Accéder au contenu principal

Instagram : l'Humanité bientôt cartographiée ?

La récente mise à jour effectuée par l'application mobile Instagram mérite que l'on s'y arrête un instant. Cette nouvelle version propose en effet une carte de toutes les photographies prises via Instagram. Vous pouvez voir sur un planisphère où vous avez pris telle ou telle photo. En soi, bien sûr, ça ne semble pas particulièrement innovant. iPhoto, par exemple, propose depuis longtemps de géolocaliser ses images. Mais il faut le comprendre comme le signe d'une évolution.

Voir ce que d'autres voient

Nous prenions jusqu'ici des photographies dans notre coin, les partageant ensuite éventuellement avec nos amis. Désormais, ces données récoltées sont partagées plus globalement. Cela accompagne le mouvement de l'open data : les humains ne sont plus seulement connectés, ils accèdent à certaines données générées par l'ensemble de l'humanité. 


De la même façon que l'on peut savoir en un instant, sur Twitter, ce qui se dit d'un sujet à un moment donné, on va pouvoir voir ce que d'autres ont vu en un lieu déterminé. Si l'on ajoute à la localisation des photographies une dimension temporelle, alors on accède à l'Histoire, proprement dite.

La valeur historique de l'éphémère

C'est ce que le créateur d'Instagram suggérait déjà lorsque je l'avais vu au SxSW [lire : la valeur de l'éphémère]. De la multitude de détails fournis par tout un chacun naît une Histoire commune. Si Instagram existait depuis la nuit des temps, on pourrait voir des centaines de photos de la bataille d'Azincourt, prises directement sur le champ de Bataille, par exemple. 
Ce serait bien. Et je ne vous parle pas des effets que l'on aurait eu avec les filtres d'Instagram pour le Soleil d'Austerlitz !


Quand l'application proposera une plate-forme combinant cartographie et frise chronologique, il sera possible de parcourir l'Histoire de l'humanité de lieu en lieu, avec des prises de vues subjectives, différentes par nature, mais dont la pluralité confèrera un témoignage solide, indiscutable, des événements passés.

Instagram : pour contrer Twitter ?

Cette évolution n'est pas anodine. Facebook a récemment racheté Instagram. L'ouvrir de la sorte est le meilleur moyen de venir concurrencer Twitter, qui prend de jour en jour plus d'importance. 

Nous entrons dans une nouvelle ère, un nouveau stade du développement des médias sociaux.

Une nouvelle fois, ce n'est pas anodin.


Commentaires

  1. Malheureusement mon smartphone ne me permet pas de pouvoir utiliser Instagram.

    Mais je me pose une question : nous avons eu les temoignages de notre passé grâce aux histoires familiales orales, mais surtout grâce aux écrits, des sculptures, etc.
    Si la chronologie est aisément réalisable et visible grâce aux médias sociaux, peut-on quand même imaginer que nos temoignages actuels pourront durer dans le temps sous leur forme électronique, aimantée, etc...?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi