Accéder au contenu principal

La part des choses

Êtes-vous nomophobe ? Voici le titre d’un article du Huffington Post, sur lequel j’étais tombé il y a quelques jours. Comme vous peut-être, je ne savais pas ce que ce terme signifiait. La nomophobie désigne simplement le fait d’être privé trop longtemps de son mobile, et l’angoisse qui en résulte  directement (no-mobile-phobie).

Une étude de la société technologique SecurEnvoy indique ainsi que les deux tiers des usagers mobiles souffriraient de “nomophobie”. “Sur mille personnes interrogées, 66 % d’entre elles reconnaissent avoir ressentis des symptômes d’anxiété lorsqu’elles étaient séparées de leur téléphone, la catégorie des 18-24 ans étant la plus touchée”.

Phobie des temps modernes

En y réfléchissant bien, c’est assez normal. “En moyenne, dans les pays occidentaux, une personne consulte son portable 150 fois par jour”, indique l’article du Huffington Post, en se fondant sur une autre étude. Le chiffre est peut-être exagéré, mais l’omniprésence du mobile n’est plus à démontrer. Cette angoisse est donc naturelle, d'une certaine façon.

Sur le fond, en ce qui me concerne, je suis parfois nomophobe, parfois nomophile. Je n’en fais pas une maladie. L’important est, je crois, de savoir faire la part des choses. On en revient aux mêmes préceptes ancestraux : l’essentiel est de ne pas céder à la démesure.
Il faut aussi savoir reconnaître certaines réalités. Il y avait des gazouillis bien avant Twitter, par exemple.
J’étais ce week-end à la campagne, et je m’en suis bien rendu compte. La vraie vie a du bon. Mais il faudrait dépasser l’antagonisme habituel. Nous n’en sommes plus là ; quand on sait par exemple qu’Apple a dépassé aujourd’hui les 25 milliards de téléchargements sur l’App Store. C’est aussi ça, la vraie vie. C’est aussi ça, notre présent, désormais.

Anachorètes connectés

Et puis, dans l’absolu, si j’ai toujours cette envie de partir loin, très loin, parfois - fantasme éternel -, j’aimerais bien partir avec mon téléphone, au moins. La tour d’ivoire sans wifi, très peu pour moi.  Si j’ai la chance, un jour, en essuyant avec un piteux sopalin la lampe poussiéreuse d’un génie généreux, faisant apparaître ce dernier devant moi, de pouvoir exaucer trois vœux, croyez-bien que j’exigerais quelques conditions préalables. Je ne suis pas né de la dernière pluie. J'ai appris à déchiffrer les contrats des opérateurs mobiles. La plage, ok, le soleil, ok, la légère brise, ok, les pieds dans la mer translucide, ok, mais aussi un accès Internet haut-débit pour narguer mes amis parisiens.
À ce propos, je suis certain que lorsqu'il y aura la 4G, partout, et que les portables se rechargeront d'eux-mêmes, le nombre de voyageurs intrépides explosera.


J’en connais qui se reconnaîtront dans ce dernier paragraphe. Un, en particulier, qui fait ses vacances sur le dos d'un dromadaire, en tweetant les photos (prises sur Instagram) des oasis resplendissantes, au beau milieu d'un désert paradisiaque, pour les envoyer à ses collègues de bureau.

Mais il a raison. Autant profiter pleinement des chances qui nous sont offertes. 
D'autant qu'encore une fois, je sais faire la part des choses.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi