Accéder au contenu principal

Le Vrai Bug de Facebook

C'est fascinant comme j'ai l'impression que Facebook ne me connaît pas. Bien sûr, je ne maîtrise pas les secrets algorithmiques qui l'amènent à afficher dans mon News Feed (“journal”) telle ou telle actualité ; mais très souvent, celles-ci ne me conviennent pas. 

Mes amis les plus chers ne sont pas ceux que je retrouve le plus facilement sur ce site dont c'est pourtant la mission première : me permettre de communiquer aisément avec les personnes qui comptent le plus pour moi - ou alors je n'ai rien compris depuis le début.

Perdre connaissance

C'est ce qui m'amenait notamment à expliquer dans un précédent post pourquoi je préfère (de loin) Twitter à Facebook. Je n'aime pas ce tri effectué dans mes contacts, a priori, sans mon accord, et de façon apparemment arbitraire, pour me présenter les nouvelles de certains d'entre eux, en plaçant tous les autres aux oubliettes. Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

D'un seul coup, en prenant le temps de fouiller, je retombe sur untel, qui fait partie de mes amis sur Facebook, mais dont je ne sais rien depuis longtemps. Et ce n'est pas comme s'il ne publiait jamais rien sur son wall - ce qui serait compréhensible, et ce qui peut arriver quelquefois -, non, non, il est même plutôt prolixe depuis plusieurs mois.

Simplement, Facebook ne croyait pas nécessaire de m'en informer, pour ce cas précis, alors qu'il m'abonde d'informations superficielles sur telle ou telle marque, ou sur telle ou telle connaissance lointaine.

De tout sauf de toi, je m'en fous

Mystère, et boule de gum. Le problème, c'est que suivre la vie des gens, ce n'est pas une activité anodine. Je m'en moque un peu de l'évolution quotidienne d'un ancien camarade de classe dont j'ai accepté l'amitié facebookienne par politesse, il y a trois ans.

Je vois mal comment Facebook pourrait mieux que moi savoir ce qui m'intéresse, au fil des jours. Par conséquent, ce serait bien qu'il améliore grandement ses algorithmes, rapidement, ou qu'il abandonne cette sélection aléatoire, une fois pour toutes.

Le mieux, sans doute, serait que les équipes qui s'occupent de ce site changent leur manière de voir les utilisateurs, si vous voyez ce que je veux dire.


À noter que j'ai créé des listes, pour suivre l'actualité de certains de mes amis privilégiés, mais cette solution n'est pas optimale, et Facebook recommence à trier parmi ces listes. C'est comme si c'était plus fort que lui

Ah, et le truc avec la petite étoile jaune (“close friends”), au-delà de l'aspect malsain qu'il peut y avoir derrière ce symbole-là, ça ne me va pas non plus : je n'ai jamais demandé à avoir une notification à chaque fois qu'un utilisateur publie le moindre statut… il ne faut pas déconner non plus.

Il serait peut-être temps que les choses changent, non ? Ça devient pénible, à la longue.

Facebook… si tu m'entends ?
Merci.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,