Accéder au contenu principal

Que j'aime ta couleur

Il y aurait beaucoup à dire sur le café. Boisson omniprésente dans la vie professionnelle, qui incarne comme nulle autre la “pause”, mais qui comprend en même temps des vertus énergisantes, visant à redonner du cœur à l’ouvrage. On ne boit pas un café pour se reposer, mais au contraire pour mieux se relancer ensuite. “Je vais me faire un petit café” signifie à la fois l’arrêt momentané de mon activité de travail, mais aussi et surtout le retour déjà programmé, avec un surplus de motivation et d’énergie à dépenser.

Boisson prétexte

Bien souvent, les pauses café sont néanmoins le prétexte à une rupture de rythme, un repos mérité, des discussions entre collègues. La boisson, en elle-même, est vite ingurgitée, mais on reste là, pour échanger en jouant avec sa tasse et sa touillette. C’est un aspect fondamental, d’ailleurs ; le café est la boisson prétexte par excellence. Peu importe qu’un espresso contienne en lui-même si peu de liquide à boire. Ce qui compte, c’est ce qu’il engendre : une réunion informelle, des tergiversations partagées, un moment de détente professionnellement justifié, et socialement accepté.

En outre, le café vient souvent conclure un repas, pour mieux le prolonger. Il est une seconde chance ; un répit que l’on s’accorde. Son faible coût se prête bien à ce manège là. 
On peut se le permettre, à tous les sens du terme.

What else ?

Ce qui compte, aussi, c’est tout ce qui le précède. 
La préparation tient un rôle non négligeable. Les capsules, les dosettes, le bruit de l’eau qui vient à bouillir, le sucre que l’on trempe ou que l’on disperse éventuellement, la fumée qui s’échappe de la tasse, etc.
There are three intolerable things in life - cold coffee, lukewarm champagne, and overexcited women…” Orson Welles
Le café est enfin une boisson adulte. La plupart des enfants l’abhorrent, même s’ils sont tentés de le goûter à plusieurs reprises pour participer à cette cérémonie de fin de repas, qui semble réservée à leurs parents. Mais ce goût si particulier les désillusionne rapidement. Comme le vin ou la bière, le café est réservé aux personnes qui ont pris le temps de s’y faire. C’est un breuvage qu’on apprend à connaître, une boisson qu’on apprend à aimer.
De sorte que les publicités n’ont pas un effet immédiat. C'est d'ailleurs assez amusant. Je me souviens de celles que je voyais au cinéma, étant enfant. Tout me séduisait : l’atmosphère, la noirceur du liquide, la musique envoutante, les images ralenties de la goutte qui retombe parfaitement, la sensualité, le mannequin de Carte Noire qui portait la tasse à ses lèvres, les mots qui accompagnaient le tout : “un café nommé désir”…


Try to remember

Tout me séduisait, sauf l’essentiel : le goût de ce fameux café dont on me (sur)vendait les vertus. Try to remember : j’avais beau essayer, je ne me souvenais que de mes déceptions répétées, à chaque nouvelle tentative, à chaque canard (lorsque l’on trempe le sucre dans le café de ses parents), à chaque éclair au café – si mauvais comparé aux succulents éclairs au chocolat. 
Bon, aujourd'hui, avec un peu de recul, je me dis que je n’étais tout simplement pas dans la cible des marketeurs.
“Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas” Alphonse Allais
D'autant que finalement, je m’y suis mis peu à peu. Comme pour le vin, j’ai compris qu'il s'agit d'une boisson qui révèle son secret progressivement. Ce n’est pas son goût qui importe le plus, de prime abord. Le goût se redécouvre ensuite, le goût s’apprivoise, le goût s’inscrit dans la durée. Et c’est alors que la formule Try to remember prend tout son sens. Le café peut devenir cet élément du quotidien. Ce breuvage incontournable. 

Jusqu’à l’excès parfois.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq