Accéder au contenu principal

La mélodie des marques sur les médias sociaux


L’une des scènes cultes du film Amadeus, qui aborde la vie de Mozart, présente le musicien Salieri (son rival), à la fin de sa vie, jouant au piano ses plus grands morceaux à un profane, prenant instantanément conscience que l’ensemble de son œuvre est tombée dans l’oubli ; alors qu’il se met à jouer quelques notes de Mozart, le profane s’égaille soudain : “ah, ça, je connais, je connais parfaitement !”. Cette scène, assez tragique, démontre une vérité évidente : tout le monde peut reconnaître en un instant les grandes œuvres de musique classique. Il suffit de quelques notes, jouées sur un piano.

Cette anecdote préalable devrait inspirer les entreprises, aujourd’hui. C’est en tout cas ce que j’ai retenu de la présentation “Brand as patterns” au SxSW. L’un des intervenants était en effet Walter Werzowa, compositeur entre autre du fameux Mnemonic Intel.

Marque et musicalité

Selon lui, “la composition musicale est similaire à la construction d’une marque”.

Qu’est-ce à dire ? Les marques sur les médias sociaux cherchent à être reconnues, légitimement, par les internautes. Il s’agit de communiquer avec eux, de créer une relation de confiance, de leur rendre des services pour les satisfaire autant que possible.

Or, justement, dans la construction de cette relation, les deux principaux écueils, selon Walter Wersowa, sont d’une part le manque de cohérence (qui donne un sentiment de chaos), et d’autre part le manque de variations (qui engendre une forme de répétition, abhorrée des internautes). Dans les deux cas, les similitudes avec la composition musicale sont fortes.

Si vous manquez de talent, les notes de votre morceau auront du mal à séduire votre public. Mais si, après de maints efforts, vous parvenez à trouver une jolie mélodie, il ne s’agit pas de tout gâcher en répétant incessamment les mêmes trois premières notes. Cela deviendrait très vite lassant.
L’enjeu est donc de construire la marque dans le temps.

Des morceaux, chaque fois différents, mais dont on reconnaît l’harmonie. “Les marques qui réussissent sont celles qui trouvent la bonne combinaison entre ce qui est attendu et ce qui apparaît comme neuf”, souligne le compositeur.

La reconnaissance de structures cohérentes

Les marques doivent être flexibles, présentes sur différents canaux éventuellement, mais différentes à chaque fois. Elles doivent savoir s’adapter à la pluralité des médias sociaux, de la même façon qu’un compositeur prend en compte les particularités de chaque instrument. “Si votre marque est présente sur un canal, vous devez être aussi réactif que le permet ce canal”, confirme Robin Lanahan (Microsoft), également présente à cette conférence.

Les grandes marques sont celles qui savent raconter une histoire”, souligne-t-elle. “Il ne s’agit pas simplement de répétition, mais de la formation et de la reconnaissance de structures cohérentes” associées à la marque.

Il faut utiliser différents éléments pour construire une seule et même mélodie, pourrait-on dire. Décliner le même thème musical, en somme, tout en prenant en compte les spécificités de chaque média social, de chaque plate-forme conversationnelle. Les variations – elles sont nécessaires -, renforceront l’œuvre si, et seulement si, elles sont harmonieuses.

Pour donner du sens à la communication sur les médias sociaux, il faut donc parvenir à suivre un fil musical, qui donne toute la cohérence à l’action de la marque. Chaque idée nouvelle doit être comprise comme une pierre que l’on ajoute à l’édifice. “Il faut se concentrer sur quelques grandes idées – au pluriel. Une seule grande idée ne dure pas”, souligne l’intervenant. Avant de conclure : “Et avec ces grandes idées, c’est avant tout la marque qui s’inscrira dans l’avenir”.

Article à retrouver sur le site du FXSW.

Commentaires

castor a dit…
Très intéressant, je le partage, merci
Catherine Hardy a dit…
Oui, c'est très intéressant, et la métaphore musicale est très claire. Ah ! être Mozart ...

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq