Accéder au contenu principal

Les limites de l'illimité

Ces derniers temps, il y a plein de bons films au cinéma. Je le sais, car j'en ai vu beaucoup : Drive, Les Intouchables, Tintin, Les Bien Aimés, Polisse, La Guerre est déclarée, autant d'excellents longs métrages que j'ai pu voir à Odéon, parfois en avant-première. Sans compter un film des frères Cohen vu au Champo, et qui valait le détour.

C'est une bonne période, en particulier pour les gens qui, comme moi, possèdent la carte UGC illimité. Tout le monde connaît cette carte, aujourd'hui, je pense. La plupart des cinéphiles, en tout cas. C'est la carte VIP qui permet de passer devant tout le monde, avec un grand sourire, pour récupérer ses places. On paye une fois par mois, et on peut se rendre 200 fois au cinéma pour le même prix, si on le souhaite.

Délimiter l'illimité

Grâce à la carte UGC illimité, vous pouvez voir autant de films que vous le souhaitez, assister à toutes les séances de notre activité cinématographique courante, tous les jours de l'année”.


Cette présentation sommaire - que l'on retrouve sur le site Internet des cinémas UGC - est pour le moins séduisante. On oublierait presque de nous dire que cela a un coût, assez élevé, malgré tout. Mais au-delà de la définition officielle, l'illimité en tant que tel mérite réflexion. C'est en en discutant avec une amie - Hélène, pour ne pas la nommer -, que j'ai pris conscience de l'importance de ce sujet. 

L'illimité, c'est l'abondance, la profusion ; la liberté d'en reprendre encore, et encore. C'est le free refill, le buffet à volonté. On ne paye qu'une fois. On achète le droit de consommer, voire de surconsommer. Pour avoir bonne conscience, pour rentabiliser cet achat originel, on a intérêt à se resservir de nombreuses fois. Le maximum est le mieux.


L'avantage pour le client, c'est ce sentiment de liberté que lui procure cette carte magique. C'est toujours agréable d'être privilégié, d'avoir un traitement de faveur. Mais de quelle liberté parle-t-on ? Une liberté contrainte, délimitée. D'abord le prix, mensuel : première condition sine qua non. Ensuite diverses règles, établies dans un contrat que le client signe au préalable. Et c'est tout à fait normal, d'ailleurs, dans l'absolu. 

Dépasser les bornes

Ce qui est assez amusant, au niveau de la terminologie, c'est qu'une personne qui souscrit à un programme illimité (il n'y a pas que la carte de cinéma, on pourrait parler des cartes de voyages, par exemple) possède une carte qui lui permet de se rendre à une borne

L'illimité et la borne sont bien souvent inséparables.

La carte illimitée implique également une idée de loyauté, que le client doit à sa marque. Des droits, donc, mais aussi des devoirs. On gagne la liberté d'aller de façon démesurée à nos cinémas préférés (bon, en l'occurrence, moi, ça m'arrange bien, parce qu'à Odéon il y a deux UGC et un MK2), mais on perd celle de se rendre dans d'autres salles obscures. En effet, on ne paye pas plus de 30 € par mois pour dépenser de nouveau 10 € par-ci par-là. Il ne faut pas déconner. 

L'envers du décor, c'est donc une adhésion implicite. Ou, pour le dire autrement, derrière le Dior, j'adore, la marque attend secrètement un Dior, j'adhère


On le sait, d'autant plus qu'aujourd'hui les marques demandent souvent à leurs fans de s'engager, de s'impliquer. Comme le souligne le site Emarketing.fr, “le principe de fidélisation est inhérent à la relation commerciale”. Sur les médias sociaux, on veut des ambassadeurs de la marque. On veut offrir des avantages à des clients fidèles, pour qu'ils demeurent fidèles, justement.

Déclarer forfait

C'est devenu monnaie courante, dans les stratégies de marketing, de proposer aux clients des forfaits sur mesure. “Ne vous embarrassez pas avec des paiements récurrents, aléatoires, prenez un abonnement et vivez en toute liberté” prônent les marques. Les opérateurs téléphoniques ont tous construit leur modèle économique sur ce principe, et tout le monde semble s'en accommoder. 

Mais quand on y pense, c'est assez singulier. 

Si on pousse le modèle jusqu'au bout, si toutes les entreprises s'y mettaient, la situation deviendrait étrange. Dans l'absolu, on n'aurait plus besoin de payer quoi que ce soit : notre paye irait directement alimenter l'ensemble des forfaits auxquels on aurait souscrit au préalable, et le tour serait joué. 

On aurait un abonnement cinéma, bien sûr, un abonnement téléphonique et Internet, cela va sans dire, un abonnement Transport, comme c'est déjà le cas, mais aussi un abonnement boulangerie, un abonnement Grande Surface, un abonnement Essence, un abonnement Librairie, un abonnement Vestimentaire, etc. 


Plus d'argent sur le compte courant. Juste un virement, mensuel, pour renouveler l'ensemble des programmes de fidélisation.

On serait libre de faire tout ce que l'on veut, d'acheter gratuitement n'importe quoi, dans un cadre prédéfini, qui pourrait se redéfinir à tout moment, en fonction des habitudes de consommation. Le pouvoir d'achat serait total, d'une certaine manière, mais aussi directement limité par le contre-pouvoir de l'abonnement. Le “vouloir d'achat” serait en tout cas diminué.
Se dirige-t-on vraiment vers cela ? Est-ce souhaitable ? Qu'est-ce que cela implique concrètement ? Je ne sais pas très bien. Mais, une nouvelle fois, ces forfaits au nombre illimité (pour le coup), méritent qu'on y attache une attention particulière.

Car, il faut le reconnaître, on finit par s'y habituer.

Un être qui s'habitue à tout : voilà, je crois, la meilleure définition que l'on puisse faire de l'homme” écrivait Dostoïevski. A fortiori, c'est une définition qui correspond tout à fait au consommateur.

Commentaires

Anonyme a dit…
J'aime beaucoup ton article, que j'ai trouvé très bien écrit et intéressant. Bon, après je n'adhère pas forcément à tes arguments (car moi qui vais au cinéma à fois par jour, la carte est très utile, et à euros pour ugc, pas 30). Mais je t'ai trouvé très agréable à lire, alors bravo. Voilà. Parceque quand c'est bon, ça mérite bien un petit commentaire :)

Tiens tant que j'y suis je balance mon blog de critique : http://jecritique.eklablog.com/ .
Basile a dit…
Merci pour ce commentaire.
Je ne réponds pas directement aux questions que je pose, et crois-moi, je suis le premier à profiter pleinement de cette fameuse carte illimitée, même si à force ce type de programmes m'interpelle.

Je m'en vais de ce pas découvrir ton blog.
Bonne soirée !
"Tout le monde connaît cette carte, aujourd'hui, je pense."
Non, je ne connaissais pas, car j'ai la chance de ne pas habiter Paris, et il n'y a pas d'UGC là où je vis (Perpignan).
Se pose alors un autre problème, non abordé ici, qui est celui du non-choix.
A Perpignan, il y a 3 complexes de salles (ce qui n'est déjà pas si mal), mais plus aucun cinéma indépendant.
Dans tout le reste du département des Pyrénées-Orientales, il ne reste que 3 ou 4 salles qui ne diffusent qu'un film par semaine.
Cela montre bien l'immense fossé qui sépare les préoccupations d'un parisien de celles d'un habitant du reste de la France.
Ceci dit, je suis d'accord avec l'ensemble de ton analyse, et je ne t'en veux pas d'être parisien. :) Il faut juste parfois savoir se mettre à la place des "provinciaux".
Basile a dit…
La carte UGC n'est pas réservée aux parisiens (sans vouloir me défendre).
Et certains cinémas de grande qualité, comme le Champo, bénéficient de la carte UGC illimité, donc ce n'est pas si mal.
Mais ce type de format fait réfléchir, je trouve, et appelle à la vigilance. D'où ce billet, justement :)

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq