Accéder au contenu principal

Vivre à la ville et à la campagne

Certains jours, quand la pluie tombe lentement sur la ville, que les passants ont mauvaise mine, que le bus se traîne avec peine dans les embouteillages, que les gens s'impatientent, râlent, toussent, se bousculent, qu'une couche de buée recouvre peu à peu les vitres, enlevant au passager distrait son dernier plaisir autorisé, celui de rêver en regardant les lumières des phares dans la nuit, l'envie de partir vivre à la campagne se fait particulièrement forte.

Marcher tranquillement en forêt, entendre craquer les feuilles mortes sous ses pas, enfoncer ses bottes dans les flaques boueuses, caresser du bout des doigts le tronc d'un chêne. Espérer croiser une biche au détour d'un chemin, pour l'observer s'enfuir au travers des arbres. Apprécier le retour du soleil, le jeu d'ombres et de lumière, l'éternelle beauté de cette alchimie singulière. Franchir les fougères, éviter les ronces, enjamber les ruisseaux, faire rouler les cailloux sous ses pieds, gravir une colline boisée, rejoindre un nouveau chemin… Autant de plaisirs naturels qui manquent parfois au parisien que je suis.

Promenade

Comme la chanson de Brassens La chasse aux papillons, comme le poème de Rimbaud Sensation (à retrouver ici), comme La Chèvre de Monsieur Seguin, comme Cigalou (un album du Père Castor) comme le travail du photographe Chris Morin, qui transforme l'espace urbain en savane africaine, certaines créations artistiques, certains contes, me séduisent particulièrement, parce qu'ils me laissent imaginer des échappées belles


Ah, si les villes étaient à la campagne… Si l'on pouvait concilier les deux ! Un jour, sans doute, quelqu'un inventera la télétransportation. De toutes les inventions imaginées par l'homme, depuis des siècles, c'est sans doute en effet l'une des seules qui n'est pas effectivement mise au point aujourd'hui. Nous communiquons en une seconde avec le monde entier, nous voyageons à grande vitesse, nous pouvons nous géolocaliser : dans quelques temps, il faudra bien pouvoir se dématérialiser et se rematérialiser. C'est la moindre des choses.

Saut dans l'espace

Alors, enfin, je pourrais faire des promenades lorsque la journée s'achèvera, avant de revenir chez moi pour dormir en écoutant la pluie tomber sur les toits de la ville. Le matin, j'irais voir la rosée perler sur l'herbe fraîche du jardin, avant d'aller travailler. Vers midi, je pourrais déjeuner au coin du feu, avant de faire une (courte) promenade digestive.
Le seul risque, avec la télétransportation, c'est que tout le monde soit tenté d'aller dans des contrées lointaines, de l'autre côté de la terre. Le bronzage deviendrait alors très vite désuet, car il serait à la portée de tous. Les voyageurs n'existeraient plus : il n'y aurait que des touristes zappeurs, insolents, perpétuellement insatisfaits.

Tout bien réfléchi, certaines inventions ne sont pas aussi souhaitables qu'elles y paraissent. Leur apparition dans un court ou moyen terme est d'autant plus compromise, par conséquent.

Un jour, peut-être, je parviendrai malgré tout à concilier la ville et la campagne. 
Le mieux, pour cela, c'est encore que je rejoue au Loto un de ces quatre… pour imposer mes exigences à un architecte ambitieux.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent