Accéder au contenu principal

La stratégie de l'éléphant


Après la phase - incontournable sans doute - de l’incertitude, puis celle de la découverte, où les entreprises expérimentaient les nouvelles technologies, s’essayaient aux médias sociaux, mettaient en place des équipes dédiées, tâtonnaient sur Facebook ou Twitter, une nouvelle ère semble s’ouvrir à présent.
Il ne s’agit plus de gazouiller gaiement, de papillonner. Il n’est plus question d’apprécier la réactivité offerte par les nouveaux outils, de tester le potentiel de ces solutions technologiques. Il faut désormais comprendre que les médias sociaux impliquent une stratégie à long terme : la stratégie de l’éléphant.

La longue marche

L’enjeu est de percevoir, derrière le temps réel, les opportunités futures. De mesurer, derrière les conversations instantanées, la durabilité de la relation que l’on construit avec ceux qui s’intéressent à la marque. De comprendre, en somme, qu’il y a derrière l’immédiateté, un avenir qui se dessine.
La fable du lièvre et de la tortue n’est pas d’une grande utilité ici. Ce qu’il faut surtout comprendre, c’est la nécessité d’entreprendre une longue marche, une marche sereine, celle de l’éléphant qui avance calmement mais sûrement. “La force tranquille”, pourrait-on dire en cette période électorale. 
Ou, pour citer Cédric Déniaud : “la démarche sur les médias sociaux s’assimile plus à un marathon qu’à un sprint (…) Est-ce à dire qu'il faut attendre un an avant de récolter les premiers fruits du dialogue ? Bien sûr que non, mais le dialogue sous-entend une relation pérenne”.
L'éléphant est la bête qui dépasse toutes les autres par l'intelligence et par l'esprit”. Aristote
Je l’écrivais moi-même sur ce blog il y a quelques semaines (autant faire un peu d’auto-promo) : “Quelque soit l'usage que l'on en fait (privé, politique ou professionnel), il faut approcher les plates-formes communautaires en gardant à l'esprit que toute démarche doit s'inscrire dans le long terme. 

C'est un point fondamental sur lequel est plusieurs fois revenu Rich Mintz, vice président de blue state digital, l'agence qui a géré la campagne d'Obama en 2008 sur les médias sociaux : “We encourage storytelling, both in the macro sense (campaigns that have a long-terme arc) and in the micro (messages that are rooted in the concrete experiences of real constituents and beneficiaries)”.”

Tenir parole

Concrètement, cela implique de tenir les engagements que l’on prend sur les médias sociaux, de se souvenir de ce que l’on a dit à tel ou tel internaute, d’identifier les acteurs qui nous accompagnent au fil du temps.
Puisque l’on est entré dans l’ère de la conversation de masse, de plain pied, puisque la parole s'est libérée sur Internet et sur le mobile, il est important de tenir parole aujourd’hui. D’autant que la Toile se souvient, désormais. Les plates-formes communautaires ont une mémoire. Les données sont récoltées, triées, analysées. Verba Scriptaque manent : Les paroles et les écrits restent.


Mais il faut aller au-delà encore de ces considérations. Cette notion de “temporalité” est d’autant plus centrale qu’elle modifie les outils technologiques eux-mêmes.
C’est ce que démontre Renaud Edouard-Baraud dans une chronique pour L’Atelier BNP Paribas : “Les applications mobiles intègrent quasiment en standard la localisation et le réseau social de l'utilisateur. Une nouvelle dimension pourrait bientôt s'incruster : le temps”, écrit-il.

Le temps : une nouvelle dimension…

Le SoLoMo (Social, local, mobile) était la thématique choisie par Loic Le Meur pour Le Web 2011. Rien de neuf d'un point de vue technique, même si les usages semblent eux s'installer durablement. L'événement en Seine Saint Denis a cependant permis de confirmer une tendance, qui devrait être présente au festival SxSW 2012 : la notion de temps. Non pas de temps réel, ce n'est plus la question. Il s'agit d'ajouter le temps à la localisation géographique pour mieux contextualiser de l'information que l'on partage avec son réseau”. 
Il s’agit bel et bien d’une nouvelle dimension. De la même façon qu’un message en particulier arrive sur votre mobile parce que vous vous êtes localisé à tel ou tel endroit, une alerte peut s’afficher sur votre téléphone à tel ou tel moment. 

Très concrètement, on trouve des exemples artistiques, comme le rappelle Renaud Edouard-Baraud : “David Guez, pour ne citer que lui, propose déjà avec 2067 un système d'envoi de messages dans le futur”.

…qui intégrera la sphère professionnelle

Mais cette année, la tendance pourrait bien pénétrer le monde commercial : l'application geoloqi en est un prémice. “Le principe : envoyer à ses contacts un lien hypertexte à durée limitée qui mène le(s) destinataire(s) à la localisation de l'expéditeur. (…) Ce service américain propose entre autres de s'envoyer des messages qui ne se rappeleront à nous que lorsque nous entrerons dans une zone géographique (ou geofence) décidée à l'avance”, explique Renaud Edouard-Baraud. Avant de conclure : “il y aura bien d'autres évolutions en 2012, mais j'attends avec impatience ce SoLoMo temporel, et le mot clef marketing qui le désignera”.

Le “TEMPO” s’ajoutera ainsi au “SOLOMO”. De nouvelles applications pourront voir le jour, de nouveaux usages aussi. Les entreprises devront prendre la mesure de ce changement. C’est la raison pour laquelle elles doivent commencer dès à présent à intégrer la dimension temporelle à leur démarche. Elles ont tout à y gagner. 

Même si, c'est vrai, les éléphants aussi ont leurs cimetières.
Note inutile : en rédigeant cet article, j’ai découvert que la trompe d’un éléphant comporte entre 100 000 et 150 000 muscles. Si le sujet de ce billet ne vous a pas intéressé, voilà à défaut une information capitale pour votre culture générale. Vous n'avez donc pas perdu votre temps.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi