Accéder au contenu principal

Sans vos likes, ce billet de blog n'existerait pas

Vous souvenez-vous de cette époque lointaine où le like facebookien n'avait pas encore été inventé ? On finit par l'oublier : au départ, Facebook ne permettait pas de liker à tout-va. Il était impossible de savoir si tel ou tel ami avait lu tel article, vu telle vidéo, découvert tel site, appris telle nouvelle. À moins, bien sûr, de le lui demander directement.

C'était il y a quatre ou cinq ans. Peut-être un peu plus. Nous vivions paisiblement sur les terres vierges de ce nouvel eldorado : les médias sociaux. Comme les pionniers américains, nous dessinions jour après jour une nouvelle frontière, progressant innocemment dans cet univers inconnu et merveilleux.

Sous dépendance

Aujourd'hui, nous “likons”, nous “tweetons”, nous “plussoyons”, nous “épinglons”… chaque réseau social comporte ses propres boutons ; et la plupart des blogueurs, soucieux de donner à chaque billet sa chance, intègrent cet arsenal d'outils de partage dans le code-source de leur blog.


Le like facebookien était le péché originel. L'ouverture d'un nouveau paradigme où l'on se préoccupe plus de savoir si un article a été partagé par une multitude de personnes que de savoir s'il en a véritablement intéressé une seule.

Sans lecteur, un texte n'est rien

En même temps, c'est assez normal, cette évolution. Ça rejoint une grande question philosophique, soulevée notamment par Schopenhauer : le monde existe-t-il si je n'existe pas ? 

Un soleil et des planètes sans un œil pour les voir, ni un entendement  pour les connaître, peuvent certes s'énoncer par des mots, mais ces mots sont, pour la représentation, une contradiction dans les termes”. 

Une chaise existe-t-elle en tant que telle si personne, jamais, ne s'assied dessus ?


Si vous n'étiez pas arrivé, par hasard, sur ce blog ; si vous n'aviez pas trouvé le courage de lire ces lignes - contrairement à tous ces autres internautes qui se contentent de parcourir en un coup d'œil la page qui s'offre à leur regard -, si vous n'étiez pas en ce moment en train de parcourir chacun de ces mots, ce que j'énonce en ce moment n'existerait pas pour vous.

Du premier œil qui s'est ouvert, fût-il celui d'un insecte, l'existence de ce monde tout entier, son existence pour lui-même et en lui-même, reste toujours dépendante, comme d'un moyen nécessaire à sa connaissance, et sans lequel on ne peut pas même le penser : car il est de part en part représentation et il a besoin, en tant que tel, du sujet connaissant comme support de son existence”. 

À vot' bon cœur

Sans le “like”, sans le “retweet”, ce billet de blog n'est (presque) rien. Pour le faire exister, il faut désormais le lire, le relire, puis le partager, et le partager encore. 
Chaque nouveau partage est un battement d'aile supplémentaire dont la vie de ce papillon dépend (c'est beau, je sais).


Un texte qu'on ne lit pas, ou qu'on ne lit plus, n'a plus d'existence propre, dans la mesure où il est écrit pour être lu, comme une musique est faite pour être écoutée, une image créée pour être vue, une lettre envoyée pour être reçue.

Alors si ce que vous venez de lire vous a intéressé, un tant soit peu, likez, partagez, commentez, tweetez, épinglez, plussoyez ! 
Comme vous le savez à présent, c'est une question de vie ou de mort, pour ce billet de blog.




Commentaires

  1. Cette réflexion me perturbe. Au delà de l'ego-réalisateur que ce billet illustre parfaitement, je ne peux pas être totalement d'accord avec cette proposition.

    Il me semble qu'il existe des textes qui ne sont plus lus, ce qui n'enlève rien à leur qualité intrinsèque. Le lecteur, en participant à l'expérience par la lecture, révèle la création, mais ne lui permet pas d'exister.

    Je ne pourrais être définitif, mais quelques éléments de réflexion complémentaires :
    - chaque lecteur (pour les textes, mais ça marche avec à peu près tout) détient sa propre lecture. On ne lit pas tous de la même manière.
    - cette proposition supposerait que la qualité ne serait jugée que par le volume de ses lecteurs. Ce qui me gêne à plusieurs égards.

    Mais comme toujours, merci pour ce beau miroir

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le commentaire, et le partage.
    - En effet, chaque lecteur fait vivre le texte à sa manière, dans sa façon très personnelle de découvrir et d'interpréter chaque mot. D'une certaine façon, le lecteur "réanime" un texte qui, sans lui, resterait dans un état de congélation perpétuelle.
    - Le titre et la conclusion de ce billet sont un peu provocateurs, certes. Ce qui m'intéressait surtout, c'était l'idée que tous ces compteurs - que je critique bien souvent - permettent malgré tout aux blogueurs/auteurs de prendre le pouls de la perception de leurs articles, de leur réception par ceux qui prennent le temps de les lire.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour cet excellent article mêlant web et philosophie.
    J'apprécie beaucoup tes articles ayant un certain recul sur nos pratiques d'internautes/blogueurs/lecteurs.
    A te relire

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce commentaire très sympathique ! Tu es ici chez toi, reviens donc quand bon te semble ! :)
    À bientôt !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr