Accéder au contenu principal

Médias SOCIAUX VS. Médias SOUCIEUX

Si j'aime autant les réseaux sociaux, et Internet en général, c'est en particulier pour le souffle nouveau qu'ils apportent. Une fraicheur, une simplicité dans l'expression, beaucoup d'humour, aussi. Quand les médias dits traditionnels déversent chaque soir un flot de nouvelles anxiogènes dans les foyers - des trains qui brûlent, des avions qui s'écrasent, des gens qui meurent -, je trouve un réel plaisir à parcourir ma Time Line, tranquillement.

Les médias traditionnels sont des médias soucieux. Ils suintent l'effroi. Ils affirment, avec gravité, que  “la France a peur”. Pour chaque catastrophe, ils comptent les morts avec avidité : plus il y en a, plus l'information devient importante. Le journalisme se nourrit goulument des charniers qui s'accumulent.

La Terreur dans le salon

Les conséquences ne sont pas à négliger. Un exemple : selon une étude de Taylor Nelson SOFRES Media Intelligence, les sujets "faits divers - police justice" ont augmenté de 126 % tous médias confondus (télévision, radio et presse écrite) entre février et mars 2002, avant de baisser de près de 50 % à la suite du 1er tour de l'élection présidentielle (qui avait vu la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le 2nd tour). 

L'insécurité n'avait pas, en un mois, augmenté de 126 %. Son traitement médiatique, si.


Jamais ces médias-là - ceux du passé, je veux dire - ne cherchent à vous rassurer. Rendez-vous compte ! Des gens sont en train de mourir ici ou là, la crise n'est pas finie, et les services de renseignement américains vous espionnent.

La solidarité des twittos

Sur les médias sociaux, en revanche, si l'information reste au cœur du système, on trouve un traitement original, des messages rassurants, des sourires.



Ce n'est pas la peur qui est à l'origine des tweets que je lis, et aucune crainte ne se dissimule derrière les images que je découvre sur Pinterest. On se serre les coudes, sur les médias sociaux. On réagit, on commente, on partage, on se soutient les uns les autres, on se fait rire.

Un événement ne se mesure pas au nombre de morts, mais au nombre de retweets, ou au nombre de likes. Au nombre de TumblR créés pour l'occasion.

Hope

J'entends déjà certains aigris railler mon optimisme et mon amour pour les médias sociaux. Oui, sur Internet, on trouve de tout, bien sûr, et vous pouvez me sortir un certain nombre de messages anxiogènes publiés sur tel ou tel réseau, c'est certain.

Vous pouvez aussi me dire, avec raison, que les médias traditionnels se réinventent aujourd'hui. J'écrivais, pas plus tard que la semaine dernière, que la Télévision et Twitter avaient un avenir commun.

Par conséquent, si nous parvenons à garder notre humour, notre recul, notre solidarité, notre espoir, les médias soucieux finiront par péricliter. Grâce aux médias sociaux. Grâce à nous tous, collectivement.

Grâce à vous. :-)


Commentaires

  1. Les médias sociaux sont des lieux d'échanges très attractifs. Mais, au point de les comparer à la télévision, je ne suis pas tout à fait d'accord.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,