Accéder au contenu principal

Ce que tweetent les Femmes

Si vous vous attendiez vraiment à ce que je vous dise “ce que tweetent les Femmes”, ce billet de blog est fait pour vous.

Je voyais hier défiler des tweets bien singuliers : une conférence revenait en effet sur les stratégies marketing pour cibler les femmes sur Internet. Je me demande en quoi les femmes peuvent être si différentes de moi dans leur activité d'internautes. Comme moi, elles se connectent aux médias sociaux ; comme moi, elles font des recherches Google ; comme moi, elles ont tendance à regarder leurs mails dès le matin. Donc, quel est le point ?

Les femmes sont des internautes comme les autres

Des statistiques édifiantes illustraient le propos de certains intervenants : “87 % des femmes n'imaginent pas leur vie sans leur smartphone”, par exemple. Sans parler de certaines affirmations bien étonnantes :


Bien sûr, il y a des usages qui diffèrent. Bien sûr, il est nécessaire de comprendre ceux qui sont propres à chacun des canaux de communication. De là à limiter telle ou telle stratégie marketing à telle ou telle plateforme, sous prétexte que les femmes y sont plus présentes…

J'aime Pinterest, ça doit être mon côté féminin

Cela fait longtemps que le sujet est abordé sur Internet. En 2012, un article du Time affirmait que les hommes préféraient Google +, et les femmes Pinterest. Sur ce dernier point, c'est même devenu une habitude : il est de notoriété publique que les femmes plébiscitent Pinterest. Plus des deux tiers des utilisateurs sont des utilisatrices. So what?

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Je hais Google +, moi, et j'adore Pinterest. Je ne trouve pas qu'il s'agit d'un TumblR pour les femmes (pour reprendre un autre article) : c'est une plateforme ingénieuse qui permet de trouver des images de qualité, de les classer de façon pratique (surtout depuis leur géolocalisation), et de créer des boards thématiques. 

 La ménagère de moins de cinquante followers

On ne cible pas les femmes en lançant une opération sur Pinterest : on cible les internautes qui y trouvent un intérêt et s'y connectent régulièrement, pour des raisons nombreuses. On cible ceux qui suivent de près certains thèmes de prédilection, comme la mode ou l'architecture, parmi lesquels il y a peut-être, parfois, une majorité de femmes.

Idem sur Snapchat, la nouvelle application à la mode, qui rassemble 70 % de Femmes. Cela signifie-t-il que j'aurai des publicités éphémères pour des produits exclusivement féminins quand Facebook ou Google seront parvenu à mettre la main sur l'entreprise ?

Quand je lis que les femmes aiment qu'on leur raconte des histoires (propos tenus hier, là encore), ça me fait vraiment sourire. Heureusement, de nombreuses autres personnes réagissaient aux tweets publiés lors de cette conférence.



Comprendre les usages plutôt que cibler les catégories

Tout cela me fait penser aux marketeurs qui, il y a quelques années, pensaient cibler “les jeunes” en proposant des opérations sur Facebook. En France, il y avait déjà un internaute sur deux présent sur le réseau social le plus utilisé au monde, mais c'était encore considéré comme “un truc de la génération Y”. 

Le canal en lui-même ne peut se limiter à un caractère démographique : il faudrait plutôt en comprendre les caractéristiques propres, prendre le temps d'analyser les usages, y développer sa présence ; autrement dit, apprendre les règles du jeu pour créer des opérations originales (en  contournant les règles, le cas échéant), plutôt que se contenter d'observer les autres joueurs, en vain.

Cela n'est que mon avis. 

L'avis d'un jeune homme urbain connecté.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi