Accéder au contenu principal

Le sens de la communication

Je me souviens d'un professionnel de la communication venu nous voir pour nous expliquer son métier. J'étais encore étudiant, et suivais un master qui me destinait à ce domaine d'activité. J'étais donc attentif à ce qu'il était venu nous dire. C'était un soir d'automne, à Lille, dans une salle de classe.
Ce qui m'avait marqué, c'était un aparté en apparence secondaire, mais qui reflétait l'état d'esprit de cet intervenant : il nous avait confié qu'il était difficile de donner du sens à son métier, quand on travaille dans la communication.

Le risque du métier

Il nous alertait en particulier sur un risque réel, selon lui : après plusieurs années en agence “à vendre des idées à des clients” - fussent-elles bonnes -, “on a un peu le sentiment que l'on produit du vent, qu'une idée en chasse une autre, qu'il n'y a pas de sens à tout ça”. Je retenais la leçon.
La quête de sens est loin d'être réservée aux métiers de la communication, bien sûr. Il est normal, et sain, de s'interroger aussi souvent que possible sur le pourquoi de son action, quelque soit son domaine d'activité.
Mais c'est vrai que dans la com', ce risque est accru :


Sens dessus dessous

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le générique de Madmen (la série pour les passionnés de publicité, devenue mainstream) présente une chute


Le personnage principal est un héros de la communication, avec un charisme incontestable, une force de conviction, des idées à ne plus savoir qu'en faire. Mais c'est avant tout un homme perdu, qui à force de vendre du rêve finit par ne plus savoir quel est le sien propre. Il incarne le prototype de l'homme qui a réussi mais qui se retrouve seul et désorienté. Arrivé en haut de l'échelle sociale, il s'accroche au pinceau.

La découverte de la communication corporate

Pour le dire autrement, travailler dans la communication n'est pas de tout repos.

Mais laissons-là Don Draper, si vous le voulez bien, et revenons à nos moutons. Après avoir suivi cette intervention - et ce conseil -, je continuais ma formation en gardant en tête l'avertissement qui avait été promulgué par cet homme d'expérience à mes camarades et moi. Je prenais quelque peu mes distances vis-à-vis du travail en agence, notamment, et privilégiais désormais l'annonceur dans mes recherches de stages. Cette question du sens dans les métiers de la communication restait présente dans mon esprit, et fût relancée dès mon premier devoir : “peut-on se passer de communication corporate ?” (devoir dont vous pouvez retrouver l'intégralité  juste ici si le sujet vous intéresse).

Un sens nouveau

La question qui était posée était directement celle du sens.
Pourquoi communiquer sur les valeurs de l'entreprise, sur ce qui fonde son action, sur son ADN ? À quoi bon ? À quoi cela rime-t-il ? Que recherche-t-on précisément quand on s'adresse aux parties prenantes ?
Ces questions sont plus que jamais d'actualité. L'ère de la conversation de masse, les médias sociaux,  l'impératif de la transparence, l'ouverture des données, la montée de l'individualisme et la responsabilisation des individus, l'apparition d'une figure de citoyen moderne, informé de mille façons et désormais acteur de l'actualité, tout cela amène les entreprises à communiquer. Et au sens propre, cette fois : le greenwashing étant immédiatement dénoncé.

C'est ce qui m'a amené à écrire mon mémoire sur la preuve en communication corporate (mémoire que je vous invite à parcourir, également).

Autrement dit, à la quête personnelle d'un sens dans le métier de la communication (qu'un intervenant m'avait transmise un soir d'automne), j'ai préféré, au fil du temps, l'idée que la communication corporate en elle-même vise justement à donner du sens à l'action de l'entreprise, en l'inscrivant dans la durée, en répondant aux attentes de la société, en ouvrant un horizon.
C'est sans doute en partie une vision idéaliste de la communication, mais cela me va très bien.

En conclusion, je pense en tout état de cause qu'il est plus facile de s'interroger sur le sens de la communication que sur le sens de la vie. Cela suscite une réflexion moins infinie, disons. Donc pourquoi s'en priver ?


Commentaires

Plume a dit…
Ton article fait grandement échos dans mon esprit aux travaux de D'Almeida, notamment les récits de l'engagement (http://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/viewArticle/1402/1493). Je partage également ta vision finale. :D
cyceron a dit…
Intéressant propos Basile, que je partage presque totalement

Une petite réserve toutefois... Travailler en agence, pour toi, c'est forcément être un mercenaire, sans foi, ni loi ? Et face à la difficulté éthique, tu changes d'employeur ?

C'est humain, et j'en sais quelque chose, j'ai volontairement fui la pub, pour des raisons semblables.

Mais, le mieux n'eut-il pas été, avec plus de courage, de détourner l'avion lui-même ? D'apporter du sens là précisément où il y en a peu ? De convaincre les clients du bien-fondé de l'honnêteté, la transparence, la loyauté ?

Le sens est partout où on le met. Qu'importe le lieu, pourvu qu'on est l'adresse. Les bouddhistes Zen le savent bien qui ne hiérarchisent pas entre un employé de bureau, un jardinier ou un cuistot (revoir tampopo). Du moment que le coeur y est, alors tout fait sens (forme de panthéisme Zen).

;-)
Basile a dit…
Tu as raison, bien sûr. Et heureusement ! :)

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi