Accéder au contenu principal

Pages de Soutien sur Facebook : la mobilisation est-elle durable ?


En quelques heures, des centaines de milliers d'internautes ont liké la Page de Soutien au Bijoutier de Nice - ou les Pages parodiant cette mobilisation, comme celle du Lapin. Mais que deviendront ces communautés dans le temps ?

Je ne vais pas revenir sur le fait divers tragique (*). Un bijoutier a abattu l'un de ses braqueurs mercredi dernier et risque d'être condamné. Ce qui m'intéresse, moi, c'est la mobilisation facebookienne suite à ce fait divers. Et surtout, le prolongement de cette mobilisation

À l'heure où j'écris ces lignes, la Page “Soutien au bijoutier de Nice” compte plus d'1,6 million de likes sur Facebook. Cela signifie qu'autant de personnes ont décidé de s'abonner à cette Page.

L'illusion de la pétition en ligne

En effet, contrairement à ce que prétendait son auteur, l'équation “1 like = 1 signature” (mise en avant sur la cover de la Page en question) est une assertion totalement erronée. Une Page Facebook n'est pas une pétition en ligne. Un like est beaucoup plus engageant, malgré les apparences. 

Dans Le Parisien daté d'aujourd'hui, Nicolas Kaciaf - maître de conférences en Sciences politiques à l'IEP de Lille revient sur la signification de l'acte qui consiste à “aimer une Page” : “c'est un degré d'investissement a minima. Il s'agit d'un comportement tellement éphémère qu'il est difficile de savoir ce qu'implique pour un utilisateur le fait de liker une Page. C'est peu coûteux matériellement et idéologiquement, mais rassurant : ça permet de constater qu'on n'est pas seul”. 



Que deviendra cette Page ensuite ?

Voilà la question que nous devons nous poser maintenant. Croyez-moi, rassembler une communauté d'1,6 million de personnes est le rêve de nombreux marketeurs. A fortiori, le rêve de nombreux spécialistes de la communication politique. 

La personne qui se trouve derrière cette Page (qui demeure anonyme, ce qui pose d'autres questions) en assure consciencieusement le community management en se défendant d'avoir acheté de faux “likes”, et en mobilisant les internautes heure après heure, depuis le début. Selon Guilhem Fouetillou, de l'agence Linkfluence, “l'auteur a fait un travail honnête [à cet égard], avec des messages réguliers de remerciement”. 


Mais c'est précisément la raison pour laquelle on est loin de la pétition en ligne : une Page Facebook est un outil formidable de mobilisation sur le moyen ou long terme. Vous vous retrouvez avec plus d'un million de personnes que vous allez pouvoir informer, au fur et à mesure, de l'évolution de l'affaire, en mettant en avant les réactions politiques que vous souhaitez (celle de Christian Estrosi, par exemple, a été publiée rapidement sur la Page, ce n'est pas anodin). 

De la pérennité d'une telle mobilisation

En gérant correctement les choses, vous pouvez transformer la Page progressivement pour faire passer d'autres messages.

C'est cette évolution qu'il va falloir suivre de très près. D'autant que je rappelle qu'on ne sait toujours pas qui se trouve derrière : un groupuscule d'extrême-droite ? Un particulier grisé par cet engouement sans précédent ?

D'une certaine façon, la question se pose également pour la Page parodique (Soutien au Lapin qui a tué un chasseur) qui rassemble désormais 200 000 personnes. Y aura-t-il des posts, sur cette Page, dans deux ou trois semaines ? Le Lapin deviendra-t-il un symbole de contre-mobilisation (le LolRabbit après le Lolcat) ? Certain(e)s semblent le penser.


Vous-mêmes, si vous vous trouviez derrière ces Pages au succès aussi phénoménal que soudain, que feriez-vous de ces communautés
Telles sont les questions que je me pose aujourd'hui.

[* Le mieux est encore de lire l'excellente analyse de @Maitre_Eolas si vous voulez en savoir plus sur ces histoires de légitime défense, et si l'aspect Social Media n'est pas ce qui vous préoccupe véritablement].


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr