Accéder au contenu principal

Ce que tweetent les Femmes

Si vous vous attendiez vraiment à ce que je vous dise “ce que tweetent les Femmes”, ce billet de blog est fait pour vous.

Je voyais hier défiler des tweets bien singuliers : une conférence revenait en effet sur les stratégies marketing pour cibler les femmes sur Internet. Je me demande en quoi les femmes peuvent être si différentes de moi dans leur activité d'internautes. Comme moi, elles se connectent aux médias sociaux ; comme moi, elles font des recherches Google ; comme moi, elles ont tendance à regarder leurs mails dès le matin. Donc, quel est le point ?

Les femmes sont des internautes comme les autres

Des statistiques édifiantes illustraient le propos de certains intervenants : “87 % des femmes n'imaginent pas leur vie sans leur smartphone”, par exemple. Sans parler de certaines affirmations bien étonnantes :


Bien sûr, il y a des usages qui diffèrent. Bien sûr, il est nécessaire de comprendre ceux qui sont propres à chacun des canaux de communication. De là à limiter telle ou telle stratégie marketing à telle ou telle plateforme, sous prétexte que les femmes y sont plus présentes…

J'aime Pinterest, ça doit être mon côté féminin

Cela fait longtemps que le sujet est abordé sur Internet. En 2012, un article du Time affirmait que les hommes préféraient Google +, et les femmes Pinterest. Sur ce dernier point, c'est même devenu une habitude : il est de notoriété publique que les femmes plébiscitent Pinterest. Plus des deux tiers des utilisateurs sont des utilisatrices. So what?

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Je hais Google +, moi, et j'adore Pinterest. Je ne trouve pas qu'il s'agit d'un TumblR pour les femmes (pour reprendre un autre article) : c'est une plateforme ingénieuse qui permet de trouver des images de qualité, de les classer de façon pratique (surtout depuis leur géolocalisation), et de créer des boards thématiques. 

 La ménagère de moins de cinquante followers

On ne cible pas les femmes en lançant une opération sur Pinterest : on cible les internautes qui y trouvent un intérêt et s'y connectent régulièrement, pour des raisons nombreuses. On cible ceux qui suivent de près certains thèmes de prédilection, comme la mode ou l'architecture, parmi lesquels il y a peut-être, parfois, une majorité de femmes.

Idem sur Snapchat, la nouvelle application à la mode, qui rassemble 70 % de Femmes. Cela signifie-t-il que j'aurai des publicités éphémères pour des produits exclusivement féminins quand Facebook ou Google seront parvenu à mettre la main sur l'entreprise ?

Quand je lis que les femmes aiment qu'on leur raconte des histoires (propos tenus hier, là encore), ça me fait vraiment sourire. Heureusement, de nombreuses autres personnes réagissaient aux tweets publiés lors de cette conférence.



Comprendre les usages plutôt que cibler les catégories

Tout cela me fait penser aux marketeurs qui, il y a quelques années, pensaient cibler “les jeunes” en proposant des opérations sur Facebook. En France, il y avait déjà un internaute sur deux présent sur le réseau social le plus utilisé au monde, mais c'était encore considéré comme “un truc de la génération Y”. 

Le canal en lui-même ne peut se limiter à un caractère démographique : il faudrait plutôt en comprendre les caractéristiques propres, prendre le temps d'analyser les usages, y développer sa présence ; autrement dit, apprendre les règles du jeu pour créer des opérations originales (en  contournant les règles, le cas échéant), plutôt que se contenter d'observer les autres joueurs, en vain.

Cela n'est que mon avis. 

L'avis d'un jeune homme urbain connecté.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq