Accéder au contenu principal

Le Personal Branding Trash

Il est, après tout, très simple de faire parler de soi, de nos jours. La célébrité est à la portée du premier psychopathe venu. 
  • Vous pouvez poignarder un soldat dans le sud de Londres et lui découper la tête avec une machette, par exemple, puis demander aux passants de vous filmer et de vous mettre sur Youtube, en leur expliquant calmement les raisons de votre acte, comme si tout était normal, et que vous n'aviez rien à vous reprocher.
  • Vous pouvez vous tirer une balle dans la bouche, à l'intérieur de Notre-Dame, également. On parlera de vous quelques jours, on donnera votre nom, alors que vous n'étiez plus connu par personne, à part quelques personnalités d'extrême-droite. Votre acte aura beau être parfaitement immoral et vulgaire, certains vous considéreront avec admiration, qui sait ?
  • Vous pouvez aussi vous faire sauter la cervelle dans une cour d'école. Vous ferez l'ouverture du 20h. Le lendemain matin, Le Parisien publiera en “une” votre geste, avec un dossier complet racontant votre histoire, et présentant une infographie pour informer le lecteur dans le détail. Le président de la République évoquera votre mort, honneur posthume. Le ministre de l'intérieur sera interrogé sur la façon d'éviter que cela se reproduise, à l'avenir - en dépit du caractère imprévisible de votre acte - et il sera contraint d'expliquer aux journalistes qu'il est difficile de mettre des portiques de sécurité à l'entrée de toutes les écoles de France.
  • Vous pouvez aussi manger votre partenaire sexuel canadien, et fuir en Europe. Si votre fugue dure suffisamment longtemps, tout le monde aura peur de se faire manger par vous, et les médias accorderont toute leur attention sur votre personne, votre parcours, votre profil Facebook, vos vidéos Youtube, etc. Des blogueurs publieront la vidéo de votre déjeuner cannibale, pour gagner du trafic [lire : “l'éthique s'efface toujours derrière Google Analytics”].
  • Si vous n'avez pas faim, vous pouvez fabriquer une bombe artisanale avec une cocotte minute et tuer des gens qui ne vous ont rien demandé, et qui couraient tranquillement un jour de beau temps, pour un marathon bostonien. Tout le monde parlera de vous, on vous filmera en Night Mode depuis un hélicoptère, on lira vos tweets, et le FBI montrera les photos de votre cocotte minute à la télévision.

Si vous n'êtes pas bricoleur, ou que vous n'avez pas de cocotte minute, ou que vous n'aimez pas la chair humaine, et que vous n'êtes pas suicidaire, ni particulièrement exhibitionniste, vous pouvez aussi tenter de devenir quelqu'un de bien. Non, je ne parle pas d'entrer en religion, et de faire du porte-à-porte pour évangéliser vos bien chers frères. Simplement, vous mettre à écrire, par exemple, ou dessiner, ou prendre des photos. 




Les journaux ne parleront pas de vous avant un moment, et alors ? La célébrité, c'est so XXe siècle

Outre les dérangés cités ci-dessus, la gloire appartient aujourd'hui à Lady Gaga, Justin Bieber et un coréen quarantenaire qui fait la danse du cheval. Alors oubliez la célébrité, et devenez celui ou celle que vous êtes vraiment, en vous efforçant de faire de grandes et belles choses. 

Ou sinon - c'est aussi une option -, vivez tranquillement une petite vie discrète, tout à fait heureuse.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq