Accéder au contenu principal

Génération perdue ou génération bénie ?

Vivre pleinement sa jeunesse, ne pas se poser trop de questions, dévorer des livres, aller au cinéma,  discuter avec des inconnu(e)s sur Internet, faire une sieste au cœur d'un jardin parisien, sortir, avoir confiance en l'avenir, ne pas se laisser gagner par un sentiment qui fait recette : le désenchantement d'une génération. Du “suicide social” d'Orelsan à “Saint-Anne” de Fauve, les chanteurs d'aujourd'hui se plaisent à dépeindre le malaise d'une jeunesse prétendument perdue. 

Jusqu'au ridicule : 

(…) des gars qui parlent, des filles qui baisent, des filles qui baisent pour dire qu'elles baisent. La baise, on n'en garde souvent que des regrets. Parfois des maladies. Au fond on fait ça sans plaisir, sans réelle envie. C'est surtout pour ne plus penser, ça cache des plaies à vif. Mais ça, c'est un secret, en vérité on est perdu, désabusé, désœuvré, seuls comme des animaux blessés, on est triste et nos cœurs saignent”.

Je me demande à quoi ça rime, tout ça. Être blasé alors qu'on a pas encore la trentaine, c'est déprimant. Alors, bien sûr, tout ne se passe pas comme on le souhaiterait, bien sûr qu'il y a des douleurs, des tristesses, du mal-être ; mais je m'en fous, en l'occurrence, j'ai pas envie de broyer du noir à vingt-sept ans, moi. Dans cinquante ans on regrettera peut-être notre époque, qui est un putain d'âge d'or, en vérité.


Pas de guerre, pas d'épidémie dont on serait incapable de se prémunir, une société construite, avec des institutions solides, une Justice, un Parlement, des textes de lois, des routes en bon état, un système de santé incroyable, des médias libres, pluriels ; et puis de l'innovation surtout, comme jamais auparavant, dans l'Histoire de l'humanité. De nouvelles opportunités tous les ans, de nouveaux progrès, de nouveaux outils, de nouvelles possibilités.

Il faut se réveiller. On a la chance de vivre à l'époque d'Internet. On a vu la naissance de ce truc génial, apparu par hasard, et qui se déploie maintenant. Il y a sans arrêt de nouvelles applications, de nouveaux développements, de nouveaux horizons.

Alors vivons, simplement, pleinement, sereinement, sortons, buvons, trinquons à cette chance-là. Arrêtons de soupirer dans l'open space. Échangeons, puisqu'une révolution technologique nous offre mille façons de le faire, partageons, créons, imaginons. Réinventons.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent