Accéder au contenu principal

Siri, à votre service…

Je ne sais pas si vous avez déjà tenté de dicter un long texte à votre ordinateur ou à votre téléphone, mais si vous l'avez fait récemment vous avez sans doute constaté, comme moi, les progrès technologiques considérables qui ont été accomplis dans ce domaine.

Avec l'arrivée imminente des objets connectés (lunettes, montres, mais aussi bijoux, micro-ondes ou aspirateur…) commander à voix haute à son environnement certaines tâches deviendra rapidement une nécessité. Le vocal, en complément du tactile, en quelque sorte. “Siri, peux-tu lancer la machine à laver en mode éco, à partir de 19h30, merci”.

I'm afraid I can't do that

Ce qui est intéressant, c'est de mesurer à quel point la science fiction a déjà fait le tour de toutes les dérives cauchemardesques de n'importe quel système d'intelligence artificielle, avec des similitudes criantes par rapport aux outils que l'on possède aujourd'hui. Entre “Hal” et “Siri”, il n'y a pas tant de différences, quand on y réfléchit bien.


L'ambition, malgré tout, est incontestablement louable. Permettre à un ordinateur (quelle que soit sa forme) de comprendre une injonction humaine, ou lui donner la capacité de répondre à une question orale, ouvre de nombreuses portes.

Le jour où Aristote me répondra

Notamment dans le domaine de l'éducation, qui était cher à Apple, dès le début. 
Je suis retombé sur une vidéo datant de 1985, où Steve Jobs explique qu'il considère l'ordinateur comme un nouveau média (ce qui est déjà précurseur, comme idée), et surtout qu'il espère qu'un jour, ces machines apporteront de vraies réponses aux humains.

Plus précisément, il parle d'Aristote, en expliquant qu'il peut lire et relire l'œuvre du philosophe, mais qu'il est frustré de ne pouvoir lui poser directement une question (en tout cas, en espérant une réponse). La voie est tracée : l'informatique pourrait permettre un jour de poser une question à un philosophe de l'Antiquité et d'obtenir une réponse. 

(le passage sur Aristote, à partir de 4:53)

C'est une forme de révolution, dans l'apprentissage. L'humanité est faite de plus de morts que de vivants. Un jour, peut-être, les systèmes d'intelligence artificielle comprendront réellement l'œuvre de tous ces génies des temps passés, et seront capables de les assimiler suffisamment pour formuler certaines réponses aux questions des néophytes. “Siri, peux-tu m'expliquer en quoi consiste la phénoménologie de l'esprit, merci”. 

Faire revivre les morts ?

On peut aller plus loin, dans l'imagination.

Un épisode de la saison 2 de la série britannique Black Mirror s'approprie cette question : une femme perd son mari dans un accident. Mais elle souscrit à un système qui, à partir d'une analyse complète de tous les tweets et messages publiés par son époux défunt au cours de son existence, reconstitue la personnalité et la voix de ce dernier. Elle peut, dès lors, discuter avec lui, bien qu'il soit mort. L'illusion est totale.

Un peu comme si Siri avait la voix d'un de vos proches, mais aussi son humour, sa culture générale,  son intelligence, ses tics de langage, etc.

Tout ça pour dire que certaines évolutions ne sont pas nécessairement souhaitables non plus. Ou qu'elles méritent, comme tout progrès technologique finalement, certaines limites bien définies.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq