Accéder au contenu principal

La vie, en chantier

Avec les beaux jours - que l'on attend toujours, mais enfin bon… - les travaux commencent à Paris. On entend le bruit du marteau-piqueur en se rendant au bureau, le matin. On voit se dresser les échafaudages, et se former des nuages de poussière que de rares rayons de soleil traversent parfois. Il se trouve que ce sujet prend un sens particulier pour moi, car des travaux de ravalement de la façade de mon immeuble ont été initiés ces dernières semaines ; et qu'un hasard malencontreux a fait que le mur de mon appartement s'est partiellement effondré.

Ce dimanche, j'ai donc utilisé la pelle et la balayette pour nettoyer ces fracas de pierre et de bois, dans ma chambre à coucher, avant de ranger minutieusement tous les objets attenants au mur fragilisé, mur qui va être refait à neuf prochainement. Un grand rangement de printemps, en somme, imposé par les circonstances.
“On ne met pas son passé dans sa poche ; il faut avoir une maison pour l'y ranger”. Sartre
Comme à chaque fois, je me retrouve là, assis, avec des musiques que je connais bien, à trier des affaires du passé. Je vois défiler des livres de mes études déjà lointaines, des mots, des ouvrages fichés, des babioles, et des photos, par dizaines…


Et j'ai l'impression que ça me fait toujours le même effet. J'ai déménagé plusieurs fois, je suis allé dans différentes villes, j'ai rangé ma vie à de maintes reprises (lire ce billet), et je me reprends toujours la même baffe nostalgique.
C'est assez violent. 

Il paraît que les médecins vous conseillent de mettre de l'ordre dans vos affaires pour vous annoncer votre mort prochaine. Je ne sais pas si c'est réellement la meilleure recommandation que l'on puisse faire à un malade. Ce n'est pas anodin, de se confronter à son passé.

Disons que je vis ça comme un ravalement de moi-même. Il y a quelques éboulements, mais a priori dans quelques temps la façade sera refaite, et les fondations seront plus solides. Je pourrai reprendre une activité normale, en étant même un peu plus serein, peut-être.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq