Accéder au contenu principal

Ma vie ne sera jamais en ligne

Nous le pressentions, nous le savons désormais - avec l'apparition des nouvelles Time Lines - Facebook ne se contente plus de nos données personnelles, mais tient véritablement à ce que nous racontions notre vie sur sa plate-forme. Au sens propre, on le sait, Facebook signifie simplement “trombinoscope”. Mais à chaque mise à jour, le site encourage ses utilisateurs à aller bien au-delà du simple carnet d'adresses imagé. Il ne s'agit plus de fournir quelques renseignements basiques : date d'anniversaire, lieu d’études, goûts, etc. À présent, il faut se raconter, de façon chronologique, organiser les événements de son existence en fonction de leur importance, rythmer ses statuts de dates cruciales (naissance, réussites professionnelles, mariage…),  distinguer ses amis proches de ses vagues camarades, et j’en passe. 

Le rêve impossible de Facebook

Bien entendu, tout le monde n'abdique pas. Mais qu'on le veuille ou non, le mouvement est lancé. Le rêve de Facebook : devenir ce film de quelques minutes qui, selon la croyance populaire, défile aux yeux de celui qui s'apprête à mourir. La Time Line facebookienne vise ainsi à rassembler les dernières images aperçues par l'agonisant. Vaste projet. Certains marketeurs ont commencé à le comprendre, et s’en inspirent pour des opérations intelligentes (merci Le Publigeekaire pour le lien) : https://www.facebook.com/Antidrugstimeline

Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que cela n’arrivera jamais. Personne ne tient à se livrer pleinement sur un site communautaire. La vie réelle ne sera jamais prisonnière d’une plate-forme sociale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on utilise l’acronyme IRL (In Real Life).

Les internautes ne s’y trompent pas. Ils savent bien que leur vie réelle est ailleurs. Ce qu’ils confient à Facebook n’est qu’un reflet transparent de leur existence. 

Transparence et profondeur

Vous trouvez que je m’explique assez clairement”, écrivait Voltaire, “c’est que je suis comme les petits ruisseaux : ils sont transparents parce qu’ils sont peu profonds”. Il en va de même pour n’importe quel blog, n’importe quel réseau social. On ne s’y confie que partiellement. Ce que l’on offre au regard de l’autre n’est qu’une partie choisie de ce que l’on veut raconter.


C’est la fameuse extimité, par opposition à l’intimité que l’on préserve pour soi (voir cet article, sur le sujet) L’extimité, pour être transparente, ne peut être que superficielle. Comme un premier niveau vers la réalité. Pour reprendre l’image de Voltaire, on pourrait dire que l’extimité est la mer qui borde la plage, quand l’intimité ressemble plutôt à la haute mer, dont les profondeurs demeurent insoupçonnées.

Le for intérieur préservé

Autrement dit, Internet ne change pas totalement la donne. Le personal branding, l’e-réputation, ou, plus globalement, la tendance de la jeune génération notamment à se livrer plus facilement, ne signifient pas un changement radical. Nous sommes encore loin de l’ère de la transparence absolue. Si l’extimité est la couche supérieure de l’épiderme (la peau), on peut dire que les personnes se découvrent de plus en plus, c’est vrai. On enlève quelques couches de vêtement. On donne plus à voir. Le maillot une pièce fait place au bikini. Mais cela ne va pas plus loin.

Et heureusement, d’ailleurs. 
Trop de transparence gâcherait tout.



Commentaires

  1. Très bonne 1ère partie ! C'est bien ce que tu écris. Bravo !

    RépondreSupprimer
  2. En revanche, même si facebook ne se plug pas sur notre cortex pour avoir accès à notre "extimité", il contribue à formater une vision du web (qui existe parmi d'autres visions concurrentes, rappelons-le) et à formater dans une certaine mesure ce que nous pouvons en attendre. C'est aussi, par extension, une vision de la vie qui en découle. Sans céder à la panique facebook, c'est pourtant à souligner. Militer pour le non-anonymat sur internet est un choix porteur de conséquences politiques et sociales. Ecrire sous son nom sur internet ne préserve pas des dérapages, contrairement à ce que le laisse entendre fbk qui demande (carte d'identité à l'appui) de changer leurs noms à ceux soupçonnés d'errer sous un pseudonyme... Facebook est une entreprise privée et non une nation, et par ce genre de mesures, cette entreprise joue le jeu de ceux qui détiennent le pouvoir, particulièrement économique. Lutter pour un web anonyme ou au contraire, identifié personnellement n'a rien d'anodin et configure également nos rapports au monde et à la société. Ce qui n'a pas seulement à voir avec faire étalage ou non de sa vie privée, ce qui est finalement peut-être la moins grave des choses mais l'arbre qui cache la forêt..

    RépondreSupprimer
  3. La question de l'anonymat est en effet cruciale. De ce point de vue, Facebook change beaucoup de choses en effet. Mais au-delà de cette question, il y a aussi celle du droit à l'oubli, et celle du contrôle par l'internaute de ce que font ces entreprises du Net, justement.
    Merci, en tout cas, pour ce commentaire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi