Accéder au contenu principal

Le temps de regarder

De nouveau, la nuit. 
Je suis assis dans mon lit, sous la couette bien qu'habillé, les pieds près du radiateur.
Je me souviens d'une phrase de Rimbaud qui dit redouter l'hiver “parce que c'est la saison du confort”.  J'y repense souvent, quand le froid s'installe. Mais la manière dont je suis emmitouflé à l'instant, dans cette chambre assez petite (il faut bien le dire) et pas tout à fait bien rangée (pardon maman), me donne plus le sentiment que je suis dans une cabane perdue au beau milieu de la nuit que dans le confort d'une maison bourgeoise, ou d'un château de province.

Mais j'aime les cabanes. Surtout en hiver, d'ailleurs. 
J'ai en mémoire un voyage de classe - en CM1 je crois -, où nos accompagnateurs nous lisaient, chaque soir,  un roman qui racontait l'aventure de plusieurs personnages isolés dans une maisonette au cœur de l'hiver, dans un pays enneigé. C'est un souvenir diffus, aujourd'hui, mais je me rappelle du plaisir que j'avais éprouvé en imaginant cette situation : se retrouver à attendre avec quelques personnes que l'on aime que la nuit s'achève, blottis au coin du feu dans une habitation en bois, la porte bloquée par la neige.


J'aime les veillées. J'aime les discussions dans la nuit. 
Il n'est pas question de confort, en l'occurrence. Il s'agit de vivre pleinement l'instant présent.
Comme on contemple la montagne, avant de descendre une piste à ski.
Comme on s'endort dans un train à couchettes, bercé par les mouvements et les bruits du wagon qui file dans la nuit.
Comme on attend un enfant à la sortie de l'école.
Comme on scrute le ciel nocturne à l'affût des étoiles filantes, en août, allongés dans le jardin.
Comme on prend conscience, soudainement, au cours d'une soirée à parler et à rire avec des amis qui nous sont chers, que la vie est belle.
Comme on s'arrête un moment, sur un pont parisien, pour voir couler la Seine.

Tous ces moments où l'on s'arrête, où l'on prend du recul. Où l'on prend le temps de regarder.

Il nous faut regarder ce qu'il y a de beau, le ciel gris ou bleuté, les filles au bord de l'eau. L'ami qu'on sait fidèle, le soleil de demain, le vol d'une hirondelle, le bateau qui revient”.


Commentaires

Anonyme a dit…
Inspiré de "Méditer, jour après jour" de Christophe André?
Basile a dit…
Non, mais je vais y jeter un œil, du coup. :)
Anonyme a dit…
Le roman cité :
'' Les enfants de Noé '' de Jean Joubert
Editions Médium

Excellent livre! j'ai adoré.
Basile a dit…
En effet, je parlais bien de ce livre ! Merci beaucoup, et vive Internet !

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq