Accéder au contenu principal

Se connecter à Internet, la nuit tombée

Ce billet de blog s'adresse à celles et ceux qui, la nuit tombée, refusent de s'endormir, ou peinent simplement à trouver le sommeil. Les insomniaques, mais aussi tous ces surfeurs du soir, qui ne peuvent s'empêcher de faire un dernier petit tour sur la Toile avant de se coucher ; et qui finissent par s'y empêtrer - dans la Toile - des heures durant.

Internautes somnambules

On commence par checker Facebook, ou par scroller son fil d'actualité sur Twitter, et on y est encore deux heures plus tard, sans trop savoir pourquoi. On jette un œil à son smartphone, posé sur la table de nuit, afin de vérifier que l'on a bien programmé le réveil, et l'on se trouve absorbé par telle ou telle application, jusqu'à deux ou trois heures du matin.

merci au Publigeekaire pour la trouvaille

À ceux qui, comme moi, bien souvent, payent au réveil le prix de ces errements nocturnes ; mais qui recommencent malgré tout, chaque soir, sans se soucier du lendemain matin.
C'était un jour pas comme les autres, 'commence par une chose extraordinaire. J'me suis réveillé la tête dans l'cul : ça m'était pas arrivé depuis hier”. Java
Il faut dire que le plaisir de la fainéantise se trouve renforcé lorsque la nuit tombe. Lorsqu'on sait que la journée s'achève, qu'il n'y a plus de pression, plus de stress, plus d'impératif. C'est à ce moment là - et seulement peut-être - que l'on peut éprouver un réel sentiment de liberté.


Quand on est en couple, par ailleurs, c'est le moment où l'on peut enfin être ensemble, tranquillement. On n'a pas toujours envie d'éteindre la lumière à 22h pour être en pleine forme le lendemain. On veut profiter l'un de l'autre.

Vienne la nuit, sonne l'heure

Il y a un point qui m'amuse : depuis l'adolescence, “minuit” constitue l'heure repère. Quand je me couche avant minuit, j'ai le sentiment d'être raisonnable. Même s'il est 23h59 et que je dois me lever à 6h45 le lendemain.
Se coucher tard… nuit”.
À l'inverse, minuit passé, j'entre dans une nouvelle phase. Le soir s'arrête, la nuit commence vraiment. Je sais bien que c'est une limite tout à fait artificielle. Mais elle est profondément ancrée en moi. Les douze coups de minuit sont comme les trois coups au théâtre : ils annoncent quelque chose. En l'occurrence, ils annoncent la nuit.

Quelquefois, je veux me coucher tôt, mais je reste des heures éveillé. Je change de position mille fois, je retourne et retourne mon oreiller - pour avoir le côté frais -, je pense à diverses choses, agréables, je ferme les yeux… rien n'y fait.


Depuis peu, ce qu'il y a de bien, c'est que l'on peut partir à la recherche de semblables. Auparavant, on était parfois nombreux, sans doute, en pleine nuit, à regarder à la télévision, dans l'obscurité, un reportage sur la chasse ou sur la pêche, hypnotisés par ces images improbables ; mais on ne pouvait pas en parler. On était dans cette solitude imposée par la nuit.

Noctambules interconnectés

Désormais, il est tout à fait possible de se connecter à tel ou tel réseau social, pour voir ce qu'un alter ego publie au même moment. Ça change la donne. L'expérience du noctambule s'en trouve profondément transformée.

Peut-être que justement, vous êtes tombé sur ce blog, au hasard d'une nuit sans sommeil.


Cela me réjouit… mais à présent, je vous conseille de vous coucher, de laisser un peu votre ordinateur ou votre téléphone, qui ont déjà beaucoup donné aujourd'hui. Il est temps, à présent, de vous détendre, et de plonger dans ce sommeil réparateur qui vous est vital.

Si, vraiment, vous ne parvenez pas à dormir. S'il n'est pas trop tard… alors lisez cet autre billet de blog, sur le même thème : que cherchons-nous, le soir, sur Internet ?

Ensuite, bonne nuit.



Commentaires

Unknown a dit…
J'apprécie ce billet car il est vrai, et reflète le quotidien pour beaucoup d'entre nous.

J'ai lu (une nuit) un article d'un psychologue qui expliquait que quand est plongé dans la toile, on est dans une sorte de "transe digitale" qui nous fait perdre entièrement la notion du temps. Impossible de le retrouver malheureusement.

:) Bonne nuit.
Alexis
Basile a dit…
Merci pour ce commentaire Alexis ! ^^ J'aime bien ce concept de "transe digitale".
Anonyme a dit…
J'aime beaucoup vos textes qui expriment bien nos vécus. On dirait même que je commence à m'attacher à votre blog! Bravo et surtout bonne continuation!
Basile a dit…
Ce début d'attachement - aussi anonyme soit-il - me fait très plaisir. J'espère que mes futurs billets seront à la hauteur de vos attentes.
Julie a dit…
J'aime beaucoup ! C'est du vécu pour beaucoup d'entre nous ! ;-)

Mais il faut se rendre à l'évidence, rester sur l'ordi (ou le téléphone) nous maintient éveillé. Du coup, pour rester geek, mais m'endormir plus facilement, je suis passée au Kindle... ;-)

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq