Accéder au contenu principal

La vie devant moi

La nuit ne se fait plus attendre, l’hiver non plus. Les trottoirs se couvrent de feuilles mortes pour se protéger du froid. Les passants frissonnent, pressent le pas. Les phares des voitures s’allument au milieu de l’après-midi. La journée est loin d’être finie ; pourtant « la couleur du soleil et celle de la nuit se mêlent et se succèdent » déjà. Je ne suis pas né de la dernière pluie, ni de la dernière bourrasque sur le boulevard Saint-Michel. Je connais tout cela.

La semaine dernière, je me suis rendu aux urgences ophtalmiques à six heures du matin. Une vive douleur à l’œil droit que chaque rayon de lumière relançait, intensifiait. Je me suis retrouvé dans cette salle froide, vide, morne, et terriblement lumineuse. Un panneau indique « au minimum » quatre d’heures d’attente. Je prends mon mal en patience.

C'est urgent, soyons patients

« Urgences » est le mot le moins bien choisi du jargon médical. Rien ne semble urgent. Nous sommes nombreux à attendre, à souffrir en silence, et le temps semble suspendu. Il ne se passe concrètement rien. « Patients », en revanche, est le terme adéquat. Nous sommes tous là, éberlués, assommés, fatigués. Nous voyons le personnel de l’hôpital constater que les toilettes sont bouchées, échanger sur la démarche à suivre, puis contacter un plombier. Nous finissons par voir arriver, travailler et repartir, ce dernier. Voilà notre seule distraction. Nous ne ratons aucune miette de ce feuilleton passionnant, car nous n'avons rien d'autre à nous mettre sous la dent.

L’indication lumineuse, au moins, disait la vérité. Après 4h30 d’attente, ce fut mon tour. On m’a diagnostiqué une uvéite antérieure aiguë. En gros, une infection de l'œil. Une semaine d’arrêt de travail, et de nombreuses analyses à faire pour voir ce qui avait provoqué ce mal. Ça allait de la tuberculose à la syphilis, en passant par la maladie de Lyme et le sida. De quoi être tout à fait rassuré, donc.

La vie est là

Je sais aujourd’hui que je vais bien, que je n’ai aucune de ces maladies-là, et que mon œil voit de nouveau normalement. J’ai simplement eu un bilan de santé général (prise de sang et radio des poumons) à vingt-sept ans. Ce n'est pas plus mal.

Quelques jours avant cet épisode aussi soudain que douloureux, je m’étais dit que j’allais écrire un billet de blog qui s’intitulerait « la vie devant moi ». Il faut croire que le destin souhaitait me donner une leçon, en me rappelant la fragilité de l’existence.


Cela dit, ça ne change rien. Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir la vie devant moi. De nombreuses rencontres sont encore à venir, de nombreux événements, de nombreux rebondissements. Je vais changer, probablement. L’essentiel sera de ne pas perdre mon fil conducteur, ce qui fait que je suis moi.

Un jour, dans très longtemps j'espère, ma vie sera devant moi, mais différemment. Elle sera sur la table. Elle se présentera à moi. Je pourrai relire mon histoire, repenser à tout ce qui s’est passé, à tout ce que j’ai vécu. Il faut que j'en aie conscience dès aujourd'hui, que je fasse en sorte que cette vie  soit la plus belle et la plus heureuse possible. 

Pour sourire, ce jour-là.

Commentaires

  1. Je n'aime pas que tu aies à aller aux urgences, et suis heureux que tu ailles bien.

    Je t'embrasse,

    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. heureuse que tu ailles bien !
    Que tes yeux fonctionnent bien et que les yeux de ton coeur te donnent la vision d'une vie remplie de joie !
    Je t'embrasse fort,
    Brigitte

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi