Accéder au contenu principal

Ne plus penser à rien

On s'accorde souvent pour dire qu'il faut prendre le temps de réfléchir, avant de parler. Le sens commun veut qu'on mûrisse une idée avant de la prononcer. C'est plus prudent. On peut regretter, sinon, d'avoir parlé trop vite ; de ne pas avoir tourné sept fois sa langue dans sa bouche. 

Commencer par concevoir 

La sagesse apprend à calmer les ardeurs des jeunes années, où l'on s'exprime de façon trop spontanée.  Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Il faut donc commencer par concevoir, par cerner les tenants et les aboutissants du sujet, par affiner ses arguments. 
Faire l'économie de cette étape, c'est prendre un risque. Le risque de paraître stupide.


Je suis le premier, sur ce blog, à dire qu'il est nécessaire de prendre du recul, d'être attentif à ce qui n'est pas évident, à ce qui ne se donne pas immédiatement. Je le reconnais bien volontiers. Mais j'aimerais nuancer ce point de vue.

Imbécile heureux

Quel plaisir en effet que celui de ne penser à rien. Ne plus être harcelé par toutes ces opinions, ces jugements, ces idées de passage, qui viennent et reviennent, sans cesse. On parle parfois - de façon peu élégante - de diarrhée verbale. Mais qu'en est-il de ce flux ininterrompu de pensées, plus ou moins nobles, plus ou moins judicieuses, plus ou moins supportables, qui agitent nos neurones ?


Ah, parvenir à faire le vide. Ne plus réfléchir. Ne plus cogiter. Être, simplement.
Je ne pense plus donc je suis, en quelque sorte. Je me contente d'être. Je ne cherche pas à tout reconsidérer, à tout remettre en question, je ne m'embarrasse pas de philosophie, je n'imagine plus la vie des passants que je croise dans la rue, aux terrasses des cafés, ou dans le métro parisien…

Se contenter d'être

Je suis moi. Je marche. Je respire. Je regarde le monde qui m'entoure. Je ressens le vent dans mes cheveux, sur mon visage, sur mes mains. Je n'anticipe rien, surtout. Gouverner, c'est prévoir : eh bien je ne gouverne plus, je me laisse emporter ; je largue les amarres. Que sera, sera. Je ne réponds plus de rien.

Je me souviens d'une version latine, au collège, où l'auteur filait une métaphore sur le corps humain, avec la tête qui incarnait le pouvoir exécutif - et les membres suivaient. Ce soir, je libère ma conscience. Coup d'état. Je fais la politique de la chaise vide. Je demande à mes pensées de se taire. 


Nous vivons dans un monde où tout nous invite en permanence à exprimer notre opinion. Le silence n'existe pas. Les pauses - dans le flux d'information, que ce soit à la télévision, ou sur Internet - ne sont que des pauses publicitaires, pour nos cerveaux devenus disponibles. 

L'honneur du vide

J'aime Twitter : mais Twitter, lui aussi, a horreur du vide. On dit souvent qu'un tweet ne peut comprendre plus de 140 caractères. C'est vrai. Mais on oublie de dire qu'il est aussi impossible de tweeter un message de 0 caractère. Tant que vous n'avez rien tapé sur votre clavier, vous ne pouvez pas publier votre tweet.

Idem sur Facebook, et sur l'ensemble des médias sociaux.

Il faudrait pouvoir reconnaître l'honneur du vide ; accorder un plus grand respect au silence ; savourer le moment - quand on se prend un vent, quand votre interlocuteur décide de ne pas vous répondre ; apprécier à sa juste valeur un bide, lorsque personne ne s'esclaffe. L'éloge du rien. La grandeur du néant. 

Mer grise,
Où brise,
La brise,
Tout dort.


Commentaires

  1. Les moines cisterciens ont bien compris cela « Je veux surveiller ma conduite pour ne pas pécher avec ma langue. J'ai mis un frein à ma bouche. J'ai gardé le silence. Je me suis fait petit et je n'ai même pas parlé de choses bonnes » (Psaume 38, 2-3)

    RépondreSupprimer
  2. "Sometimes I sit and think, and sometimes I just sit" est une de mes pensées préférées...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr