Accéder au contenu principal

Ce Champignon Comestible Qui Tue Parfois

Connaissez-vous le Gyromitre comestible ? Il s'agit d'un champignon assez extraordinaire, à la forme étrange (avec ce chapeau brun rouge qui prend la forme d'un cerveau) ; on le trouve surtout en montagne, dans les forêts de l'hémisphère nord, d'épicéas et de landes à bruyères. Il a été consommé pendant de longues années - notamment en France - et pourtant… c'est un champignon mortel.

Un excellent comestible

Son nom latin “Gyromitra Esculenta” signifie bien “Gyromitre comestible”. Et de fait, certains l'ont consommé pendant plusieurs décennies sans encombre, ont savouré sa chair délicate, jugeant même ce champignon comme un “excellent comestible”… avant d'en mourir un jour.

Quand ce champignon vous tue, il ne le fait pas dans la demi-mesure. “L'incubation est longue - jusqu'à 24 heures. Le début des troubles est brutal, marqué par une asthénie, des vertiges, des céphalées, des douleurs abdominales, des vomissements et parfois des diarrhées

Cela peut s'accompagner de violents maux de tête, de fièvre et d'une sensation de fatigue intense. Des troubles neurologiques (convulsions) surviennent ensuite, avec l'apparition, au deuxième ou troisième jour, d'une atteinte hépatique cytolytique qui peut être sévère”. Délire, somnolence, tremblements, apparaissent 36 à 48 heures après le repas. “Il peut y avoir une hémolyse (destruction des globules rouges) et une atteinte des reins” (pour plus d'information, cliquez ici).

Le monde est ainsi fait

Lorsque j'étais enfant, j'avais un livre très bien fait sur les champignons, et ce spécimen me fascinait. Il y avait la fiche descriptive, d'une part, et surtout la note : “3 fourchettes (champignon excellent) et 1 tête de mort (champignon mortel)”.


Ce Gyromitre était l'incarnation-même de la complexité du monde. La preuve qu'il existe des choses absurdes, surprenantes, incompréhensibles au départ, et pourtant bien réelles. Le Père Noël n'existe peut-être pas, mais il reste de la magie (en l'occurrence, de la magie noire, sans doute) en ce bas monde. Et ce n'est pas rien.

C'est de là, peut-être, que j'ai compris l'importance de savoir nous tenir au difficile

Les Hommes ont pour toutes les choses des solutions faciles (conventionnelles), les plus faciles des solutions faciles. Il est pourtant clair que nous devons nous tenir au difficile. Tout ce qui vit s'y tient. Chaque être se développe et se défend selon son mode et tire de lui-même cette forme unique qui est son propre, à tout prix et contre tout obstacle. Nous savons peu de choses, mais qu'il faille nous tenir au difficile, c'est là une certitude qui ne doit pas nous quitter, écrivait Rainer Maria Rilke.

Ce champignon est aujourd'hui interdit à la vente par décret, mais on en trouve encore - à ce qu'il paraît - dans certains marchés ; vendus séchés, en sachet, à quelques irréductibles consommateurs, qui continuent d'en savourer le goût, quitte à en mourir, peut-être, un jour.

Commentaires

  1. Le plus facile : s'abstenir de le ramasser. Donc… ?
    Dans les conseils du Centre Antipoison, retenons cette remarque : "Toutes les personnes ne sont pas également sensibles à l'intoxication".
    Je note aussi avec plaisir qu'il te reste un joyeux doute à l'égard du Père Noël, qui existe peut-être, finalement.

    RépondreSupprimer
  2. C'est, je pense, l'un de mes plus grands désirs : découvrir un jour qu'en fait, le Père Noël existe bel et bien, et qu'on ment aux jeunes adultes pour mieux les émerveiller ensuite. ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent