Accéder au contenu principal

Siri, à votre service…

Je ne sais pas si vous avez déjà tenté de dicter un long texte à votre ordinateur ou à votre téléphone, mais si vous l'avez fait récemment vous avez sans doute constaté, comme moi, les progrès technologiques considérables qui ont été accomplis dans ce domaine.

Avec l'arrivée imminente des objets connectés (lunettes, montres, mais aussi bijoux, micro-ondes ou aspirateur…) commander à voix haute à son environnement certaines tâches deviendra rapidement une nécessité. Le vocal, en complément du tactile, en quelque sorte. “Siri, peux-tu lancer la machine à laver en mode éco, à partir de 19h30, merci”.

I'm afraid I can't do that

Ce qui est intéressant, c'est de mesurer à quel point la science fiction a déjà fait le tour de toutes les dérives cauchemardesques de n'importe quel système d'intelligence artificielle, avec des similitudes criantes par rapport aux outils que l'on possède aujourd'hui. Entre “Hal” et “Siri”, il n'y a pas tant de différences, quand on y réfléchit bien.


L'ambition, malgré tout, est incontestablement louable. Permettre à un ordinateur (quelle que soit sa forme) de comprendre une injonction humaine, ou lui donner la capacité de répondre à une question orale, ouvre de nombreuses portes.

Le jour où Aristote me répondra

Notamment dans le domaine de l'éducation, qui était cher à Apple, dès le début. 
Je suis retombé sur une vidéo datant de 1985, où Steve Jobs explique qu'il considère l'ordinateur comme un nouveau média (ce qui est déjà précurseur, comme idée), et surtout qu'il espère qu'un jour, ces machines apporteront de vraies réponses aux humains.

Plus précisément, il parle d'Aristote, en expliquant qu'il peut lire et relire l'œuvre du philosophe, mais qu'il est frustré de ne pouvoir lui poser directement une question (en tout cas, en espérant une réponse). La voie est tracée : l'informatique pourrait permettre un jour de poser une question à un philosophe de l'Antiquité et d'obtenir une réponse. 

(le passage sur Aristote, à partir de 4:53)

C'est une forme de révolution, dans l'apprentissage. L'humanité est faite de plus de morts que de vivants. Un jour, peut-être, les systèmes d'intelligence artificielle comprendront réellement l'œuvre de tous ces génies des temps passés, et seront capables de les assimiler suffisamment pour formuler certaines réponses aux questions des néophytes. “Siri, peux-tu m'expliquer en quoi consiste la phénoménologie de l'esprit, merci”. 

Faire revivre les morts ?

On peut aller plus loin, dans l'imagination.

Un épisode de la saison 2 de la série britannique Black Mirror s'approprie cette question : une femme perd son mari dans un accident. Mais elle souscrit à un système qui, à partir d'une analyse complète de tous les tweets et messages publiés par son époux défunt au cours de son existence, reconstitue la personnalité et la voix de ce dernier. Elle peut, dès lors, discuter avec lui, bien qu'il soit mort. L'illusion est totale.

Un peu comme si Siri avait la voix d'un de vos proches, mais aussi son humour, sa culture générale,  son intelligence, ses tics de langage, etc.

Tout ça pour dire que certaines évolutions ne sont pas nécessairement souhaitables non plus. Ou qu'elles méritent, comme tout progrès technologique finalement, certaines limites bien définies.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent