Accéder au contenu principal

À quoi tu penses ?

“Dis, à quoi tu penses ?”
Cette question vient rompre un silence qui s’installait doucement. Elle me regarde, me sourit, puis me repose la question. Ce n’est pas facile d’y répondre, car il faut renouer avec le fil de mes pensées, qu’elle a précisément interrompu en m’interrogeant.

Pense bête

En soi, d’ailleurs, ce n’est pas évident de savoir à quoi l’on pense. À partir de quand le flux incessant de choses qui nous passent par la tête peut-être considéré comme une “pensée”, à part entière ? La plupart des idées qui naissent dans un cerveau ne se se conçoivent ni ne s’énoncent clairement. 

Je vous renvoie à Sartre ou à Nietzsche.


Ce que je pense, pourtant ! 

Cogito ergo sum

J’ai l’impression que je pense tout le temps, que ça ne s’arrête jamais. Des images, des fantasmes, des projets, des envies, des regrets, des souvenirs, des impressions, des jugements, des doutes, des inquiétudes, des désirs, tout cela m’habite, se bouscule à l’intérieur de ma boite crânienne.

Quand je suis dans le métro, je regarde les gens, j’imagine leur vie, je cherche à déceler leur mystère, à déchiffrer leur propre conscience. Quand je marche dans la rue, mon regard tombe sur une inscription : je ne peux m’empêcher de penser à la personne qui, un jour, a tapé ces lettres sur un clavier d’ordinateur, ou une machine à écrire. C'est plus fort que moi.

Penser en permanence, mais ne rien penser d’incroyable non plus. C'est bien là le problème. 
Ah, si seulement on pouvait ne plus penser à rien !

Coucher ses pensées par écrit


Écrire, c’est une façon de mettre un peu de l’ordre, de ranger sa conscience. De construire des pilotis dans ce marécage de sentiments, pour bâtir une pensée digne de ce nom.

Ça fait du bien, d’avoir un blog. On peut stocker certaines pensées dans les nuages. On peut se décharger de certaines réflexions en les inscrivant dans le marbre virtuel.

- …alors, tu me réponds ? À quoi penses-tu ?

- Ah oui, pardon… À rien.”



Commentaires

  1. Je voguais sur la toile, laissant un répit à mon cerveau.
    C'est marrant de tomber là dessus.

    Je vis une passe plutôt très compliqué ou je dois m'adapter à tout ce qui se passe autour de moi et ou je dois prendre beaucoup de décisions très importantes.

    Alors mon cerveau cavale. Il tourne en roue libre 24h/24h auto-produisant des pensées que je n'arrive pas à maîtriser, à apprivoiser.
    Ce matin, j'ai lu 3 chapitres de mon livre et me suis rendu compte que je n'avais rien imprimer au final. J'ai pensé à d'autres trucs pendant tout ce temps là.

    Alors oui, écrire permet de fixer. Permet de structurer.

    Faire la vaisselle aussi ça marche bien, va savoir pourquoi...



    Mais pourquoi diantre ne vouloir penser à rien ?
    Elles sont si difficiles que ça tes pensées ?

    RépondreSupprimer
  2. Je parlais simplement du "pouvoir" de ne plus penser à rien. Une force incroyable que de pouvoir mettre ses pensées en stand by. Une nuit d'insomnie, par exemple, pouvoir fermer les vannes, pour s'endormir paisiblement.

    Merci pour ton commentaire, et n'hésite pas à revenir : ce blog ne s'adresse pas qu'aux cerveaux disponibles, mais aussi aux cerveaux en cavale.

    RépondreSupprimer
  3. "Sometimes I sit and think, and sometimes I just sit" a toujours été l'une de mes devises préférées...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou