Accéder au contenu principal

Le hasard d'une rencontre

Ces derniers temps, j'ai rencontré de nombreuses personnes. Si je me contente du milieu professionnel, par exemple, j'en compte déjà plusieurs dizaines. Plusieurs dizaines d'individus, plusieurs dizaines de consciences, plusieurs dizaines de visages ; autant d'histoires, autant d'existences, autant de parcours singuliers. Bien sûr, certaines de ces rencontres sont demeurées quelque peu superficielles : je ne pourrais pas dire que je connais toutes ces personnes. À défaut, pour l'instant, je les reconnais. Et c'est déjà beaucoup.

Je devine certains aspects de leur vie présente ou passée, je découvre certains détails de leur intimité, j'imagine certaines de leurs pensées, en scrutant parfois leur réaction, leur regard, leur manière de parler. Il est toujours intéressant d'observer ses semblables. Il va de soi que je me trompe sur eux, la plupart du temps. Comme eux se trompent sur moi. Comme chacun se trompe sur l'autre.

[Note à moi-même : je découvre, en cherchant un synonyme d'existence, le mot de cénesthésie].

Dans la Toile de mon réseau

Sur Internet aussi on se trouve nez-à-nez avec d'autres consciences. Des consciences qui s'expriment sur des Pages Facebook, qui s'exhibent en quelques photographies, en quelques mots (en cent-quarante caractères parfois), en quelques appétences, quelques “likes” sans lendemain. D'autres personnes qui communiquent, elles-aussi, qui capturent des moments de leur vie pour les partager ensuite, elles aussi. Souvent, une familiarité se crée sans aucune rencontre réelle.


Comme les passants - ou les passantes - qu'on croise dans l'allée du jardin du Luxembourg, comme ceux qu'on voit lire au soleil, comme ces compagnons - ou compagnes - de voyage, “qu'on est seul, peut-être, à comprendre, et qu'on laisse pourtant descendre sans avoir effleuré [la] main”. Comme cette foule incessante d'individus vivant comme nous, nous entourant, nous précédant et nous succédant, allant dans les mêmes boutiques, les mêmes cafés, les mêmes cinémas.

Par hasard

Tous ces autres, récemment rencontrés.
Je ne sais pas ce que j'attends d'eux, ni même si j'attends quelque chose. 

Et que voulais-tu donc ? - Voilà ce que le monde
Au bout de trois cents ans demande encor tout bas.
Le sphinx aux yeux perçants attend qu'on lui réponde.
Ils savent compter l'heure, et que leur terre est ronde,
Ils marchent dans leur ciel sur le bout d'un compas,
Mais ce que tu voulais, ils ne le savent pas”.

Qu'importe. L'essentiel n'est pas là. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il n'est rien de plus important que ces rencontres. La rencontre est ce qui inspire la plupart des romans, la plupart des histoires, la plupart des films. Il suffit de se rendre au cinéma pour s'en rendre compte. Sans évoquer Les Intouchables, c'est surtout deux bandes-annonces qui m'ont inspiré ce billet. Deux bandes annonces qui passent en ce moment, et qui mettent toutes-deux en avant le thème de la rencontre : La Clé des Champs et le dernier Miyazaki, La colline aux coquelicots. Avec à chaque fois un point crucial, le ciment de toute rencontre :  la magie du hasard.


 Une rencontre. C'est de là que tout découle, de toute façon, on le sait, depuis le premier instant.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d