Accéder au contenu principal

Un corps nu attire toujours les vues

Ça fait le buzz. Quoi qu'on en dise, ça marche toujours. La recette semble intemporelle, inépuisable. Une femme, nue, en vidéo. Un prétexte bidon. Un titre accrocheur. Et vous dépassez le million de vues sur Youtube dans la semaine, quand ce n'est pas dans la journée. Le dernier exemple en date est pour le moins révélateur : "elle se balade cul nul dans la rue" a déjà attiré plus de 4 millions d'internautes.

La vidéo, faite - ô surprise ! - par des étudiants en publicité, est pourtant inintéressante au possible : une nana en culotte se promène dans les rues de Lille. Ses jambes sont peintes pour faire croire qu'elle a un pantalon. C'est nul, mais ça fonctionne. Allez savoir pourquoi.

Nu et non avenu

C'est assez paradoxal, quand on y pense. Alors que tout le monde peut, en trois secondes, accéder à des centaines de milliers de vidéos pornographiques, gratuitement ; alors qu'on est bombardé, dans notre quotidien, de publicités où la nudité équivoque s'imprime en permanence dans nos rétines ; alors que, en 2004 déjà, 80 % des garçons de 14 à 18 ans et 45 % des filles du même âge déclaraient avoir vu au moins une fois un film X au cours de l'année écoulée ; le "nu" conserve son pouvoir mystérieux.

Pourquoi l'anatomie passionne-t-elle autant, quand on peut voir ce que l'on veut en quelques clics ? Pourquoi demeure-t-on curieux, alors que rien n'est caché, véritablement ? Pourquoi les internautes continuent-ils de regarder ces vidéos, alors que tout est offert à celui qui cherche un minimum ?


Que les hommes (et les femmes) des années cinquante aient pu être tout émoustillés en se passant sous le manteau des photos érotiques, je peux le comprendre. Mais aujourd'hui… comment expliquer de tels phénomènes, alors que c'est si simple, si immédiat, si omniprésent ?

Obsédés, vous aussi vous cédez

Le pire, c'est que ça nous concerne tous. Vous, en premier lieu, mes chers lecteurs. Non, ne niez pas, je vois désormais clair dans votre jeu. Le jour où j'ai publié sur Twitter le message suivant, le trafic sur mon blog a explosé. Comme jamais auparavant. Une augmentation de près de 300 %. Peu de retweets, mais énormément de clics.


Mais je vous comprends, et je ne vous jette pas la pierre, Pierre.

Simplement, il faut se rendre à l'évidence : ça ne sert à rien de se creuser les méninges pour capter l'attention des internautes, à court terme tout du moins. Il suffit d'un titre accrocheur. D'une caméra. Et d'une exhibitionniste.

De la confiture à des cochons

Les publicitaires l'ont compris depuis longtemps. Des études démontrent l'influence de la nudité dans la captation de l'attention du consommateur. Et apparemment, en dépit du bon sens, ce phénomène n'est pas prêt de disparaître. 

Si vous venez de lire ceci, je vous demande néanmoins de faire un effort. Collectivement, nous pouvons améliorer un peu ce monde : la prochaine fois, ne cliquez pas sur le lien vers vidéo de la femme nue qui prend le métro à une heure de pointe. Ni sur le lien vers la photo de la star nue qui s'est retrouvée sur le net. Exigez autre chose. Refusez de consommer ces contenus de mauvaise qualité. Demandez un peu de confiture, de préférence. Même si vous êtes des cochons, dans le fond.

Commentaires

  1. Bien vu comme toujours Basile ! A bientôt pour un déj ? Charlotte (@Chlesage)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent