Accéder au contenu principal

Désir ordinaire

J'ai revu Aladdin, récemment. C'était en cherchant sur mon ordinateur, alors que je rentrais en TGV du sud-ouest, dans ces dossiers oubliés au fin fond du disque dur, récupérés via une clé USB quelques années auparavant (non, je ne dis pas ça pour me justifier ; j'assume totalement). 


Bref. J'ai revu Aladdin.

Et comme toujours, au moment où le Génie a fait son apparition dans le film, je me suis demandé quels seraient mes trois vœux, si une telle situation se présentait à moi. 


Abracadabra

On peut noter qu'Aladdin ne fait pas preuve d'une grande originalité, puisqu'il opte d'emblée pour de l'argent, du pouvoir, de quoi séduire celle qu'il aime (Prince Ali, oui, c'est bien lui).



Pour ma part, là, maintenant, je me rends compte que mes vœux seraient assez simples. Si je nettoyais une lampe magique, et qu'un esprit bénéfique surgissait, je serais tenté de demander un vrai printemps, ou au moins une vraie journée printanière - avec du soleil, qui se mêlerait à une légère brise, des oiseaux, des mines réjouies. La journée serait pleine d’une joie festive, et se prolongerait par une soirée au bord de la mer, avec un bain de minuit pour clore le tout.

Vous me direz, heureusement que je n’ai pas une lampe magique à portée de main ; si je faisais ces vœux ordinaires, tout le monde me tomberait dessus immédiatement, me reprochant de satisfaire un désir égoïste plutôt que de penser à la faim dans le monde, au réchauffement climatique, à l’injustice, ou à je-ne-sais-quoi encore.


Pas faux

D'une certaine façon, ils auraient d'ailleurs tout à fait raison.
Je pourrais néanmoins rétorquer qu’Aladdin lui-même délaisse totalement ces sujets-là. De fait, avant de rencontrer par hasard ce génie, sa vie n’était que misère, il devait voler pour manger, sa situation était plus que précaire, il était pourchassé par les gardes, traqué jour et nuit, il vivait avec un Singe (avouez que ça ne fait pas rêver), il n'avait que la peau sur les os…



Dès qu’il en a eu l’opportunité, il a décidé de devenir riche et puissant. Ça me rappelle cette phrase de Desproges : “Quand on y pense, les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches”. 

Bref, si Aladdin lui-même pense à lui en premier lieu, j'y suis aussi autorisé. Et puis, une journée printanière, ça ferait du bien à tout le monde ces jours-ci.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq