Accéder au contenu principal

Glagla

Je suis chez moi, au chaud, mais je suis encore congelé. J’ai le sentiment qu’il fait - 12° dehors. Il y a quelques jours, j’étais malade. Comme 3 personnes sur 5 si j’en crois le nombre de personnes enrouées au boulot, dans les transports, et partout ailleurs. Ce week-end, je suis allé voir Giselle au Zénith. L’avant veille, j’étais au cinéma. Eh bien c’est fou le nombre de personnes qui toussent juste avant que le spectacle ne commence, en cette période de l’année.
Statistiquement, c’est impressionnant. À croire que l’organisme humain n’est pas encore tout à fait au point.

Giselle : ou comment j’ai découvert que je pouvais surkiffer un ballet. Des danseurs, et danseuses, aux gestes parfaitement maîtrisés ; une histoire charmante, énigmatique, dans laquelle je suis totalement entré ; une musique magnifique. Deux heures pleines sans une seconde d’ennui. Bref, de quoi me réjouir tout à fait.

C’est impressionnant quand un spectacle est à ce point abouti. En regardant ces danseurs, venus de Kiev, je pensais à leur vie, à leur parcours pour arriver à ce jour où ils exécutaient ces prouesses physiques devant moi. Combien d’heures de travail pour ces quelques pas de danse ? Combien d’efforts pour cette sublime démonstration artistique ?

Le temps d'apprendre à vivre

Cela m'a fait penser à ces vers, pleins de beauté, mais aussi d’une grande tristesse :
Le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard.
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare”.

Les petits rats de l'Opéra

Je suis chez moi, et je peine à me réchauffer. Je me fais un thé. En revenant devant mon ordinateur, pour achever ce billet de blog, je regarde le radiateur cassé par Laurent, que je n’ai toujours pas réparé. Il gît, inutile, le long du mur effrité. C’est peut-être aussi la raison de cette fraîcheur ressentie. Seules deux pièces sur trois sont chauffées.

Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson”. Cette phrase est terrible. C’est un peu mon angoisse, parfois. Cette idée que tout bonheur se paye. Que la vie reprend toujours ce qu’elle a donné. Si tel est le cas, je suis mal barré, car je n’ai que 25 ans, et j’ai l’impression d’avoir eu plus de chance dans ma vie que de mésaventures, plus de joies que d'instant de détresse. Je ne tiens pas à être rattrapé par le sort, sur le tard.

Revers de médaille

Bon, en même temps, je me dis que je ne suis pas superstitieux, d’une part, et que j’ai eu malgré tout quelques tristesses par le passé, non négligeables, d’autre part. J’ai eu mes années noires, moi aussi, mes nuits blanches. J’ai eu mes doutes, mes peurs, mes angoisses. J’ai peut-être même côtoyé le désespoir, cette “maladie mortelle”, pour reprendre les termes de ce cher Kierkegaard (vous avez dit boulard ?).
Et puis, ce n’est pas pour dire, mais je n’ai pas gagné à l’euromillion. Donc je n’ai pas non plus le cul bordé de nouilles, si vous voulez bien me passer l’expression. 
Expression que je n’ai jamais vraiment compris, soit dit en passant.

Je commence à me réchauffer un peu. Je vais pouvoir reprendre une activité normale.
Merci pour votre compagnie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq