Accéder au contenu principal

Tout bonheur se paye-t-il ?

Est-ce qu'il y aurait une équation existentielle, une logique inhérente au monde, qui voudrait que chaque bonheur se paye, et qu'inversement chaque malheur se compense un jour ? Comment expliquer, sinon, toutes ces chansons, tous ces romans, tous ces poèmes ? Existe-t-il des hommes pleinement heureux jusqu'à la fin, ou, à l'inverse, misérables éternellement ? 

Je n'ai pas la réponse à ces questions ; j'imagine qu'il y a un équilibre, quelque part. Si tel est le cas, il y a des raisons de s'inquiéter quand tout va bien, et autant de raisons d'espérer quand tout va mal. Après, tout dépend du tempérament de chacun.
Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur, et quand il croit ouvrir ses bras, son ombre est celle d'une croix”. Aragon
J'aime la vie, pour ce qui me concerne, et je souhaite de tout cœur ne jamais baisser les bras. Même si je ne sais pas ce que l'avenir me réserve. Même si je vais m'en prendre plein la gueule, comme tout le monde.


Quand il vous arrive un malheur, parfois, on s'étonne. On ne comprend pas. On est sonné. On se demande pourquoi, on se demande comment. On n'en revient pas tout de suite. C'est un peu comme si, en jouant en loto, on pouvait aussi perdre. Perdre vraiment, je veux dire : c'est-à-dire devoir à la Française des Jeux 2 millions d'euros, par exemple.
Il y aurait sans doute moins de joueurs.
Ce qui ne tue pas rend plus fort, ou handicapé”. Booba
J'en fais la promesse ici : je m'engage à me relever, toujours. À garder la même motivation, la même envie, le même amour pour toutes ces choses ici-bàs, pour ces presque riens qui sont tout, pour ces matins d'été, même lorsqu'ils sont pluvieux et que le ciel est sale. Pour la musique, pour les voyages, pour les sourires. Pour l'imaginaire enfin, qui est ce qu'il y a de plus précieux au monde peut-être, puisqu'il permet tout. 

Sur une échelle de 1 à 34 (où 1 serait le malheur absolu et 34 le bonheur suprême, l'épanouissement total), j'ignore où je me situe aujourd'hui. Je ne sais pas pour vous. Mais ce que je sens bien, c'est que ça va encore pas mal bouger, au cours de mon existence.


Il y aura des périodes plus ou moins chaudes, des évolutions, des surprises, des saisons, avec des durées fluctuantes, certains printemps dureront des décennies, certains hivers quelques mois. Mais je commence à être préparé à tout ça. Depuis longtemps, je sais que la vie se décompose en époques. 

J'ai posé la question à Google : “tout bonheur se paye-t-il ?”. Je suis tombé sur des forums de discussion où les gens étaient catégoriques, et assez déprimants, d'une certaine façon.


Alors j'ai décidé d'écrire un billet de blog, en espérant que mon Page Rank n'est pas trop mauvais, et que d'autres internautes tomberont sur ces mots. Ça marche dans les deux sens, encore une fois : si le bonheur se paye peut-être, alors le malheur se compense nécessairement.



Commentaires

Cavret a dit…
J'ai bien noté ton engagement Basiloo !

De mon côté, je suis en train de lire "Plaidoyer pour le bonheur" de Matthieu Ricard.

Car pour savoir si le bonheur est payant, il faut savoir déjà ce qu'est le bonheur et ne pas le confondre avec le plaisir.

Je te passerai le bouquin après les vacances si ça t'intéresse ;)
Soheil a dit…
“Si tel est le cas, il y a des raisons de s'inquiéter quand tout va bien, et autant de raisons d'espérer quand tout va mal.”

Cette phrase me rappelle une pièce de Françoise Dorin, La Facture, dans laquelle une femme dont la vie n'est qu'une suite d'événements heureux fait tout ce qu'elle peut pour introduire un peu de malheur dans sa vie: elle est persuadée qu'elle va devoir un jour payer ce bonheur et terrifiée à l'idée que sa "facture" ne cesse d'augmenter (rôle écrit pour et créé par Jacqueline Maillan: http://www.ina.fr/video/CPA76068303).

A part ça, je trouve très drôle l'idée que l'on puisse devoir 2 millions d'euros à la Française des jeux :-)

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq