Accéder au contenu principal

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine


J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. C'était en plein été. La chaleur étouffante nous incitait à retourner nous baigner dans la mer, tous les quarts d'heure. J'avais le teint bronzé, le sourire aux lèvres ; des cheveux ébouriffés où se mêlaient le sable et le sel. Quelques jours plus tôt, j'avais gagné une somme rondelette au casino de Barcelone - en pièces de 1 euro, ce qui renforçait mon impression de posséder une petite fortune. Je venais de vivre plusieurs jours d'insouciance, avec mes plus proches amis, des soirées merveilleuses, que je n'oublierai jamais. L'année de khâgne était derrière moi, je pouvais profiter de vacances bien méritées.

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Six mois plus tôt, la jeune femme dont j'étais éperdument amoureux venait de céder à des semaines de séduction acharnée, pour tomber - enfin - dans mes bras. C'était le début de l'idylle, les premières semaines enflammées, les premiers baisers, les mains qui se croisent sous la table du café, les pieds qui se frôlent, la passion à son apogée. Mon cœur n'avait encore jamais autant battu. J'avais découvert l'amour véritable, la liberté, l'espoir immense, et le XVIIIe arrondissement de Paris.

J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Des rêves plein la tête, des projets, des envies. Vingt ans, c'est l'âge où l'on commence à agir en adulte, sans l'être totalement. On voyage, on sort, on fait la fête. On travaille, on décide de faire des plans. Et en même temps, tout est encore à venir. La vie est devant nous. Il faut construire. Il faut imaginer. Il faut repenser le monde.


J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine. Et j'ai plongé, d'une jetée, à la fin de cette journée d'août 2006. Vingt ans, et ma tête a heurté ce rocher, de plein fouet. Vingt ans, et je me retrouvais sur la civière. Vingt ans, et du sang plein les paupières. Puis l'ambulance, l'hôpital, les chirurgiens espagnols, l'opération, les points de suture pour recoudre la plaie “d'une vingtaine de centimètres” sur le cuir chevelu, l'attente, le rapatriement en avion, les médecins français, la nouvelle opération, les soins quotidiens pendant plus d'un mois.

J'ai failli mourir ce jour-là. J'en ai conscience aujourd'hui. Un simple plongeon aurait pu me priver de ces années géniales qui ont suivi. Je n'aurais pas connu Venise, ni Naples, ni l'île de Paros, ni l'Auvergne ni la Quinta Nova. Pas connu Copenhague, ni Cologne, ni Bonn, ni les bains d'Aix-la-Chapelle. Je serais passé à côté de Facebook, de Twitter, d'Instagram, de Pinterest. Je n'aurais jamais entendu parler de l'iPhone. Je serais passé à côté de centaines de films, de livres, de nouveautés. Je n'aurais pas assisté à l'élection de Barack Obama, ni même jamais rien su de ce dernier. Il y a tant de personnes que je n'aurais pas connues. Les enfants de mon frère, notamment.

Tout ça à cause d'une imprudence. Tout ça à cause d'un plongeon.
J'avais vingt ans, depuis dix jours à peine.

Ce blog n'aurait donc jamais existé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent