Accéder au contenu principal

Éloge du message privé sur les réseaux sociaux

On pourrait s'étonner que, sur la plupart des réseaux sociaux, et notamment sur des applications comme Instagram, on retrouve quasi-systématiquement la possibilité d'envoyer des messages privés à une personne en particulier.

Du "message inbox" sur Facebook au "direct message" de Twitter, en passant par WhatsApp, les plateformes sociales accordent une place non négligeable aux conversations en coulisse, d'individu à individu.

One to one

Comme si ces correspondances singulières, plus intimes, plus secrètes, plus douces parfois, demeuraient au cœur des conversations humaines. Comme si nous ne pouvions nous passer de ces confidences sur l'oreiller. De ces chuchotements derrière le rideau.

J'ai écrit mon premier mémoire (en M1) sur "le Off en politique", c'est-à-dire sur ces échanges discrets entre personnalités publiques et journalistes, au cœur de tous les traitements médiatiques, de tous les sujets possibles et imaginables. J'ai compris ce jour-là aussi, l'importance de la confidence dans les rapports humains.

("un secret qui prend la bouche pour oreille")

On me rétorquera peut-être qu'il n'y a pas que des déclarations sentimentales et des secrets d'État qui sont partagés sur ces contre-espaces sociaux. Il y a de tout, dans les DM. Je l'admets, sans problème, mais cela ne change pas le fond de l'affaire. 

Une question d'atmosphère

Pour vous en convaincre, lisez ce passage tiré d'Humain, trop humain ; Nietzsche y explique tout cela bien mieux que moi :

"Le dialogue est la conversation parfaite, parce que tout ce que dit l'un reçoit sa nuance particulière, son timbre, son geste d'accompagnement, par une stricte référence à l'autre interlocuteur, c'est-à-dire que l'on y a l'équivalent de ce qui se passe dans la correspondance, où une seule et même personne montre son âme exprimée de dix manières différentes suivant qu'elle écrit à tel ou tel alternativement. Dans le dialogue, la réfraction de la pensée est unique : c'est l'interlocuteur qui la produit, étant le miroir où nous voulons refléter nos idées avec toute la beauté possible. 

Mais qu'en est-il avec deux, trois interlocuteurs, et davantage ? La conversation ne peut alors que fatalement perdre en finesse critique individuelle, les références diverses se croisent, s'annulent ; le tour qui satisfait l'un ne répond pas aux sentiments de l'autre. Aussi l'homme est-il forcé, en compagnie de plusieurs personnes, de se rabattre sur lui-même, de présenter les faits tels qu'ils sont, mais aussi de priver les choses de cette atmosphère enjouée d'humanité qui fait d'un entretien un des plus grands agréments de ce monde". Nietzsche avait décidément tout compris.

Commentaires

  1. Chaque réseau social a son propre système de fonctionnement par rapport aux messages privés. Mais, à ce qu'il semble, les mp ou messages privés sur facebook ne sont plus si confidentiels qu'auparavant car facebook pourrait lire les mp, parait-il?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr