Accéder au contenu principal

Maintenant, ou jamais…

Les meilleures choses qui arrivent dans une vie sont des chances que l'on parvient à saisir. Plus j'y pense, plus cela m'apparaît évident. Des opportunités qui se présentent, à un instant précis, et qu'on réussit à transformer, pour diverses raisons. Des “instants de vérité” qui déterminent la suite des événements existentiels. 

Une femme, dont le regard semble vous dire “embrasse-moi, imbécile !”, et qui devient beaucoup plus qu'une simple inconnue en l'espace d'une seconde, quand vous vous décidez à franchir cet espace infime entre vos lèvres et les siennes. À l'échelle d'une vie, cette seconde semble peu ; mais elle compte pour beaucoup dans les années qui suivent.

"Les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l'occasion, mais jamais à celui qui la manque". Talleyrand 

Il faut savoir saisir l'occasion quand elle se présente. Dans le cas contraire, elle se transformera immédiatement en regret, plus ou moins éternel. 

Je parcours en ce moment la biographie de Joseph Fouché, écrite par Stefan Zweig, et la vie de cet homme politique qui parvient à gagner les plus hautes sphères du pouvoir et d'y rester, à une époque aussi troublée que celle de la Révolution française, du Directoire et des Guerres napoléonienne, est passionnante. 

À prendre ou à laisser

Voilà un homme, qui, justement, savait toujours sauter sur la bonne occasion (avec, en l'occurrence, beaucoup de cynisme et d'opportunisme, mais vous voyez l'idée : lui seul, ou presque, est parvenu à sauver sa tête tout en gardant son influence).

Un point important, toutefois, c'est qu'on ne sait pas toujours comment on va réagir lorsque l'occasion se présentera. En règle générale, on ne sait jamais vraiment de quoi on est capable, ni ce que notre instinct nous amènera à faire, au moment voulu. 


Il y a quelques années, des mecs ont voulu me voler mon portable, dans le RER. Ils avaient un couteau, et sont rentrés avec moi dans la rame. Au moment où les portes se refermaient, j'ai bondi hors du wagon et je suis parvenu à leur échapper. Pourtant, à tête reposée, si on m'avait demandé quelques heures plus tôt de quelle façon je réagirais si j'étais confronté à une telle situation, j'aurais immédiatement répondu que je préférais perdre mon téléphone que risquer de perdre la vie…

Seulement, il ne faut jamais négliger la part d'improvisation, dans ces moments-là. C'est, en fin de compte, à l'instant précis où l'occasion se présente qu'on sait si - et comment - on va la saisir. Rarement avant. 


Commentaires

christine leroy a dit…
Je pense même qu'être capable de saisir les occasions que la vie vous offre est la meilleure manière de toujours avoir de la chance...

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq