Accéder au contenu principal

Notre besoin de Communication est impossible à rassasier

Ce besoin que nous avons, en permanence, de réagir aux événements - ainsi qu'aux non-événements - de la vie médiatique. C'est assez fascinant. Tous les jours, de nouveaux sujets, de nouveaux trending topics, autant d'aliments que nous ingurgitons pour mieux forger de nouvelles opinions. Pour mieux communiquer, ensuite.

Étrange folie de communiquer

Étrange folie de communiquer - Communiquer sa maladie ! - son opinion - communiquer la vie”, écrivait Paul Valéry dans Tel Quel. “Nos "opinions", nos "convictions" ne sont que nos cruelles nécessités. Notre nature veut que nous pensions quelque chose sur tous les sujets. La constitution politique nous y oblige”.

Il faut avoir un avis sur tout. C'est l'injonction des temps modernes. Les journalistes interrogent tous les jours les acteurs politiques, les artistes, les écrivains, sur ce qu'ils pensent de tel ou tel sujet.

Par conséquent, la puissance se limite de plus en plus à la capacité de certains à maîtriser leurs dossiers. Les duels politiques se construisent sur ces oppositions. Si vous êtes capable de fournir des arguments précis, chiffrés, construits sur les toutes dernières actualités, vous avez de l'avenir. 

Pourquoi penser par soi-même ?

Ce n'est qu'une question d'organisation et de travail, pourtant. Il suffit de se créer des fiches sur chacun des dossiers en cours, avec trois arguments forts, et de les apprendre par cœur. Vous n'avez même pas besoin de penser par vous-même. D'une certaine façon, d'autres auront déjà commencé à faire ce travail, et vous pourrez vous en inspirer tranquillement.


Valéry, toujours : “Notre nature exigeant que nous répondions à toutes les questions qu'elle nous fait croire qui nous sont posées ; elle veut aussi que nos réponses nous soient chères comme venant de nous. Le contraire serait plus sensé”. 

Pour être tout à fait honnête, je suis le premier à être impressionné par les Hommes qui parviennent à construire une réponse intelligente, quelle que soit la question posée. Au cours de mon stage au Monde, j'avais été bluffé par Éric Fottorino. Il semblait capable d'approfondir sérieusement chacun des dossiers de chacun des chefs de service du Journal. Autrement dit, il pouvait avoir une discussion solide sur l'actualité internationale, comme sur l'actualité économique, culturelle, ou encore sportive.

Communion et communication 2.0

Avec les médias sociaux, ce besoin de communication est exacerbé. 


Les plateformes de diffusion d'information se multiplient. L'infobésité est l'une des réalités contemporaines. Nous pouvons communiquer facilement. Les dix sujets les plus discutés à un instant T sont mis en avant, pour inviter les internautes à échanger davantage. 
Mais que communiquons-nous ? Telle est la question.

Nous réagissions aux sujets du moment, venant picorer les miettes que l'Actualité nous jette, tous les jours. Comme des moineaux affamés… (et je dis moineaux pour ne pas dire Pigeons).
Pourquoi, parce que nous avons besoin de communiquer, et qu'il faut bien communiquer quelque chose


Et si, plutôt, nous écrivions et partagions des poèmes ? 

C'est ma première résolution pour 2013 : une fois par semaine au moins, je publierai sur ce blog un poème. Le lundi matin, par exemple.

En attendant, je vous laisse avec cette phrase de Paul Valéry, à méditer : “La plupart des hommes ont de la poésie une idée si vague, que ce vague-même de leur idée est pour eux la définition de la poésie”. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr