Accéder au contenu principal

La nouvelle jeunesse de Vine

Vine revient à la mode. L'application, lancée par Twitter en janvier 2013, et qui permet de partager des vidéos de 6 secondes, en boucle, trouve une nouvelle jeunesse. Les internautes redoublent de créativité. Les agences de communication le réintègrent à leur stratégie social media. Les chaînes de télévision le jalousent secrètement, car on retrouve sur Vine des contenus inédits, impossible à voir ailleurs.

La Coupe du Monde profite à Twitter, mais aussi à Vine

L'exemple le plus frappant est celui du mondial 2014, où chaque but de la compétition se retrouve sur la plateforme quelques secondes après avoir été marqué. Ce qu'aucun média ne peut se permettre, pour cause de droits à l'image. Le phénomène a été analysé en détail sur Slate.fr (lire : ce que les six secondes d'un vine changent à la Coupe du Monde). L'Équipe, embarrassée par cette injustice, a malgré tout trouvé une parade. Chaque but est reconstitué sur le compte Vine officiel du journal, en Lego. Une façon originale et plutôt sympa de surfer sur la vague, sans prendre de risque juridique. 

L'Élysée n'est pas en reste, et propose une utilisation habile de la plateforme. Pour couvrir le Mondial, six secondes peuvent parfois suffire amplement, et les chaînent d'info en continue sont friandes de ces images backstage :


Quelques semaines plus tôt, il était aussi possible de voir le "premier Vine diplomatique", avec une discussion soutenue entre Poutine et Obama. Quelques secondes à peine, mais qui n'étaient pas pour autant insignifiantes, surtout dans le contexte actuel des relations internationales entre ces deux pays. 

Des instants de la vie politique

J'aime énormément, pour ma part, le Vine suivant, toujours posté par l'Élysée, et qui montre notre Président en train de faire "coucou" à la Reine d'Angleterre. Les équipes de communication ont parfois de l'humour. Et c'est une bonne chose.


Ce genre d'images, pour moi, donnent tout son sens à Internet et aux médias sociaux. C'est, véritablement, une nouvelle façon de traiter l'information.

Vine a une nouvelle jeunesse, aussi, avec la première vidéo tournée depuis l'espace, et publiée début juin sur Twitter (lire : Le premier Vine de l'espace nous est offert par l'astronaute Reid Wiseman). Cet astronaute tweete depuis l'espace avec le compte @astro_reid. En publiant cette courte vidéo, il nous permet de vivre un instant avec lui, en orbite. On est loin de Gravity, je vous l'accorde, mais c'est une image réelle, qui peut par conséquent émouvoir davantage.

La magie à la portée de tous

La nouvelle jeunesse de Vine, enfin, c'est tout ce qu'en font les internautes eux-mêmes, librement, et pour le plaisir des yeux. Avec notamment les Vine magiques du jeune Christian Leonard ou de Jack King. Je vous laisse apprécier : 






Comme quoi, avec un smartphone, et même en six petites secondes, on peut se montrer très créatif. Ce qui est certain, je pense, c'est que Vine a encore de beaux jours devant lui, et ce, même si Instagram a intégré une fonction vidéo (15 secondes) en juin 2013. De nombreuses autres utilisations originales sont encore à venir, très probablement. So stay tuned! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent