Accéder au contenu principal

Instagram : l'Humanité bientôt cartographiée ?

La récente mise à jour effectuée par l'application mobile Instagram mérite que l'on s'y arrête un instant. Cette nouvelle version propose en effet une carte de toutes les photographies prises via Instagram. Vous pouvez voir sur un planisphère où vous avez pris telle ou telle photo. En soi, bien sûr, ça ne semble pas particulièrement innovant. iPhoto, par exemple, propose depuis longtemps de géolocaliser ses images. Mais il faut le comprendre comme le signe d'une évolution.

Voir ce que d'autres voient

Nous prenions jusqu'ici des photographies dans notre coin, les partageant ensuite éventuellement avec nos amis. Désormais, ces données récoltées sont partagées plus globalement. Cela accompagne le mouvement de l'open data : les humains ne sont plus seulement connectés, ils accèdent à certaines données générées par l'ensemble de l'humanité. 


De la même façon que l'on peut savoir en un instant, sur Twitter, ce qui se dit d'un sujet à un moment donné, on va pouvoir voir ce que d'autres ont vu en un lieu déterminé. Si l'on ajoute à la localisation des photographies une dimension temporelle, alors on accède à l'Histoire, proprement dite.

La valeur historique de l'éphémère

C'est ce que le créateur d'Instagram suggérait déjà lorsque je l'avais vu au SxSW [lire : la valeur de l'éphémère]. De la multitude de détails fournis par tout un chacun naît une Histoire commune. Si Instagram existait depuis la nuit des temps, on pourrait voir des centaines de photos de la bataille d'Azincourt, prises directement sur le champ de Bataille, par exemple. 
Ce serait bien. Et je ne vous parle pas des effets que l'on aurait eu avec les filtres d'Instagram pour le Soleil d'Austerlitz !


Quand l'application proposera une plate-forme combinant cartographie et frise chronologique, il sera possible de parcourir l'Histoire de l'humanité de lieu en lieu, avec des prises de vues subjectives, différentes par nature, mais dont la pluralité confèrera un témoignage solide, indiscutable, des événements passés.

Instagram : pour contrer Twitter ?

Cette évolution n'est pas anodine. Facebook a récemment racheté Instagram. L'ouvrir de la sorte est le meilleur moyen de venir concurrencer Twitter, qui prend de jour en jour plus d'importance. 

Nous entrons dans une nouvelle ère, un nouveau stade du développement des médias sociaux.

Une nouvelle fois, ce n'est pas anodin.


Commentaires

Unknown a dit…
Malheureusement mon smartphone ne me permet pas de pouvoir utiliser Instagram.

Mais je me pose une question : nous avons eu les temoignages de notre passé grâce aux histoires familiales orales, mais surtout grâce aux écrits, des sculptures, etc.
Si la chronologie est aisément réalisable et visible grâce aux médias sociaux, peut-on quand même imaginer que nos temoignages actuels pourront durer dans le temps sous leur forme électronique, aimantée, etc...?

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq