Accéder au contenu principal

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine


J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. C'était en plein été. La chaleur étouffante nous incitait à retourner nous baigner dans la mer, tous les quarts d'heure. J'avais le teint bronzé, le sourire aux lèvres ; des cheveux ébouriffés où se mêlaient le sable et le sel. Quelques jours plus tôt, j'avais gagné une somme rondelette au casino de Barcelone - en pièces de 1 euro, ce qui renforçait mon impression de posséder une petite fortune. Je venais de vivre plusieurs jours d'insouciance, avec mes plus proches amis, des soirées merveilleuses, que je n'oublierai jamais. L'année de khâgne était derrière moi, je pouvais profiter de vacances bien méritées.

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Six mois plus tôt, la jeune femme dont j'étais éperdument amoureux venait de céder à des semaines de séduction acharnée, pour tomber - enfin - dans mes bras. C'était le début de l'idylle, les premières semaines enflammées, les premiers baisers, les mains qui se croisent sous la table du café, les pieds qui se frôlent, la passion à son apogée. Mon cœur n'avait encore jamais autant battu. J'avais découvert l'amour véritable, la liberté, l'espoir immense, et le XVIIIe arrondissement de Paris.

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Des rêves plein la tête, des projets, des envies. Vingt ans, c'est l'âge où l'on commence à agir en adulte, sans l'être totalement. On voyage, on sort, on fait la fête. On travaille, on décide de faire des plans. Et en même temps, tout est encore à venir. La vie est devant nous. Il faut construire. Il faut imaginer. Il faut repenser le monde.


J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Et j'ai plongé, d'une jetée, à la fin de cette journée d'août 2006. Vingt ans, et ma tête a heurté ce rocher, de plein fouet. Vingt ans, et je me retrouvais sur la civière. Vingt ans, et du sang plein les paupières. Puis l'ambulance, l'hôpital, les chirurgiens espagnols, l'opération, les points de suture pour recoudre la plaie “d'une vingtaine de centimètres” sur le cuir chevelu, l'attente, le rapatriement en avion, les médecins français, la nouvelle opération, les soins quotidiens pendant plus d'un mois.

J'ai failli mourir ce jour-là. J'en ai conscience aujourd'hui. Un simple plongeon aurait pu me priver de ces années géniales qui ont suivi. Je n'aurais pas connu Venise, ni Naples, ni l'île de Paros, ni l'Auvergne ni la Quinta Nova. Pas connu Copenhague, ni Cologne, ni Bonn, ni les bains d'Aix-la-Chapelle. Je serais passé à côté de Facebook, de Twitter, d'Instagram, de Pinterest. Je n'aurais jamais entendu parler de l'iPhone. Je serais passé à côté de centaines de films, de livres, de nouveautés. Je n'aurais pas assisté à l'élection de Barack Obama, ni même jamais rien su de ce dernier. Il y a tant de personnes que je n'aurais pas connues. Les enfants de mon frère, notamment.

Tout ça à cause d'une imprudence. Tout ça à cause d'un plongeon.
J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine.

Ce blog n'aurait donc jamais existé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq