Accéder au contenu principal

Savoir se réinventer

Avec les médias sociaux et les technologies de la communication, on est amené à construire patiemment son image. De façon plus ou moins consciente, bien sûr, on produit un certain nombre de signes qui reflètent - ou sont censés refléter - notre personne. Pour rappel, l'étymologie du mot personne vaut le détour, car initialement cela voulait dire parler au travers (per-sonare, en latin), et persona correspondait ainsi au masque des comédiens de théâtre.

Mon pseudonyme est personne

Le personal branding consiste donc à porter un masque, et à parler au travers. Quand je m'exprime sur ce blog, je le fais à travers lui, à travers ce que j'ai écrit précédemment, à travers cette interface que certains d'entre vous commencent à connaître. 


De ce point de vue, Facebook ou Twitter ressemblent à un grand bal masqué (que tous ceux qui ont pensé “ohé ohé” soient maudits) ; chacun vient avec son masque, son costume ; chacun s'affrète ;  chacun se croise, ensuite, se dévisage (car, en fin de compte, les médias sociaux servent avant tout à cela : se dévisager). 

Remise en question

Certains s'interrogent : partage-t-on trop sur les réseaux sociaux ? Quelle doit être la part de ce que l'on offre au regard, et celle que l'on garde pour soi ? Des questions légitimes, bien sûr, et récurrentes, pour le moins. Une chose est certaine : l'e-réputation mérite réflexion, comme je le disais dans un précédent post

Cette quantité de signes produits pose d'ailleurs problème. On finit parfois par se lasser de toutes ces vies racontées.

Face à cette lassitude, que l'on peut ressentir par rapport à sa propre mise en scène d'ailleurs, il faut savoir se réinventer. Je veux dire par là s'interroger sur cette personne que l'on donne à voir. Se demander par exemple combien de fois l'on a changé de profile picture depuis que l'on est inscrit sur telle ou telle plate-forme communautaire. 

Qui suis-je, online ?

Se remettre en question, en partie, pour prendre conscience de ce que l'on fait, de ce que l'on choisit : est-ce que j'ai envie de transcrire ma personnalité en ligne, le plus fidèlement possible, ou est-ce que je préfère me créer un personnage, façonné de toute pièce, au fil du temps.

Bref. De toute façon, on change, au fil des jours. La question est de savoir comment cela se traduit sur les réseaux sociaux, et sur Internet, plus globalement.


Et cette question ne doit pas aboutir à une introspection trop poussée, il ne faut pas qu'elle devienne obsédante. Il était déjà difficile de se remettre en cause IRL - dans la vie réelle -, il faut donc éviter que cela le devienne tout autant online

On ne s'en sortirait pas… 



Commentaires

  1. Dommage que Carl Jung n'ait pas connu Facebook ni Twitter, il aurait probablement publié une passionnante suite à la "Dialectique du moi et de l'inconscient", même si au final, les concepts sont les mêmes, c'est simplement l'étendue de leur application qui a évolué.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi