Accéder au contenu principal

Ce que nous sommes, ce que nous serons

Dans les années 90, déjà, c'était assez génial de pouvoir se plonger dans les archives vidéo : revoir le débat Mitterrand vs. Giscard, par exemple, ou bien un vieux JT d'Antenne 2, ou encore un clip de Gainsbourg. 

Le passé retrouvé

C'est en soi un progrès de pouvoir prendre connaissance aisément de contenus passés. Relire des romans, des pièces de théâtre, des correspondances, parcourir des arbres généalogiques, feuilleter un album photos, revoir des films oubliés.


Prendre conscience que d'autres ont vécu. C'est une sensation que je retrouve à chaque fois, semblable au vertige. D'autres que moi, avant, ont déjà vécu tout cela

D'autres, avant moi

Il faut relire Aragon : “Moi, j'ai tout donné, que vous sachiez mieux la route qu'il faut prendre. Voilà que vous faites la moue aux cieux, et vous couvrez de cendres. Moi, j'ai tout donné, mes illusions, et ma vie, et mes hontes, pour vous épargner la dérision de n'être au bout du compte que ce qu'à la fin nous aurons été à chérir notre mal. Le papier jauni des lettres jetées au grenier dans la malle”.


C'est un fait : d'autres, avant moi, ont pensé, ont écrit, ont parlé.
D'autres, avant moi, ont construit, ont élaboré, ont conçu.
D'autres, avant moi, ont aimé, ont espéré, ont souffert, ont voulu, ont réussi, ont échoué.
D'autres, avant moi, se sont allongés dans l'herbe, au petit matin. D'autres, avant moi, ont longé la Seine, en observant ses courants, ont franchi ses ponts. D'autres, avant moi, ont cherché à comprendre les mystères de la vie, se sont demandé si Dieu existait, ont scruté les étoiles dans la nuit. D'autres ont eu faim, ont désiré, ont été momentanément heureux, ont regretté, se sont émerveillés…


La chance de ceux qui viennent

Et d'autres viendront, après moi, aussi. L'avantage, qu'ils auront, eux sur moi, c'est qu'il y aura encore plus d'archives, encore plus de traces laissées, encore plus de correspondances. Désormais, le terme-même d'archives est à reconsidérer.

Aujourd'hui, et de plus en plus, les données sont analysées en temps réel, mises en scène, présentées, digérées. Des infographies, des vidéos, des courbes, des verbatim, sont offerts au regard. Les débats présidentiels sont non seulement disponibles en ligne, mais des vidéos de ces débats sont aussi montées, coupées, parodiées, comparées.

Tout notre présent est en quelque sorte archivé.


Et n'importe qui peut, comme moi, ouvrir un blog gratuitement, pour raconter des choses.

Ô lecteurs à venir

…Pour être lu, peut-être, un jour, par un jeune homme, né en 2372. Comme j'ai lu, à l'instant (en 2012 donc), ces vers de Charles Cros (né en 1842) :

Or, je suis vivant. Le vent qui vient m'envoie
Une odeur d'aubépine en fleur et de lilas,
Le bruit de mes baisers couvre le bruit des glas.

Ô lecteurs à venir, qui vivez dans la joie
Des seize ans, des lilas et des premiers baisers,
Vos amours font jouir mes os décomposés.”


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,