Accéder au contenu principal

Pourquoi je préfère Twitter à Facebook


Je préfère - et de loin - Twitter à Facebook. Il ne suffit pas de s'en rendre compte, il faut s'efforcer de savoir pourquoi. Voici pourquoi :
  • Sur Facebook, je dois “aimer” une Page pour suivre son actualité. Je n'aime pas cette idée : il y a de nombreuses marques que je n'aime pas particulièrement, mais dont je veux suivre l'évolution. A fortiori, pendant une campagne électorale, être obligé d'aimer un candidat pour suivre son actualité est une aberration
  • Sur Twitter, je peux suivre les marques que j'exècre, sans problème.
  • Sur Facebook, j’ai pas mal d’amis, mais sur mon newsfeed, je n'en retrouve que six ou sept, et pas toujours ceux que je préfère. Pourquoi ? Parce que, bien sûr, Facebook sait ce qui m'intéresse, ou croit le savoir, et sélectionne certaines infos pour moi, en fonction d’algorithmes obscurs dont je ne sais rien.
  • Sur Twitter, je peux suivre des centaines de personnes, réellement, et ça fait un bien fou. Il y a du bon, du moins bon, du coup, mais beaucoup plus de contenus, en tout cas.
  • Sur Facebook, quand quelqu’un me saoule, je suis contraint de briser notre amitié, ou de le faire disparaître de mon newsfeed, ce qui revient à le mettre aux oubliettes.
  • Sur Twitter, j’arrête simplement de le suivre, il n’en est pas directement informé ; c’est mieux pour tout le monde. Un jour, je le suivrai peut-être de nouveau, on verra bien. Je n'aurai pas besoin de lui faire une demande d'amitié, de me mettre à genoux. Il est aussi simple de renouer un lien que de le défaire.
  • Sur Facebook, quand j'ai fait mes premiers pas, j'ai retrouvé mes amis, et ma famille. C'était amusant. Mais aujourd'hui, ça reste ces mêmes amis, cette même famille.
  • Sur Twitter, à l'inverse, c'est surtout avec des inconnus que je discutais au départ, des inconnus qui, pour certains, sont devenus mes amis ; pour tous, constitue une nouvelle famille. (une déclaration, ma déclaration…) ^^
  • Sur Facebook, les amis de mes amis, eh bien… sont les amis de mes amis.
  • Sur Twitter, les amis de mes amis sont potentiellement mes amis.
  • Sur Facebook, j’ai conscience d’être sur une plate-forme mainstream, qui comptera bientôt un milliard d’utilisateurs - et donc de faire comme tout le monde, quand je me connecte. Ça me stresse.
  • Sur Twitter, j'ai le sentiment de vivre une expérience nouvelle, de faire partie d'une époque formidable, où les choses changent, où de nouvelles opportunités s'ouvrent, où l'humanité entière gagne en créativité (bon… j'en rajoute un tout petit peu, j'en conviens).
  • Sur Twitter, surtout, je découvre des infos jamais lues autre part.
  • Sur Facebook, je relis les mêmes infos une heure plus tard.
La raison principale de ma préférence (ma préférence, à moi), c'est une conviction forgée au fil du temps, la conviction que Twitter incarne l'ouverture vers les autres, quand Facebook renferme vers un microcosme amico-familial limité. 

Un peu comme je préférais Internet à la télévision, dès les débuts d'Internet, je préfère aujourd'hui Twitter à Facebook parce que j'ai le sentiment que c'est le sens du progrès, de l'avenir. Quelle que soit la prochaine étape, il y aura cette dimension de rencontres, cette dimension d'ouverture vers l'inconnu, qui n'existe pas ou si peu sur Facebook.


Commentaires

  1. Pour moi facebook et twitter ne remplissent pas la même fonction et ne comble pas le même besoin.

    Je passe beaucoup plus de temps sur Twitter, mais facebook va me permettre de faire pas mal de chose que je ne peux (ne veux) pas faire sur Twitter (ex. organisation d'événement, création de groupe privé de travail etc.).

    Après tu met le doigt sur quelque chose dont j'ai horreur : le filtre qu'applique facebook dans l'affichage des publications ! C'est totalement arbitraire et j'ai l'impression qu'il est de plus en plus important !

    #TousSurGoogle+! (je plaisante)

    RépondreSupprimer
  2. (merci de préciser :))

    Je suis d'accord, bien sûr, que les deux plates-formes ne remplissent pas exactement les mêmes fonctions - en particulier quand on les utilise de façon professionnelle.

    Simplement, à choisir… ^^

    RépondreSupprimer
  3. Comme dit plus haut, pas du tout le même usage entre les deux. Facebook est fait pour les amis et la famille, je sais que les gens que j'ajoute dessus sont des gens que je connais (tout le monde ne filtre pas forcément comme ça).

    Sur Twitter, tout le monde ajoute tout le monde, on ne connaît vraiment personne, et au final on se retrouve avec des dizaines de fils qui se retwettent les uns les autres, des bouts de conversation au milieu de nulle part, des messages pleins de RT, #, @ qui n'ont à priori aucun sens...

    Pour ce qui est de trouver de l'info sur Twitter... j'en ai bien plus en m'inscrivant à des flux RSS de sites d'actualité qui m'intéressent ! La plupart des infos Twitter sont juste des liens vers ces mêmes sites ou blogs.

    Note quand même que les filtres Facebook sont générés automatiquement, mais peuvent être configurés.

    RépondreSupprimer
  4. Je rejoins effectivement Arnaud M . On n'utilise pas de la même façon Twitter comme Facebook. Mais malheureusement tôt ou tard, twitter deviendra également mainstream (mais j'espère le plus tard possible ! ) dans le sens qu'on en parle de plus en plus et on voit de plus en plus d'arrivants.

    Si ca te stresse le mainstream Basile, il reste encore quelques moyens d'informations un peu moins rapides que Twitter mais qui reste assez efficace en terme d'enrichissement social (je pense à usenet et IRC et - non - ce n'est pas old school :) )

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces conseils, et ces précisions. Une nouvelle fois, je sais bien que comparaison n'est pas raison, et qu'il y a des choses intéressantes AUSSI sur Facebook. Je suis même convaincu qu'il ne disparaîtra pas du jour au lendemain, contrairement à ce qu'affirment parfois certains.

    J'exprime simplement une préférence, en expliquant pourquoi je prends plus de plaisir à perdre mon temps sur Twitter qu'à m'ennuyer sur Facebook. :)

    Thanks for comments and RT.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    C'est assez vrai, twitter et FB sont différents, je les considère et les utilise comme tels, ils n'ont je pense ni les mêmes fonctions ni les mêmes finalités. Un enrichissement certain pour celui qui prend le temps de prendre le temps de l'éphémère, car c'est aussi l'immédiateté, l'instant saisi, sur twitter, et le j'aime dans la seconde qui suit la publication d'un lien sur FB. Merci Basile.

    RépondreSupprimer
  7. Lecture agréable, qui chante juste à mes oreilles pour beaucoup de points.
    Je noterai encore que FB et Twitter n'adresse pas le même besoin.
    Merci à @groumphy c'est grâce à lui que je suis arrivé ici.

    RépondreSupprimer
  8. Miss spéciale23 juin 2012 à 02:10

    Des données qui vont dans le sens de ton article : Il a été "liké" 14fois, et "tweeté"...45 fois !

    RépondreSupprimer
  9. Vu sur un magazine réputé de psychologie cette semaine : "Twitter : un révélateur de narcissisme ?"

    Evidemment, Facebook tombe dans la même catégorie, peut-être même plus.

    RépondreSupprimer
  10. Bien que Facebook et Twitter soient complémentaire, Twitter incarne vraiment le progrès dans son concept et son ouverture. C'est un peu avoir la liberté de prendre part à n'importe quelle discussion dans le monde et avec n'importe qui.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, et en ce sens, c'est un réseau qui explore réellement le potentiel d'Internet.

    RépondreSupprimer
  12. Je suis entierement d'accors ...
    je suis dj .. je mixes depuis une dizaine d'années ...
    je me suis mis aux reseaux sociaus que depuis 5 ans !!
    j'ai constaté depuis ces dernieres années que j'ai plus de succes , c'est a dire que mes mixes sont plus partagés par les gens que je ne connait pas , que par mes amis et ma famille sur facebook ... Vive twitter ... car depuis ce mois ci 250 shares par plus de 100 personnes totalement inconues , Facebook 50 shares et uniquement par 5 personnes alors que j' en compte plus de 3600 !!
    C'est INCROYABLE !!!

    RépondreSupprimer
  13. Salut Basile,
    Je partage ton analyse à 100%. Twitter respecte l'essence même d'Internet. Cette sensation de liberté où le contenu est à la base de la réussite d'un compte, d'un site... Facebook a voulu encadrer internet, comme Google l'a fait également. En voulant maîtriser tout : du moins en essayant de le faire croire aux annonceurs. Facebook est maladroit car trop directif. Il ne respecte pas les codes du web. Twitter au contraire offre une liberté totale en matière de contenus. Tu peux suivre et offrir le contenu de ton choix, sans engagement (réel ou symbolique).

    L'autre grosse différence est que twitter est né mobile et aura en ce sens toujours un temps d'avance sur Facebook ou Google. Il est simple et rapide de l'utiliser, c'est léger. Seul bémol, l'avenir que souhaite offrir twitter à ses utilisateurs. Si l'erreur de monétiser le réseau social par la publicité est faite (comme pour facebook), directement sur la plateforme alors on va tuer la magie de twitter. Cela fait bien longtemps que je pense que le concurrent de Twitter n'est pas Facebook mais plutôt Google Search. Pour moi, l'avenir de twitter serait la création d'un moteur de recherche social, qui permettrait aux contenus les plus "pertinents" de twitter de remonter dans les requêtes. Une recherche sur le web qui ne serait pas liée à la puissance financière de l'acteur qui la poste (adwords, SEO...) mais à la qualité des contenus que je recherche.

    J'ai cette idée en tête depuis longtemps et je crains que twitter ne commette l'irréparable... ce serait une grande déception.

    Si seulement j'avais accès au Firehose... :)
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  14. Complètement d'accord! Puis y a un côté "secte" sur Facebook qe je n'aime pas. Je pense carrément quitter. Merci pour cet article en tous cas.

    RépondreSupprimer
  15. Entièrement d'accord avec vous !!!! Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi