Accéder au contenu principal

Vivre à la ville et à la campagne

Certains jours, quand la pluie tombe lentement sur la ville, que les passants ont mauvaise mine, que le bus se traîne avec peine dans les embouteillages, que les gens s'impatientent, râlent, toussent, se bousculent, qu'une couche de buée recouvre peu à peu les vitres, enlevant au passager distrait son dernier plaisir autorisé, celui de rêver en regardant les lumières des phares dans la nuit, l'envie de partir vivre à la campagne se fait particulièrement forte.

Marcher tranquillement en forêt, entendre craquer les feuilles mortes sous ses pas, enfoncer ses bottes dans les flaques boueuses, caresser du bout des doigts le tronc d'un chêne. Espérer croiser une biche au détour d'un chemin, pour l'observer s'enfuir au travers des arbres. Apprécier le retour du soleil, le jeu d'ombres et de lumière, l'éternelle beauté de cette alchimie singulière. Franchir les fougères, éviter les ronces, enjamber les ruisseaux, faire rouler les cailloux sous ses pieds, gravir une colline boisée, rejoindre un nouveau chemin… Autant de plaisirs naturels qui manquent parfois au parisien que je suis.

Promenade

Comme la chanson de Brassens La chasse aux papillons, comme le poème de Rimbaud Sensation (à retrouver ici), comme La Chèvre de Monsieur Seguin, comme Cigalou (un album du Père Castor) comme le travail du photographe Chris Morin, qui transforme l'espace urbain en savane africaine, certaines créations artistiques, certains contes, me séduisent particulièrement, parce qu'ils me laissent imaginer des échappées belles


Ah, si les villes étaient à la campagne… Si l'on pouvait concilier les deux ! Un jour, sans doute, quelqu'un inventera la télétransportation. De toutes les inventions imaginées par l'homme, depuis des siècles, c'est sans doute en effet l'une des seules qui n'est pas effectivement mise au point aujourd'hui. Nous communiquons en une seconde avec le monde entier, nous voyageons à grande vitesse, nous pouvons nous géolocaliser : dans quelques temps, il faudra bien pouvoir se dématérialiser et se rematérialiser. C'est la moindre des choses.

Saut dans l'espace

Alors, enfin, je pourrais faire des promenades lorsque la journée s'achèvera, avant de revenir chez moi pour dormir en écoutant la pluie tomber sur les toits de la ville. Le matin, j'irais voir la rosée perler sur l'herbe fraîche du jardin, avant d'aller travailler. Vers midi, je pourrais déjeuner au coin du feu, avant de faire une (courte) promenade digestive.
Le seul risque, avec la télétransportation, c'est que tout le monde soit tenté d'aller dans des contrées lointaines, de l'autre côté de la terre. Le bronzage deviendrait alors très vite désuet, car il serait à la portée de tous. Les voyageurs n'existeraient plus : il n'y aurait que des touristes zappeurs, insolents, perpétuellement insatisfaits.

Tout bien réfléchi, certaines inventions ne sont pas aussi souhaitables qu'elles y paraissent. Leur apparition dans un court ou moyen terme est d'autant plus compromise, par conséquent.

Un jour, peut-être, je parviendrai malgré tout à concilier la ville et la campagne. 
Le mieux, pour cela, c'est encore que je rejoue au Loto un de ces quatre… pour imposer mes exigences à un architecte ambitieux.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,