Accéder au contenu principal

Rangement d'hiver

Il y a des moments de la vie où l'on range un peu ses affaires, où l'on classe les papiers de son existence, où l'on ouvre les tiroirs du quotidien pour y mettre de l'ordre. Il y a tout juste deux ans, je quittais Lille, et je me souviens bien de cette période : je faisais mes cartons dans le petit studio que j'occupais alors, tandis que la neige venait recouvrir la ville d'une fine couche blanche qui allait bientôt renforcer mon sentiment mélancolique. 

Ranger le vrac existentiel

Comme la plupart des personnes, je suis suffisamment désordonné dans la vie de tous les jours pour bénéficier d'un réel changement quand je me mets à ranger un peu ce vrac existentiel. C'est une bonne chose, je pense.

Il y a les rangements de printemps, et les rangements d'hiver. Ces derniers sont souvent plus nostalgiques. Le renouveau n'est pas encore là ; l'immobilité des choses, le froid, les bourrasques de vent qui balayent les trottoirs glacés, les lumières urbaines quand la nuit tombe : tout cela participe à créer un état d'introspection plus ou moins agréable. 


Comme lorsque l'on se retrouve assis en tailleur dans sa chambre, devant une boite à chaussure et quelques classeurs, à trier des photos, des vieux cours d'Histoire, des notes éparpillées, des mots d'amour, des paperasses administratives, un sac poubelle grand-ouvert à quelques mètres, déjà plein ; c'est le même effet.
Je suis là, et je repense à l'année qui s'achève, ces derniers jours. En écoutant Miossec, souvent.

Plein de bonnes choses

Il y a un an, en l'espace d'une semaine, un certain nombre de personnes, plus ou moins alcoolisées, m'ont dit, comme chaque année, et de façon plus ou moins enjouée : “Bonne année Basile !”, “Plein de bonnes choses !”. Elles avaient raison, pour la plupart. Il y a eu beaucoup de “bonnes choses” en 2011. Je sais bien que ces formules étaient avant tout mécaniques, mais il faut le reconnaître quand elles s'avèrent justes.

Une fois ces bilans effectués, une fois ces réflexions menées, il faut aussi savoir retrouver le vrac initial. C'est le jeu. Sans désordre, on ne peut fouiller, rechercher, égarer, éplucher, fouiner, farfouiller. La vie est aussi belle lorsqu'il y a des choses qui s'emmêlent, des doutes, des peurs, des surprises, des coïncidences. C'est peut-être ce que l'on devrait souhaiter, à la fin de chaque année : “Plein de choses, des doutes, des peurs, et des surprises !
On serait sûr, au moins, de ne pas se tromper.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,