Accéder au contenu principal

Le Personal Branding Trash

Il est, après tout, très simple de faire parler de soi, de nos jours. La célébrité est à la portée du premier psychopathe venu. 
  • Vous pouvez poignarder un soldat dans le sud de Londres et lui découper la tête avec une machette, par exemple, puis demander aux passants de vous filmer et de vous mettre sur Youtube, en leur expliquant calmement les raisons de votre acte, comme si tout était normal, et que vous n'aviez rien à vous reprocher.
  • Vous pouvez vous tirer une balle dans la bouche, à l'intérieur de Notre-Dame, également. On parlera de vous quelques jours, on donnera votre nom, alors que vous n'étiez plus connu par personne, à part quelques personnalités d'extrême-droite. Votre acte aura beau être parfaitement immoral et vulgaire, certains vous considéreront avec admiration, qui sait ?
  • Vous pouvez aussi vous faire sauter la cervelle dans une cour d'école. Vous ferez l'ouverture du 20h. Le lendemain matin, Le Parisien publiera en “une” votre geste, avec un dossier complet racontant votre histoire, et présentant une infographie pour informer le lecteur dans le détail. Le président de la République évoquera votre mort, honneur posthume. Le ministre de l'intérieur sera interrogé sur la façon d'éviter que cela se reproduise, à l'avenir - en dépit du caractère imprévisible de votre acte - et il sera contraint d'expliquer aux journalistes qu'il est difficile de mettre des portiques de sécurité à l'entrée de toutes les écoles de France.
  • Vous pouvez aussi manger votre partenaire sexuel canadien, et fuir en Europe. Si votre fugue dure suffisamment longtemps, tout le monde aura peur de se faire manger par vous, et les médias accorderont toute leur attention sur votre personne, votre parcours, votre profil Facebook, vos vidéos Youtube, etc. Des blogueurs publieront la vidéo de votre déjeuner cannibale, pour gagner du trafic [lire : “l'éthique s'efface toujours derrière Google Analytics”].
  • Si vous n'avez pas faim, vous pouvez fabriquer une bombe artisanale avec une cocotte minute et tuer des gens qui ne vous ont rien demandé, et qui couraient tranquillement un jour de beau temps, pour un marathon bostonien. Tout le monde parlera de vous, on vous filmera en Night Mode depuis un hélicoptère, on lira vos tweets, et le FBI montrera les photos de votre cocotte minute à la télévision.

Si vous n'êtes pas bricoleur, ou que vous n'avez pas de cocotte minute, ou que vous n'aimez pas la chair humaine, et que vous n'êtes pas suicidaire, ni particulièrement exhibitionniste, vous pouvez aussi tenter de devenir quelqu'un de bien. Non, je ne parle pas d'entrer en religion, et de faire du porte-à-porte pour évangéliser vos bien chers frères. Simplement, vous mettre à écrire, par exemple, ou dessiner, ou prendre des photos. 




Les journaux ne parleront pas de vous avant un moment, et alors ? La célébrité, c'est so XXe siècle

Outre les dérangés cités ci-dessus, la gloire appartient aujourd'hui à Lady Gaga, Justin Bieber et un coréen quarantenaire qui fait la danse du cheval. Alors oubliez la célébrité, et devenez celui ou celle que vous êtes vraiment, en vous efforçant de faire de grandes et belles choses. 

Ou sinon - c'est aussi une option -, vivez tranquillement une petite vie discrète, tout à fait heureuse.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi