Accéder au contenu principal

Savoir se réinventer

Avec les médias sociaux et les technologies de la communication, on est amené à construire patiemment son image. De façon plus ou moins consciente, bien sûr, on produit un certain nombre de signes qui reflètent - ou sont censés refléter - notre personne. Pour rappel, l'étymologie du mot personne vaut le détour, car initialement cela voulait dire parler au travers (per-sonare, en latin), et persona correspondait ainsi au masque des comédiens de théâtre.

Mon pseudonyme est personne

Le personal branding consiste donc à porter un masque, et à parler au travers. Quand je m'exprime sur ce blog, je le fais à travers lui, à travers ce que j'ai écrit précédemment, à travers cette interface que certains d'entre vous commencent à connaître. 


De ce point de vue, Facebook ou Twitter ressemblent à un grand bal masqué (que tous ceux qui ont pensé “ohé ohé” soient maudits) ; chacun vient avec son masque, son costume ; chacun s'affrète ;  chacun se croise, ensuite, se dévisage (car, en fin de compte, les médias sociaux servent avant tout à cela : se dévisager). 

Remise en question

Certains s'interrogent : partage-t-on trop sur les réseaux sociaux ? Quelle doit être la part de ce que l'on offre au regard, et celle que l'on garde pour soi ? Des questions légitimes, bien sûr, et récurrentes, pour le moins. Une chose est certaine : l'e-réputation mérite réflexion, comme je le disais dans un précédent post

Cette quantité de signes produits pose d'ailleurs problème. On finit parfois par se lasser de toutes ces vies racontées.

Face à cette lassitude, que l'on peut ressentir par rapport à sa propre mise en scène d'ailleurs, il faut savoir se réinventer. Je veux dire par là s'interroger sur cette personne que l'on donne à voir. Se demander par exemple combien de fois l'on a changé de profile picture depuis que l'on est inscrit sur telle ou telle plate-forme communautaire. 

Qui suis-je, online ?

Se remettre en question, en partie, pour prendre conscience de ce que l'on fait, de ce que l'on choisit : est-ce que j'ai envie de transcrire ma personnalité en ligne, le plus fidèlement possible, ou est-ce que je préfère me créer un personnage, façonné de toute pièce, au fil du temps.

Bref. De toute façon, on change, au fil des jours. La question est de savoir comment cela se traduit sur les réseaux sociaux, et sur Internet, plus globalement.


Et cette question ne doit pas aboutir à une introspection trop poussée, il ne faut pas qu'elle devienne obsédante. Il était déjà difficile de se remettre en cause IRL - dans la vie réelle -, il faut donc éviter que cela le devienne tout autant online

On ne s'en sortirait pas… 



Commentaires

  1. Dommage que Carl Jung n'ait pas connu Facebook ni Twitter, il aurait probablement publié une passionnante suite à la "Dialectique du moi et de l'inconscient", même si au final, les concepts sont les mêmes, c'est simplement l'étendue de leur application qui a évolué.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d