Accéder au contenu principal

Se trouver là, à cet instant précis…

Ils étaient venus prendre un café, un samedi, dans un lieu fréquenté : le Westgate Mall. Ils souriaient, en discutant, autour de ce cappuccino réconfortant. Quelques heures plus tard, ils allaient reprendre l'avion, et profitaient simplement de cet instant pour se détendre. Mais ce jour là, à cet instant précis, dans ce lieu-là, une dizaine de terroristes avait choisi de venir exterminer le maximum de personnes.

Bad luck

La plupart des victimes n'avaient qu'une idée vague de la situation géopolitique, de l'existence des Shebab, de leurs revendications. Certaines d'entre elles se préoccupaient probablement assez peu des conflits régionaux. Elles étaient simplement là, au mauvais endroit, au mauvais moment.

C'est le principe du terrorisme : atteindre les pouvoirs politiques ou l'opinion publique en exterminant des personnes qui sont innocentes, au sens propre ; c'est-à-dire qui ne peuvent même pas comprendre pour quelle raison elles sont sommairement exécutées.


C'est une composante de la vie. L'échelle du lieu et de l'instant. On peut se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment, avec les mauvaises personnes. Ou au contraire au bon endroit, au bon moment. 

Jackpot

Le 14 septembre dernier, Glen James, un SDF américain, a ainsi trouvé par hasard un sac à dos dans le Centre commercial de Dorchester, près de Boston. Ce sac contenait près de 40 000 dollars, selon le quotidien The Boston Globe. Plutôt que de repartir avec, il a décidé de le rapporter à la police. Une cérémonie a été organisée en son honneur, pour le remercier de son honnêteté. Un comptable de Virginie de 27 ans a lancé une collecte sur un site de crowdfunding : plus de 5000 internautes ont participé à une collecte s'élevant au final à 130 000 dollars de dons, pour ce SDF. 

Deux centres commerciaux, deux histoires radicalement opposées. Dans un cas, des personnes condamnées sans raison, dans l'autre, une personne récompensée pour un geste honnête, certes, mais qui fait suite à une découverte totalement fortuite. 

Aussi absurde que ça puisse paraître, c'est comme ça. Vous aussi, vous allez vous retrouver dans des endroits et à des moments plus ou moins déterminants pour la suite de votre existence. J'espère que vous prendrez conscience, le plus souvent possible, de la chance que vous avez de vous trouver au bon endroit, au bon moment, avec la ou les bonne(s) personne(s).

C'est important, je crois.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi