Accéder au contenu principal

Bonne nuit

Je me retrouve torse nu, en jean, fenêtre grande ouverte. Comme hier, comme avant hier. Comme demain probablement. Pieds nus, dans cet appartement où j'oublie ce qu'était l'hiver.

La chaleur écrase la ville, et je constate étrangement que je parle en octosyllabes ; ça ne rime pas à grand chose, mais je voulais le signaler.

Le Cercle des internautes disparus

Ça pourrait être intéressant comme limite créative. Les cent-quarante caractères, on commence à s'y habituer, mais un nouveau réseau social qui imposerait à ses membres de s'exprimer toujours en vers,  ça, ce serait intéressant. Il y aurait probablement moins de monde que sur Twitter, mais ça amènerait les hommes à se mettre à la poésie. Et nous en avons bien besoin. Cela étant, c'est peu probable, je vous l'accorde volontiers. C'est un vieux rêve de khâgneux qui ne verra jamais le jour : on manque d'ingénieurs poètes.

J'aime avoir la fenêtre ouverte sur la nuit. Je pense aux autres hommes, qui peuplent cette ville, ce pays. Statistiquement, à 23 heures, un Français sur deux sera couché (selon l'Insee). Je me dis que ça fait beaucoup de personnes qui passent à côté de ce moment privilégié, au calme.

Nuit noire

Même si je ne fais pas partie des 4 % de personnes (de 11 ans et plus) qui s'endorment en moyenne à 3 heures du matin, j'aime me coucher tard, de temps en temps.

©hebiflux

J'aime la nuit, j'aime la lune, j'aime les lits, j'aime le silence nocturne, j'aime les sourires dans l'obscurité, les yeux qui brillent, j'aime les veillées, les feux de camp, les chamallows grillés. J'aime les bains de minuit, la liberté, l'aventure. J'aime tout ça.

J'aime les rêves, le sommeil, les paupières lorsqu'elles sont closes, la respiration du dormeur, l'abandon, le relâchement. Il faut savoir ne plus penser à rien. Se laisser prendre par le sommeil, tranquillement. “Imite le moins possible les hommes dans leur énigmatique maladie de faire des nœuds”, écrivait René Char. Il est un moment où tout se dénoue, potentiellement : et c'est la nuit.

J'aime l'idée que quelqu'un me lit, maintenant, et qu'il va s'endormir bientôt.

J'aime la formule “bonne nuit”. Murmurée par la mère à son enfant, par la femme à l'homme qu'elle aime, par le frère, par l'ami. Les “bonne nuit” des vacances entre cousins, quand on repousse au plus tard le moment de dormir, les “bonne nuit” réconfortants, la veille d'un examen ; les “bonne nuit” amoureux, précédés ou suivis d'un baiser savoureux ; et j'aime tous ces mots qui accompagnent cette formule. Les “dors bien” et autres “fais de beaux rêves”.

Bonne nuit, donc.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr