Accéder au contenu principal

Se connecter à Internet, la nuit tombée

Ce billet de blog s'adresse à celles et ceux qui, la nuit tombée, refusent de s'endormir, ou peinent simplement à trouver le sommeil. Les insomniaques, mais aussi tous ces surfeurs du soir, qui ne peuvent s'empêcher de faire un dernier petit tour sur la Toile avant de se coucher ; et qui finissent par s'y empêtrer - dans la Toile - des heures durant.

Internautes somnambules

On commence par checker Facebook, ou par scroller son fil d'actualité sur Twitter, et on y est encore deux heures plus tard, sans trop savoir pourquoi. On jette un œil à son smartphone, posé sur la table de nuit, afin de vérifier que l'on a bien programmé le réveil, et l'on se trouve absorbé par telle ou telle application, jusqu'à deux ou trois heures du matin.

merci au Publigeekaire pour la trouvaille

À ceux qui, comme moi, bien souvent, payent au réveil le prix de ces errements nocturnes ; mais qui recommencent malgré tout, chaque soir, sans se soucier du lendemain matin.
C'était un jour pas comme les autres, 'commence par une chose extraordinaire. J'me suis réveillé la tête dans l'cul : ça m'était pas arrivé depuis hier”. Java
Il faut dire que le plaisir de la fainéantise se trouve renforcé lorsque la nuit tombe. Lorsqu'on sait que la journée s'achève, qu'il n'y a plus de pression, plus de stress, plus d'impératif. C'est à ce moment là - et seulement peut-être - que l'on peut éprouver un réel sentiment de liberté.


Quand on est en couple, par ailleurs, c'est le moment où l'on peut enfin être ensemble, tranquillement. On n'a pas toujours envie d'éteindre la lumière à 22h pour être en pleine forme le lendemain. On veut profiter l'un de l'autre.

Vienne la nuit, sonne l'heure

Il y a un point qui m'amuse : depuis l'adolescence, “minuit” constitue l'heure repère. Quand je me couche avant minuit, j'ai le sentiment d'être raisonnable. Même s'il est 23h59 et que je dois me lever à 6h45 le lendemain.
Se coucher tard… nuit”.
À l'inverse, minuit passé, j'entre dans une nouvelle phase. Le soir s'arrête, la nuit commence vraiment. Je sais bien que c'est une limite tout à fait artificielle. Mais elle est profondément ancrée en moi. Les douze coups de minuit sont comme les trois coups au théâtre : ils annoncent quelque chose. En l'occurrence, ils annoncent la nuit.

Quelquefois, je veux me coucher tôt, mais je reste des heures éveillé. Je change de position mille fois, je retourne et retourne mon oreiller - pour avoir le côté frais -, je pense à diverses choses, agréables, je ferme les yeux… rien n'y fait.


Depuis peu, ce qu'il y a de bien, c'est que l'on peut partir à la recherche de semblables. Auparavant, on était parfois nombreux, sans doute, en pleine nuit, à regarder à la télévision, dans l'obscurité, un reportage sur la chasse ou sur la pêche, hypnotisés par ces images improbables ; mais on ne pouvait pas en parler. On était dans cette solitude imposée par la nuit.

Noctambules interconnectés

Désormais, il est tout à fait possible de se connecter à tel ou tel réseau social, pour voir ce qu'un alter ego publie au même moment. Ça change la donne. L'expérience du noctambule s'en trouve profondément transformée.

Peut-être que justement, vous êtes tombé sur ce blog, au hasard d'une nuit sans sommeil.


Cela me réjouit… mais à présent, je vous conseille de vous coucher, de laisser un peu votre ordinateur ou votre téléphone, qui ont déjà beaucoup donné aujourd'hui. Il est temps, à présent, de vous détendre, et de plonger dans ce sommeil réparateur qui vous est vital.

Si, vraiment, vous ne parvenez pas à dormir. S'il n'est pas trop tard… alors lisez cet autre billet de blog, sur le même thème : que cherchons-nous, le soir, sur Internet ?

Ensuite, bonne nuit.



Commentaires

  1. J'apprécie ce billet car il est vrai, et reflète le quotidien pour beaucoup d'entre nous.

    J'ai lu (une nuit) un article d'un psychologue qui expliquait que quand est plongé dans la toile, on est dans une sorte de "transe digitale" qui nous fait perdre entièrement la notion du temps. Impossible de le retrouver malheureusement.

    :) Bonne nuit.
    Alexis

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce commentaire Alexis ! ^^ J'aime bien ce concept de "transe digitale".

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup vos textes qui expriment bien nos vécus. On dirait même que je commence à m'attacher à votre blog! Bravo et surtout bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  4. Ce début d'attachement - aussi anonyme soit-il - me fait très plaisir. J'espère que mes futurs billets seront à la hauteur de vos attentes.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ! C'est du vécu pour beaucoup d'entre nous ! ;-)

    Mais il faut se rendre à l'évidence, rester sur l'ordi (ou le téléphone) nous maintient éveillé. Du coup, pour rester geek, mais m'endormir plus facilement, je suis passée au Kindle... ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent