordé : le droit d'oublier l'autre. Je me souviens en effet d'avoir lu La Mare Au Diable, de George Sand, il y a quelques années. Le personnage principal, Germain, est un veuf de 28 ans qui ne parvient pas à se remarier, car ses pensées sont encore tournées vers sa défunte épouse. 


Je ne tiens pas à vous spoiler toute l'histoire, mais il se trouve que ce cher Germain rencontre une jeune bergère, Marie, et que cette dernière l'aide malgré tout à surmonter son chagrin. C'est une histoire somme toute assez classique, pour quiconque a un peu vécu. Il est rare en effet que l'on aime une seule personne toute sa vie.

Vie passée, vie en ligne

Mon point est le suivant : ce roman a été écrit en 1846. Qu'en serait-il, aujourd'hui ? Comment Germain aurait-il tourné la page aussi vite, s'il avait partagé le tiers des amis de son ex, sur Facebook ; si la quasi-totalité de ses albums contenaient des photos de son couple passé (idem sur Instagram) ? S'il avait eu autant de souvenirs numériques, images, vidéos, textos, mails, etc. Un épisode de l'excellente série Black Mirror effleure également le sujet.

Sur l'application Secret, je tombe sur des dizaines de messages où les internautes expriment leur difficulté à oublier leur ex. Avec des dizaines de commentaires de compassion, également. Il faut du temps, toujours, en amour. Et on finit par oublier. Il suffit d'écouter Ferré pour s'en convaincre. "Avec le temps, va, tout s'en va. On oublie le visage, et l'on oublie la voix. (…) Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu. Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard. Et l'on se sent tout seul, peut-être, mais peinard. Et l'on se sent floué par les années perdues. Alors, vraiment… Avec le temps… on n'aime plus".

Malgré tout, je pense que c'était plus simple avant. Avant que l'oubli ne devienne un sujet si compliqué, à cause d'Internet, et de tout ce qui s'ensuivit. Combien, parmi ces gens-là, sont encore ensemble aujourd'hui ? Il faudrait pouvoir oublier plus sereinement, même si je n'ai pas, à l'heure actuelle, de vraies solutions à proposer. Ni de directive européenne à exiger. Je n'avais qu'un billet de blog à écrire, sur ce sujet. :)

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi