Accéder au contenu principal

Savoir se réinventer

Avec les médias sociaux et les technologies de la communication, on est amené à construire patiemment son image. De façon plus ou moins consciente, bien sûr, on produit un certain nombre de signes qui reflètent - ou sont censés refléter - notre personne. Pour rappel, l'étymologie du mot personne vaut le détour, car initialement cela voulait dire parler au travers (per-sonare, en latin), et persona correspondait ainsi au masque des comédiens de théâtre.

Mon pseudonyme est personne

Le personal branding consiste donc à porter un masque, et à parler au travers. Quand je m'exprime sur ce blog, je le fais à travers lui, à travers ce que j'ai écrit précédemment, à travers cette interface que certains d'entre vous commencent à connaître. 


De ce point de vue, Facebook ou Twitter ressemblent à un grand bal masqué (que tous ceux qui ont pensé “ohé ohé” soient maudits) ; chacun vient avec son masque, son costume ; chacun s'affrète ;  chacun se croise, ensuite, se dévisage (car, en fin de compte, les médias sociaux servent avant tout à cela : se dévisager). 

Remise en question

Certains s'interrogent : partage-t-on trop sur les réseaux sociaux ? Quelle doit être la part de ce que l'on offre au regard, et celle que l'on garde pour soi ? Des questions légitimes, bien sûr, et récurrentes, pour le moins. Une chose est certaine : l'e-réputation mérite réflexion, comme je le disais dans un précédent post

Cette quantité de signes produits pose d'ailleurs problème. On finit parfois par se lasser de toutes ces vies racontées.

Face à cette lassitude, que l'on peut ressentir par rapport à sa propre mise en scène d'ailleurs, il faut savoir se réinventer. Je veux dire par là s'interroger sur cette personne que l'on donne à voir. Se demander par exemple combien de fois l'on a changé de profile picture depuis que l'on est inscrit sur telle ou telle plate-forme communautaire. 

Qui suis-je, online ?

Se remettre en question, en partie, pour prendre conscience de ce que l'on fait, de ce que l'on choisit : est-ce que j'ai envie de transcrire ma personnalité en ligne, le plus fidèlement possible, ou est-ce que je préfère me créer un personnage, façonné de toute pièce, au fil du temps.

Bref. De toute façon, on change, au fil des jours. La question est de savoir comment cela se traduit sur les réseaux sociaux, et sur Internet, plus globalement.


Et cette question ne doit pas aboutir à une introspection trop poussée, il ne faut pas qu'elle devienne obsédante. Il était déjà difficile de se remettre en cause IRL - dans la vie réelle -, il faut donc éviter que cela le devienne tout autant online

On ne s'en sortirait pas… 



Commentaires

Dom a dit…
Dommage que Carl Jung n'ait pas connu Facebook ni Twitter, il aurait probablement publié une passionnante suite à la "Dialectique du moi et de l'inconscient", même si au final, les concepts sont les mêmes, c'est simplement l'étendue de leur application qui a évolué.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq