Accéder au contenu principal

The best is yet to come

C'est un sentiment qui m'accompagne depuis toujours. La certitude que le meilleur est pour demain, que ce qui nous attend a toutes les raisons de nous réjouir. Nos ancêtres les Gaulois craignaient que le ciel ne leur tombât sur la tête ; je crois, moi, que nous irons jusqu'à lui. Que nous décrocherons la lune, que nous découvrirons de nouvelles galaxies, que nous déplacerons des montagnes. 

Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir”. Jean Jaurès

Un optimisme solide, depuis mon plus jeune âge donc, qui me donne envie de voir de quoi demain sera fait. Je n'ai pas peur de ce qui vient, de ce qui s'annonce. Je n'ai pas l'impression que tout s'écroule, que le déclin est imminent. Je ne vis pas l'existence comme une chute, mais toujours positivement, comme une histoire qui s'écrit, un édifice qui se construit.

Des lendemains qui chantent

À l'échelle individuelle ou collective, je suis convaincu - allez savoir pourquoi - que nous pouvons être sereins. Ça ne s'explique pas plus que le sentiment inverse : un pessimisme généralisé, récurrent, une vision noire de notre époque ou de l'ère qui s'ouvre. Aucun n'est plus rationnel que l'autre.

Il n'est pas question d'avoir raison ou tort. Bien entendu, il ne s'agit pas de dépeindre le monde comme un lieu idéal, sans problème, sans impasse, sans cercle vicieux. Tout n'est pas rose : et heureusement. Cela laisse une marge de progression.


L'idée est simplement d'y croire. Avoir confiance en l'avenir. En faire une attitude, un combat, une philosophie.

Responsables de l'avenir

C'est là un point essentiel : il ne suffit pas d'attendre béatement que tout se déroule comme on l'espère. L'optimisme ne devient une sagesse qu'à partir du moment où il repose sur l'action : sur la volonté de changer les choses, de faire progresser le monde, à son niveau. 

“We are made wise not by the recollection of our past, but by the responsibility for our future”. George Bernard Shaw

Être persuadé que ce qui nous attend est mieux que ce que nous connaissons aujourd'hui est  quelque peu paradoxal, lorsqu'on ne croit pas à la vie après la mort. À l'échelle individuelle, à mon humble avis, tout s'achève bien un jour, et tout ce qui précède ce jour-là est nécessairement “mieux”, par conséquent.


Mais la responsabilité découle aussi de là : contribuer, lors de son passage sur la terre, à l'amélioration du monde. Parvenir, en vivant, à introduire du “mieux”, pour donner du sens à tout ça. Pour ne pas vivre vainement.

C'est le point positif de ce sentiment, d'ailleurs : l'optimisme est performatif. La confiance est contagieuse.

Du coup, je vous en conjure : souriez dans le métro, créez, inventez, partagez, voyagez, motivez-vous, continuez de faire du bien autour de vous, embrassez-vous, câlinez-vous, soutenez-vous, consolez-vous. Il en restera toujours quelque chose. Et demain sera mieux qu'aujourd'hui.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr