Accéder au contenu principal

La quadrature du cercle vicieux

Ce qui est particulièrement diabolique, dans les cercles vicieux, c’est la logique qui en découle. Le mécanisme pervers apparaît évident, autant que pernicieux. La spirale est malsaine, mais elle semble tout à fait cohérente. Ainsi, découvrir un cercle vicieux, c’est prendre conscience en même temps du caractère dramatique et irréversible d’une situation.

Et là, c'est le drame

Comme lorsque l’on comprend, au cours d’une tragédie, que l’auteur nous emmène délibérément vers une issue fatale. 
“Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux”. Ionesco
C’est le scénario du film de Stanley Kubrick Dr. Strangelove, pour nous alerter sur le risque  d’une course à l’armement nucléaire. C’est le dilemme cornélien (“oh Dieu, l’étrange peine ! En cet affront, mon père est l’offensé, et l’offenseur le père de Chimène !”). Ce sont tous ces rouages funestes qui conduisent au pire. Nombre de faits divers sont le fruit d’un cercle vicieux.

oui, je sais, cette image est stressante !

Les cercles vicieux se retrouvent en effet dans le quotidien. Un exemple simple, courant, est celui du désir d’affection spontanée. Le besoin d’attention de la part d’une personne à laquelle on tient et qui ne vous l’accorde pas immédiatement. Il n’y a rien à faire face à ce cercle-là. C’est un problème insoluble. Si vous lui faites comprendre que vous voulez qu’il/elle vous manifeste de la sympathie, de l’amitié, de la tendresse, vous ne serez jamais comblé(e). Car il manquera alors la spontanéité
“Un vice conduit à un autre”. Sénèque
Il y a les cercles vicieux collectifs aussi.

Les cercles macro-vicieux

Au cours de l’Histoire, face aux grandes épidémies du Moyen-Âge, les hommes se réunissaient pour prier. Ce faisant, ils facilitaient le transfert des germes de la maladie. En voulant lutter contre la Peste, ils en renforçaient la portée. Pendant des décennies, des hommes sont donc morts car ils se rassemblaient pour vaincre ce qui causait précisément leur mort.


La superstition est d’ailleurs, généralement, l’ingrédient idéal pour tout cercle vicieux. 
Si, pour une raison ou pour une autre, j’ai la certitude que mes journées sont mauvaises quand je porte des chaussettes rouges, les chances sont grandes pour que ce soit effectivement le cas. J'interpréterais tous les événements malencontreux de ma journée au travers de ce prisme absurde, et je lui donnerais alors plus de force encore.


C’est le drame du déclinisme, du pessimisme, et de tous ceux qui annoncent en permanence le malheur. Les prophéties auto-réalisatrices sont particulièrement destructrices quand elles s’enracinent dans les prévisions du pire.

Les cercles vicieux 2.0

Les médias sociaux ont leurs propres cercles vicieux. Le concept d'homophilie en est un : le principe est simple. Sur les espaces communautaires, les internautes ont tendance à se rapprocher des personnes qui leur ressemblent. Autrement dit, alors que les réseaux sociaux permettent a priori de s'ouvrir au monde et aux autres - au sens large, s'ouvrir au différent - plusieurs études démontrent que dans les faits on se connecte avant tout  aux utilisateurs qui nous sont semblables. Ce qui peut avoir pour effet de scléroser le réseau.

Autre exemple : l’effet Streisand, dont parle Cyroul sur son blog.
“Cet effet tire son nom de la mésaventure de Barbara Streisand, qui a attaqué en Justice en 2003 le photographe Kenneth Adelman, pour supprimer une photo de sa maison publiée sur Internet. La conséquence fut que tout le monde voulu voir la photo en question et qu'elle se propagea partout sur Internet (alors qu'en réalité, on n'en a rien à faire de cette baraque).
En résumé, plus vous menacez de procès pour retirer quelque chose de l'Internet, plus cette chose a de chances de se propager. (…) Voilà l'effet Streisand !”.


Il y a donc des cercles vicieux sur Internet.

S'évertuer à tuer le vice

Mais, heureusement, il y a aussi, sur la Toile, des armes pour lutter contre ces mécanismes pervers.
On trouve par exemple des sites Web qui vous aident à casser un cercle vicieux : http://fr.howto.wikia.com/wiki/Casser_un_cercle_vicieux.

Vous pouvez aussi lire la fiche Wikipedia dédiée à ces fameux cercles, où vous apprendrez entre autres choses qu’il y a des cercles vicieux situationnels, et d’autres évolutifs.
Ce qui vous fera une belle jambe, vous en conviendrez : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_vicieux.

Enfin, pour terminer sur une note positive, rappelons-nous que le pendant direct des cercles vicieux est tout trouvé : il s'agit des cercles vertueux. Savoir que pour tout engrenage diabolique il existe, à l'inverse, des processus qui ont pour faculté de s'auto-améliorer, est assez rassurant. 

La prouesse ultime étant, bien évidemment, de parvenir à changer un cercle vicieux en cercle vertueux. Cette alchimie étant plus prodigieuse encore que celle qui consiste à transformer le plomb en or, cela va sans dire. 

Mais il n'est pas donné à tout le monde de faire d'un vice une vertu !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq