Accéder au contenu principal

Choisir la route inexplorée

Les habitudes ont la vie dure, on peut aisément s'en rendre compte. Chacun, sans aller jusqu'à souffrir de troubles obsessionnels du comportement, a sa propre routine, et ne s'en éloigne que contraint et forcé. Il suffit de regarder les gens pour identifier leurs petites habitudes quotidiennes.
En règle générale, quand il s'agit de choisir, nous avons tendance à ne pas nous compliquer la tâche : la démonstration en est faite, scientifiquement.

Choisir tue

La technologie renforce aujourd'hui cette propension. Les exemples sont légion. Vous faites vos courses en ligne : la fois prochaine, certains produits vous seront recommandés d'entrée, parce qu'ils faisaient partie de vos précédents choix. C'est bien souvent pratique, mais c'est aussi fondamentalement problématique.
Autre exemple : vous aimez telle ou telle musique : des moteurs vous proposent aujourd'hui automatiquement des morceaux qui devraient vous plaire.


Ces services se justifient, la plupart du temps. Mais il faut rappeler aussi souvent que possible les limites de la recommandation publicitaire.
Nous avons besoin d'ouverture : sans alternative, nous nous abrutissons.

Les chemins les plus courts ne sont pas toujours les meilleurs

Je veux vous parler aujourd'hui d'une application mobile intéressante à ce titre. Elle s'appelle Blank Ways. Le principe est simple : plutôt que de vous proposer le chemin le plus court d'un point A à un point B, comme le font tant d'applications GPS, cet outil vous propose les chemins que vous n'avez justement pas l'habitude de prendre.


Il y a eu une brève dans le magazine Next (Libération) à ce sujet :

Ce serait une version fantasque du GPS, qui pointerait à dessein le chemin le plus long ou le moins usité. Une mise en œuvre geek de l'injonction du poète Robert Frost à "prendre la route non prise". (…) S'appuyant sur des technologies de navigation classique, elle garde en mémoire les trajets habituels de son utilisateur et, une fois la destination cible entrée, suggère de nouveaux chemins, jusqu'alors inexplorés, pour y parvenir.


Pour en savoir plus, c'est ici. 

Et si vous voulez lire en entier le poème de Robert Frost, le voici : 
Two roads diverged in a yellow wood,
And sorry I could not travel both
And be one traveler, long I stood
And looked down one as far as I could
To where it bent in the undergrowth;
Then took the other, as just as fair,
And having perhaps the better claim,
Because it was grassy and wanted wear;
Though as for that the passing there
Had worn them really about the same,
And both that morning equally lay
In leaves no step had trodden black.
Oh, I kept the first for another day!
Yet knowing how way leads on to way,
I doubted if I should ever come back.
I shall be telling this with a sigh
Somewhere ages and ages hence:
Two roads diverged in a wood, and I -
I took the one less traveled by,
And that has made all the difference.

J'aime en tout cas cette idée de découverte, de route inexplorée. Il faut savoir prendre ces chemins qui ne mènent nulle part, sortir des sentiers battus, s'aventurer dans la forêt, se perdre, revenir, errer, voyager. Le droit à l'exploration devrait être universel.

C'est ce qui faisait et fait encore - je l'espère - toute la force d'Internet. C'est là que se situe le progrès. Ne l'oublions jamais.



Commentaires

  1. En voilà un qui a choisi une "route inexplorée"
    http://www.lemonde.fr/sport/video/2012/10/10/en-1960-deja-un-homme-sautait-a-plus-de-30-kilometres-d-altitude_1773058_3242.html

    RépondreSupprimer
  2. Il est bon de chercher...et quand on a trouvé le bon chemin, celui qui nous correspond, alors tout va bien !
    je t'embrasse, B.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr