Accéder au contenu principal

Ce Que Sera Demain

Les déclinistes étaient nombreux, dans les années 2000, à être invités sur les plateaux de télévision. Ils venaient nous expliquer que tout finirait mal, que la dette ne se résorberait jamais, que l'économie française était moribonde, que les déficits publics continueraient de s'accroître ad vitam aeternam

Puis vint la crise, cette crise qui était la plus importante depuis le jeudi noir d'octobre 1929. Ça changeait un peu la donne ; il fallait revoir le discours, puisque la lente déliquescence faisait place à un choc brutal, soudain, qu'aucun des pseudo-prévisionnistes n'avait bien entendu anticipé. À force de vivre dans le temps de la crise perpétuelle, on passe à côté des crises véritables, forcément.
Ce qui arrive, en fin de compte, ce n'est pas l'inévitable, mais l'imprévisible” Keynes
Aujourd'hui, la grande question que se posent les spécialistes - journalistes, économistes et  communicants -, est la suivante : les courbes du chômage vont-elles s'inverser avant la fin de l'année ? Si oui, Hollande aura gagné son pari. Dans le cas contraire, il l'aura perdu. C'est aussi simple que ça. Enfantin, même.
Pour ce qui me concerne, si les courbes s'inversent en janvier ou en février, je trouverai ça cool quand même.

L'avenir nous le dira

On peut toujours se demander ce que sera demain. C'est sain, même, probablement. Surtout en politique, puisque “gouverner, c'est prévoir” (pour reprendre les mots d'Émile de Girardin). 

Cela dit, n'oublions pas que les erreurs d'analyse ou de prédictions sont légions. Il faudra un jour faire le bilan de toutes les prévisions erronées.


Et même dans le cas où les études s'avèrent exactes, pertinentes, elles ne suffisent pas. Nous avons trop tendance, collectivement, à vouloir voir ce que sera l'avenir sans comprendre qu'il dépend aussi beaucoup de nous. Vous pouvez faire toutes les analyses que vous voulez, si vous ne vous lancez pas un jour, si vous n'investissez pas, si vous n'inventez pas, vous continuerez de subir l'avenir.

Il en va de même pour la vie personnelle, d'une certaine façon. C'est bien beau de vouloir savoir ce que sera demain. Que vais-je devenir ? Qu'est-ce que la vie me réserve ? Quel temps fera-t-il ? À quoi faut-il se préparer pour affronter cet avenir si proche ? À quelle heure on mange ?
Oh ! Demain, c'est la grande chose ! De quoi demain sera-t-il fait ?” Victor Hugo
Le mieux, peut-être, est de comprendre que l'on peut agir, dès aujourd'hui. À son échelle. Que l'on peut faire quelque chose, sortir, échanger, discuter, rencontrer des inconnus sur Internet, s'attabler, commencer à écrire un roman, ou à dessiner, faire des plans… imaginer.

Demain sera ce que j'en ferai

Face aux doutes, face à la peur de ce qui vient, face au futur anxiogène, on peut commencer par écouter (chanter ?) que sera, sera. On peut en décrire des évolutions terrifiantes - et je vous recommande chaudement la série britannique Black Mirror si vous aimez vous faire peur en imaginant un monde futuriste effrayant.


On peut aussi tout simplement retrousser ses manches et trouver une façon de l'inventer, cet avenir.

Créer ses propres motifs, pour reprendre cette idée développée dans un précédent billet. “Qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve trouveront dans ce sol, lavé comme une grève, le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?”. Certes, je n'en sais rien. Mes efforts ne porteront peut-être pas leurs fruits. Mais qu'ai-je à perdre, concrètement ?

Alors que l'automne s'installe doucement, que les feuilles jonchent le trottoir, que les fraîches bourrasques de vent viennent fouetter mon visage, je souris à l'avenir. 

Cela fait longtemps que je n'ai plus peur de ce que sera demain.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq