Accéder au contenu principal

Aspirations immédiates

Lorsque nous étions en prépa, Julie et moi, nous écrivions parfois sur une feuille de papier A4 toutes nos envies, toutes nos espérances.

Pour tuer le temps, et respirer un peu, aussi, après quatre heures de cours sur les Principes de la Philosophie du droit de Hegel, nous mettions littéralement sur le papier, nos aspirations respectives ; nous écrivions, noir sur blanc, nos rêves. Certains dessins accompagnaient parfois ces vœux formulés. En quelques mots, une phrase tout au plus, il fallait trouver une idée, un désir, un souhait. Tel était l'exercice.

La feuille se remplissait ainsi en très peu de temps d'espoirs imaginés.


J'ai envie, aujourd'hui, de reproduire cet exercice.
Sans trop cogiter, voici quelques aspirations, en vrac. Voici ce qui me vient, quand je demande à mon for intérieur de me livrer ses envies immédiates :
  • Commencer une sieste dans l'herbe, en observant d'en-dessous le feuillage d'un grand chêne, agité par le vent.
  • Savoir jouer à la perfection les plus beaux morceaux de Chopin.
  • Confortablement installé dans un hamac, apprendre par cœur Le Roman Inachevé d'Aragon.
  • Écouter Gainsbourg, au soleil, sur une plage déserte, les pieds plongés dans le sable, en sentant l'air marin et une légère brise sur son visage.
  • Construire une cabane au beau milieu d'une forêt, en hauteur, dans un arbre, pour voir la cime des arbres.
  • Observer le cheminement d'une coccinelle sur la peau de sa main, de son bras. Attendre de la voir s'envoler.
  • M'asseoir sur un banc, cinq minutes, avec toi.
  • Être allongé, dans un train de nuit, sans savoir précisément où l'on se rend, et écouter les bruits mécaniques dans l'obscurité.
  • Faire le tour du monde en 79 jours (histoire de faire mieux que Jules Verne).
  • Observer les étoiles, en partageant à voix basse des pensées métaphysiques.
  • Faire du cheval dans la Death Valley, avec un chapeau de cow-boy. 
  • Se réveiller un matin en ayant le sentiment d'être totalement reposé.
  • Repasser son bac, pour voir.
  • Faire de la balançoire pendant 5 heures.
  • Arriver à dos de dromadaire dans un oasis paradisiaque.

Et vous, quelles sont vos aspirations immédiates ?



Commentaires

Catherine Hardy a dit…
Repasser ton bac ?
Moi : en finir avec ma compta, poursuivre la lecture de Guerre et Paix dans une chaise longue mi-ombre mi-soleil, me débarrasser de la souris qui habite chez nous (pardon, chez qui nous habitons), lire ton blog et recevoir des messages de mes enfants et assimilés.
J'aime bien votre jeu, Basile et Julie.
Xila1951 a dit…
Tant qu'on a des aspirations, c'est qu'on est jeune ! Et comme tout le monde le sait, l'espoir fait vivre, n'est-ce pas ? La question posée par Catherine m'amuse : repasser son bac ? On peut aussi essayer de repasser le code de la route; pour les "anciens", cela pourrait un beau défi ! Les choses ont beaucoup changé et je ne suis pas sûre que je l'aurais ! Pour mes aspirations immédiates, j'en ai beaucoup mais celle que je préfère serait de ne rien faire, de me laisser tout simplement vivre et de regarder les gens s'agiter autour de moi ! Quand je dis "ne rien faire", c'est ne faire que ce qui me plaît !
Unknown a dit…
Vider mon livret A et prendre un aller simple pour une destination inconnue.
Visiter la Corse pour la première fois.
Dire "Non" aux demandes du boulot, avant de partir en vacances.
Prendre mon reflex et remplir la carte mémoire de choses.
Sauter dans le vide, en parachute ou en wingsuit, car j'en ai peur mais j'en ai envie.

Mais à l'instant où j'écris cette ligne, je rêve d'être samedi après-midi, les pieds dans le sable en Bretagne.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq