Accéder au contenu principal

Le Vrai Bug de Facebook

C'est fascinant comme j'ai l'impression que Facebook ne me connaît pas. Bien sûr, je ne maîtrise pas les secrets algorithmiques qui l'amènent à afficher dans mon News Feed (“journal”) telle ou telle actualité ; mais très souvent, celles-ci ne me conviennent pas. 

Mes amis les plus chers ne sont pas ceux que je retrouve le plus facilement sur ce site dont c'est pourtant la mission première : me permettre de communiquer aisément avec les personnes qui comptent le plus pour moi - ou alors je n'ai rien compris depuis le début.

Perdre connaissance

C'est ce qui m'amenait notamment à expliquer dans un précédent post pourquoi je préfère (de loin) Twitter à Facebook. Je n'aime pas ce tri effectué dans mes contacts, a priori, sans mon accord, et de façon apparemment arbitraire, pour me présenter les nouvelles de certains d'entre eux, en plaçant tous les autres aux oubliettes. Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

D'un seul coup, en prenant le temps de fouiller, je retombe sur untel, qui fait partie de mes amis sur Facebook, mais dont je ne sais rien depuis longtemps. Et ce n'est pas comme s'il ne publiait jamais rien sur son wall - ce qui serait compréhensible, et ce qui peut arriver quelquefois -, non, non, il est même plutôt prolixe depuis plusieurs mois.

Simplement, Facebook ne croyait pas nécessaire de m'en informer, pour ce cas précis, alors qu'il m'abonde d'informations superficielles sur telle ou telle marque, ou sur telle ou telle connaissance lointaine.

De tout sauf de toi, je m'en fous

Mystère, et boule de gum. Le problème, c'est que suivre la vie des gens, ce n'est pas une activité anodine. Je m'en moque un peu de l'évolution quotidienne d'un ancien camarade de classe dont j'ai accepté l'amitié facebookienne par politesse, il y a trois ans.

Je vois mal comment Facebook pourrait mieux que moi savoir ce qui m'intéresse, au fil des jours. Par conséquent, ce serait bien qu'il améliore grandement ses algorithmes, rapidement, ou qu'il abandonne cette sélection aléatoire, une fois pour toutes.

Le mieux, sans doute, serait que les équipes qui s'occupent de ce site changent leur manière de voir les utilisateurs, si vous voyez ce que je veux dire.


À noter que j'ai créé des listes, pour suivre l'actualité de certains de mes amis privilégiés, mais cette solution n'est pas optimale, et Facebook recommence à trier parmi ces listes. C'est comme si c'était plus fort que lui

Ah, et le truc avec la petite étoile jaune (“close friends”), au-delà de l'aspect malsain qu'il peut y avoir derrière ce symbole-là, ça ne me va pas non plus : je n'ai jamais demandé à avoir une notification à chaque fois qu'un utilisateur publie le moindre statut… il ne faut pas déconner non plus.

Il serait peut-être temps que les choses changent, non ? Ça devient pénible, à la longue.

Facebook… si tu m'entends ?
Merci.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi