Accéder au contenu principal

Contacts amoureux

Il y a des moments de la vie où l'on ouvre un livre, au hasard, et l'on tombe sur un fragment de texte qui correspond parfaitement à une situation vécue. Il y a même des livres qui semblent contenir à chaque page des fragments de ce type. Cet ouvrage de Roland Barthes en fait partie. 
Page 81, il évoque génialement les contacts amoureux : ces premiers instants où l'on frôle la personne que l'on aime, subrepticement, avec tout ce que cela engendre. Comme Romain Duris dans Les Poupées russes, oui, voilà.

CONTACTS. La figure réfère à tout discours intérieur suscité par un contact furtif avec le corps (et plus précisément la peau) de l'être désiré. 

Par mégarde, le doigt de Werther touche le doigt de Charlotte, leurs pieds sous la table se rencontrent. Werther pourrait s’abstraire du sens de ces hasards ; il pourrait se concentrer corporellement sur ces faibles zones de contact et jouir de ce morceau de doigt ou de pied inerte, d’une façon fétichiste, sans s’inquiéter de la réponse (comme Dieu - c’est son étymologie -, le Fétiche ne répond pas). Mais précisément, Werther n’est pas pervers, il est amoureux : il crée du sens , toujours, partout, de rien, et c’est le sens qui le fait frissonner : il est dans le brasier du sens. Tout contact pour l’amoureux, pose la question de la réponse : il est demandé à la peau de répondre.

(Pressions de mains - immense dossier romanesque -, geste ténu à l’intérieur de la paume, genou qui ne s’écarte pas, bras étendu, comme si de rien n’était, le long d’un dossier de canapé et sur lequel la tête de l’autre vient peu à peu reposer, c’est la région paradisiaque des signes subtils et clandestins : comme une fête, non des sens, mais du sens.)

(…)

Le sens (le destin) électrise ma main ; je vais déchirer le corps opaque de l'autre, l'obliger (soit qu'il réponde, soit qu'il se retire ou laisse aller) à entrer dans le jeu du sens : je vais le faire parler. Dans le champ amoureux, il n'y a pas d'acting-out : nulle pulsion, peut-être même nul plaisir, rien que des signes, une activité éperdue de parole : mettre en place, à chaque occasion furtive, le système (le paradigme) de la demande et de la réponse”.

Je lis ces lignes, et je repense à Fécamp, et je repense à ces cafés parisiens où je croisais les mains de Julie, sous la table, l'instant d'une seconde, avant qu'on ne se lève pour rejoindre un cours de lettres, de latin ou de philosophie. C'est étrange comme on n'oublie jamais ces contacts éphémères, ces regards surpris, ces frissons soudains. 

Voilà peut-être les souvenirs que l'on conserve le plus longtemps. Ainsi, ce sont les moments les plus brefs, les plus légers, les plus secrets, qui sont aussi les plus éternels.
Cela vient peut-être de l'inquiétude qu'ils suscitent. Est-ce réel ? Vient-elle de répondre à mon geste ? Si oui, avec quelle discrétion elle a su me le faire comprendre ! Peut-être que j'imagine tout, que je me méprends. Ce serait terrible. Peut-être que c'est effectivement ce qui se passe. Peut-être que l'effleurement de ma main n'était pas anodin. Je ne le sais pas. Je ne peux pas le savoir. Mais je l'espère tant.

Ce que j'aime par-dessus tout, dans ces moments, c'est qu'ils réinventent l'avenir. Ils changent la donne :
Parfois on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi. Parfois on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas ?


Commentaires

  1. Joli texte.
    Mais alors, que nous dirait Barthes sur le virtuel ? Sur ces premiers contacts non charnels, asynchrones la plupart du temps, et qui sont également dans le jeu du sens - d'une autre manière. Je ne pense pas au poke, bien sûr, mais il y aurait matière à penser le 'entre les lignes' du DM, la communication in game d'un MMORPG, le F5 du clavier pour adoucir l'attente fiévreuse d'une réponse... bref tous ces nouveaux contacts qui, j'en conviens, n'engendrent pas ce même discours intérieur que le "peau contre peau", mais un autre type de grammaire - à creuser ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci.
    C'est là que je prends conscience que j'ai des geeks (et geekettes) dans mes lecteurs ! :) Barthes est mort un peu trop tôt pour se poser les questions que tu soulèves, mais il aurait eu bcp de choses à dire, j'en suis sûr. Le système demande/réponse dont il parle convient tout à fait aux messages électroniques, à l'attente (dont il parle très bien aussi, dans le même ouvrage) suscitée par ces conversations virtuelles. Tu as raison, donc. Merci pour ce commentaire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,