Accéder au contenu principal

Ma vie ne sera jamais en ligne

Nous le pressentions, nous le savons désormais - avec l'apparition des nouvelles Time Lines - Facebook ne se contente plus de nos données personnelles, mais tient véritablement à ce que nous racontions notre vie sur sa plate-forme. Au sens propre, on le sait, Facebook signifie simplement “trombinoscope”. Mais à chaque mise à jour, le site encourage ses utilisateurs à aller bien au-delà du simple carnet d'adresses imagé. Il ne s'agit plus de fournir quelques renseignements basiques : date d'anniversaire, lieu d’études, goûts, etc. À présent, il faut se raconter, de façon chronologique, organiser les événements de son existence en fonction de leur importance, rythmer ses statuts de dates cruciales (naissance, réussites professionnelles, mariage…),  distinguer ses amis proches de ses vagues camarades, et j’en passe. 

Le rêve impossible de Facebook

Bien entendu, tout le monde n'abdique pas. Mais qu'on le veuille ou non, le mouvement est lancé. Le rêve de Facebook : devenir ce film de quelques minutes qui, selon la croyance populaire, défile aux yeux de celui qui s'apprête à mourir. La Time Line facebookienne vise ainsi à rassembler les dernières images aperçues par l'agonisant. Vaste projet. Certains marketeurs ont commencé à le comprendre, et s’en inspirent pour des opérations intelligentes (merci Le Publigeekaire pour le lien) : https://www.facebook.com/Antidrugstimeline

Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que cela n’arrivera jamais. Personne ne tient à se livrer pleinement sur un site communautaire. La vie réelle ne sera jamais prisonnière d’une plate-forme sociale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on utilise l’acronyme IRL (In Real Life).

Les internautes ne s’y trompent pas. Ils savent bien que leur vie réelle est ailleurs. Ce qu’ils confient à Facebook n’est qu’un reflet transparent de leur existence. 

Transparence et profondeur

Vous trouvez que je m’explique assez clairement”, écrivait Voltaire, “c’est que je suis comme les petits ruisseaux : ils sont transparents parce qu’ils sont peu profonds”. Il en va de même pour n’importe quel blog, n’importe quel réseau social. On ne s’y confie que partiellement. Ce que l’on offre au regard de l’autre n’est qu’une partie choisie de ce que l’on veut raconter.


C’est la fameuse extimité, par opposition à l’intimité que l’on préserve pour soi (voir cet article, sur le sujet) L’extimité, pour être transparente, ne peut être que superficielle. Comme un premier niveau vers la réalité. Pour reprendre l’image de Voltaire, on pourrait dire que l’extimité est la mer qui borde la plage, quand l’intimité ressemble plutôt à la haute mer, dont les profondeurs demeurent insoupçonnées.

Le for intérieur préservé

Autrement dit, Internet ne change pas totalement la donne. Le personal branding, l’e-réputation, ou, plus globalement, la tendance de la jeune génération notamment à se livrer plus facilement, ne signifient pas un changement radical. Nous sommes encore loin de l’ère de la transparence absolue. Si l’extimité est la couche supérieure de l’épiderme (la peau), on peut dire que les personnes se découvrent de plus en plus, c’est vrai. On enlève quelques couches de vêtement. On donne plus à voir. Le maillot une pièce fait place au bikini. Mais cela ne va pas plus loin.

Et heureusement, d’ailleurs. 
Trop de transparence gâcherait tout.



Commentaires

Anonyme a dit…
Très bonne 1ère partie ! C'est bien ce que tu écris. Bravo !
Basile a dit…
Merci pour ce commentaire ! :)
Anonyme a dit…
En revanche, même si facebook ne se plug pas sur notre cortex pour avoir accès à notre "extimité", il contribue à formater une vision du web (qui existe parmi d'autres visions concurrentes, rappelons-le) et à formater dans une certaine mesure ce que nous pouvons en attendre. C'est aussi, par extension, une vision de la vie qui en découle. Sans céder à la panique facebook, c'est pourtant à souligner. Militer pour le non-anonymat sur internet est un choix porteur de conséquences politiques et sociales. Ecrire sous son nom sur internet ne préserve pas des dérapages, contrairement à ce que le laisse entendre fbk qui demande (carte d'identité à l'appui) de changer leurs noms à ceux soupçonnés d'errer sous un pseudonyme... Facebook est une entreprise privée et non une nation, et par ce genre de mesures, cette entreprise joue le jeu de ceux qui détiennent le pouvoir, particulièrement économique. Lutter pour un web anonyme ou au contraire, identifié personnellement n'a rien d'anodin et configure également nos rapports au monde et à la société. Ce qui n'a pas seulement à voir avec faire étalage ou non de sa vie privée, ce qui est finalement peut-être la moins grave des choses mais l'arbre qui cache la forêt..
Basile a dit…
La question de l'anonymat est en effet cruciale. De ce point de vue, Facebook change beaucoup de choses en effet. Mais au-delà de cette question, il y a aussi celle du droit à l'oubli, et celle du contrôle par l'internaute de ce que font ces entreprises du Net, justement.
Merci, en tout cas, pour ce commentaire.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq