Accéder au contenu principal

Seuls les fous changent le monde

Et c'est une folie à nulle autre seconde, de vouloir se mêler de corriger le monde”. Cette phrase,  prononcée par Philinte dans Le Misanthrope, sonne assez juste finalement. 

Oui, c'est certain, il faut être fou pour  changer le monde, fou pour chercher à l'améliorer sans cesse, fou pour vouloir le réinventer. Fou pour ne pas se contenter de vivre simplement, et en somme confortablement. Fou pour espérer de nouveaux progrès, de nouvelles avancées, de nouveaux changements. Fou pour être optimiste quand la crise est partout, fou pour ne pas avoir peur de l'avenir, fou pour ne pas sombrer dans le désespoir, cette “maladie mortelle”. 

Grands fous

Mais combien de fous, déjà, ont existé ? Combien d'insensés sont parvenus - et dans des circonstances autrement plus complexes - à changer l'ordre des choses ? Il faut penser à cette foule d'hommes et de femmes, célèbres ou anonymes, qui ont partagé cette douce et saine folie.


Et se poser la question, ensuite : que reste-t-il à faire ? what's next ? que puis-je faire, moi, dès aujourd'hui, pour rejoindre ce long cortège de fous, pour emboiter le pas à ces changeurs de monde ?


Commentaires

  1. Je suis à 200% avec toi
    La question que tu poses est : que faisons-nous pour changer le monde chacun à notre échelle atomique ?
    Toi tu blog.
    Par contre quand on regarde ton parcours (Sciences Po puis BNP) on se demande comment concilier le changement du système avec ton appartenance à ces 2 corps que sont le service de l'état d'une part et la finance internationale d'autre part.
    Ce n'est pas une attaque ad hominem mais une interrogation que je m'adresse également car j'éprouve moi-même un indicible malaise quand je mesure l'écart entre mes idéaux et la vie qui me sourit plus qu'à d'autres, les choix que je fais dans mon unique intérêt (mes enfants / le quartier que j'habite depuis eux), etc.
    Pour changer le monde que devons-nous avant tout changer chez nous ?
    Comme dépasser cette schizophrénie (qui nous fait cracher dans la soupe) quand, pour vivre sous le soleil, nous devons nous prostituer à longueur de journées au profit d'un système critiquable, qui peut amener les individus que nous sommes à décider en tant qu'actionnaires de licencier au sein de leur propre entreprise, d'acheter moins cher (intérêt individuel) et provoquer des delocalisations générant du chômage, etc.
    J'ai toujours devant les yeux l'image de cette personne se jetant du haut des Twin Towers le 11 septembre pour ne pas mourir brûlée vive : les pieds déjà dans le trou, le luxe de choisir sa mort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais pour conclure : sommes-nous assez fous pour ça ?

      Supprimer
  2. Merci pour ton commentaire.

    Mon parcours, heureusement, ne se résume pas à une grande école et un employeur. Néanmoins, je trouve ça un peu rapide de réduire cette école et cet employeur à deux vagues concepts.

    Sciences-po Lille, c'est d'abord un concours (dans un esprit républicain, donc), des profs qui connaissent leur sujet, des cours d'économie, de politique, de communication, de sociologie, des travaux, divers et variés, pour aiguiser son sens critique notamment ; je suis donc plutôt en accord avec moi-même à cet égard.

    BNP Paribas, ce n'est pas "la finance internationale" : c'est une banque qui a un rôle indiscutable dans l'économie, dans la société, qui accorde des crédits aux particuliers et aux entreprises, qui soutient le tennis, le cinéma, le jazz, et beaucoup d'autres projets ; c'est un groupe qui rassemble plusieurs métiers, et qui compte 200 000 collaborateurs. Par conséquent, là aussi, je vis plutôt bien le fait de travailler dans cette entreprise.

    Pour le reste, en effet, il faut se poser la question, encore et encore : comment apporter ma pierre, comment contribuer au progrès ? Et y apporter une réponse, de temps en temps, si possible.

    À bientôt,

    :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi