Accéder au contenu principal

Twitter et Télévision : un Avenir Commun ?


Tous les chiffres concordent, ceux des conférenciers, comme ceux des cabinets d'études ou ceux des journalistes. Le phénomène tend même à se renforcer, ces derniers mois : sur Twitter, on commente beaucoup ce qui passe à la télévision. 

Il faut dire que les responsables des chaînes ont rapidement compris l'intérêt qu'ils avaient à encourager les internautes à participer à leurs émissions. Le CSA a bien tenté, un moment, d'interdire le mot “Twitter” à la télévision - car Twitter est aussi une marque, comme Facebook, et que la loi est stricte sur ce point depuis 1992. Mais la proscription a vite été bafouée : ça devenait ridicule de parler par métonymie, à la longue. Surtout pour les chaînes d'info en continu qui passent le plus clair de leur temps à lire les tweets des autres.

Les graines du Poulailler 

Désormais, c'est Open Bar. Les journalistes et les présentateurs TV ne lésinent plus. Du "Twitter" par ici, du "tweet" et du "retweet" par là, du "hashtag" en veux-tu en voilà. Comme aux États-Unis, finalement, depuis plusieurs années. Et les twittos picorent les mots-diéses télévisuels avec avidité. Ce sont autant de graines lancées dans le poulailler.
Les gens qui ne connaissent pas Twitter - mais qui, à force d'en entendre parler, refont un essai en réactivant leur compte -, ne doivent rien comprendre de tous ces acronymes : #onpc (pour "on n'est pas couché"), #adp (pour “l'amour est dans le pré"), #dpda (pour "des paroles et des actes"), #ss7 (pour "secret story 7"), etc.


Même pour les initiés, c'est un peu pénible, parfois.

Suivre ce qui se passe, sans regarder

Mais l'avantage c'est qu'il est tout à fait possible de savoir ce qui se passe dans toutes ces émissions sans jamais allumer son poste. C'est ce que me confiait Antoine, il y a quelques années déjà. On peut aujourd'hui avoir une discussion soutenue, lors d'un dîner mondain, à propos d'une série télévisée que l'on n'a jamais regardée.
Ça me fait penser à l'excellent livre Comment parler des livres que l'on n'a pas lus (aux éditions de Minuit) que je vous recommande vivement (même si je ne l'ai jamais lu moi-même).

Les internautes aiment regarder la télévision avec la télécommande dans la main gauche et le mobile dans la main droite. C'est comme ça. (Cette phrase fait moins de 140 caractères, vous pouvez la tweeter).

Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Et la raison en est simple : nous sommes humains (trop humains ?), et nous aimons vivre ensemble certains phénomènes de masse. Il est agréable d'échanger avec ses amis, sa famille, voire avec de parfait(e)s inconnu(e)s, à propos d'événements qui nous dépassent, en tant qu'individus. Faire partie de l'histoire, finalement. 

Vous me direz, commenter “Splash” sur TF1, ce n'est pas comme commenter la chute du mur de Berlin en direct. Et pourtant, si, je pense que c'est à peu près le même phénomène qui se produit, les mêmes ressorts qui sont à l'œuvre.

La télévision n'est donc pas morte, elle se réinvente, simplement. Il faut de l'interaction, du partage, des réactions, des échanges ; le flux incessant, uniforme, finira par lasser. Mais le fait de contribuer collectivement à l'apparition et au développement d'événements de masse continuera à exciter les foules, pendant des siècles et des siècles.

Ainsi soit-il.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr